AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bite me or kill me est officiellement ré-ouvert !!! Bienvenue !!! Voté pour le forum ICI =)

Partagez | .
 

 That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Jeu 25 Juil - 19:14







        † Good Morning, Love.


        La nuit qui venait de passer avait été riche en émotions, et l’avait aussi sérieusement fatigué d’une façon qui provoquait sa soif bien plus intensément que de nature. Il avait puisé dans ses ressources vampiriques et lupines hier pour garder le rythme jusqu’à l’aube, si bien qu’il ne trouva pas le sommeil réellement, obsédé par des envies sanguinaires. Et dans ce genre de cas, la seule chose qu’il puisse faire pour patienter un peu, c’était peindre. Ainsi, il mit un pantalon en lin et un simple t-shirt, laissant sa belle endormie dans le lit, et après un dernier regard pour elle, sortit de la chambre en direction de son atelier. Peindre lui permettait de maîtriser ses pulsions, de se calmer et d’extraire certaines émotions. C’était intense et au fil des ans, devenu vital pour lui. Il avait trouvé une façon de contrôler à moindres risques ses démons tout en pratiquant un art qu’il adorait. Pendant plusieurs heures, il faisait le vide en lui, alignant des couches épaisses sur de plus fines, traçant des lignes, des traits, rien de très précis. Toujours du noir, beaucoup de noir dans ses peintures… Il travaillait peu sans cette couleur à dire vrai. Au bout de plusieurs heures, il entendit Caroline se réveiller et cessa ce qu’il était en train de faire. Il alla sa laver les mains et ferma la porte de son atelier pour se rendre vers la chambre. Il croisa sa belle reine dans le couloir et l’accueillit avec un grand sourire. Il colla son corps contre le sien, et posa ses lèvres sur les siennes avec une certaine envie. Les souvenirs de la veille  hantaient encore son esprit et sa toile, parsemée de rouge, si on y regardait bien, représentait deux amants, seuls au monde. Il leva cependant ses mains pour ne pas la toucher, car elles étaient pleines de peinture à moitié séchée. « Hello, sweet love. Take a breakfast and a long coffee, i take you training today ! »





        † Hard things begins

        Il ne lui donna pas plus d’explications que cela et partit en direction de leur chambre, pour aller prendre une douche et s’habiller en circonstances. Il avait une idée de ce qu’il devait faire aujourd’hui, commencer à former Caroline. Elle ne pouvait pas rester plus longtemps aussi vulnérable, les choses ne tarderaient pas à se gâter. Ce pressentiment était sérieusement apparu la veille et il avait eu le temps d’y réfléchir pendant la matinée. Il avait hésité longuement à choisir un enseignement approprié et il doutait toujours de ce qu’il allait enseigner à Caroline aujourd’hui. La soumettre à un test de pression ? Il doutait que cela marche si c’était lui qui dirigeait ce dernier. Il céderait trop facilement, malgré tous ses efforts. Il pensait plutôt commencer par quelque chose de plus dynamique à vrai dire.  Sitôt qu’il entra sous la douche, il poussa un grand soupire.  Oh il sentait la chasse arriver aussi et cela l’excitait d’une façon particulière. Il se sécha, mit un t-shirt sombre, jean sombre et chaussures de ville. Pas besoin de choses superficielles en plus, il aimait la simplicité dans ces moments-là. Il revint vers le salon et découvrit sa magnifique reine, en train de finir son petit déjeuner. Il sourit de cette vision et se pencha vers elle, déposant un long baiser sur son front, avant de finalement s’assoir à côté d’elle. Il la regarda et demanda « Are you ready, sweet love ? »




        † Show me


        ► Klaus avait emmené Caroline à l’écart de la ville, dans une des nombreuses zones industrielles qui avaient émergés au cours des derniers siècles. C’était certes assez lugubre, mais au moins ils ne risquaient pas d’être espionnés en tel  endroit. La zone était déserte, depuis la crise (xD). Ils avaient pris un taxi qui les laissa à l’entrée de celle-ci. Immeubles désaffectés, déchets trainant au sol, tags sur presque tous les murs, tout était laissé à l’abandon. Les portes et fenêtres avaient été pillées, il ne restait vraiment plus rien.  « So, my sweet love, now begins your training. I take you here, because we are alone in this place. It’s actually in ruins, but you sure have seen that already… » Il lui fit un sourire charmeur et commença à avancer dans la zone, s’éloignant peu à peu de la route principale et de la civilisation. « So now, i would like you to show me how you kill a vampire. Lucky me i can not be killed, and i am pretty sure you won’t even touch me. » Le défi était lancé, et il la regardait avec ce petit sourire provocateur, attendant ses réactions.


        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL











Dernière édition par Niklaus Mikaelson le Ven 9 Aoû - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Jeu 25 Juil - 20:26


That's how we do

La jeune vampire avait eut besoin d'un bon moment de sommeil après la nuit épique que lui avait offerte son homme. Ou plutôt, son big bad wolf. Elle avait pu voir toute sa puissance et son corps épuisé garderait le souvenir de cette nuit encore très longtemps. Tard dans la matinée, Caroline sentit un rayon de soleil venir sur son visage, agacée, elle finit par ouvrir les yeux, elle était encore fatiguée et à moitié endormie. Elle commença à chercher Klaus dans le lit sans grand succès. Elle se tourna un instant sur le dos, regardant le plafond avec un sourire aux lèvres. Elle se sentait heureuse, une nouvelle journée auprès de Klaus allait débuter, elle se demandait se que celle ci lui réserverait. Elle se redressa dans le lit, écoutant les bruits dans la maison, elle ferma les yeux un instant, repérant l'odeur de Klaus dans une pièce adjacente de l'appartement, elle sentait l'odeur de la peinture, elle entendait le frottement du pinceau sur la toile, naturellement, la vision de Klaus en train de peindre à Seattle lui vint, lui procurant quelques frissons. Elle rouvrit ses yeux et se leva, enfilant une nuisette pour sortir de la chambre doucement, le pas sautillant, elle cherchait Klaus, elle tomba sur lui dans le couloir, il refermait une porte, une pièce dans laquelle elle n'était jamais entrée. Elle posa son regard sur Klaus qui venait instantanément de se coller à elle pour déposer ses lèvres sur les siennes. Quel réveil... elle adorait ça ! Elle posa ses mains sur sa nuque pour répondre à son baiser matinal, elle se mordilla les lèvres quand leur lèvres se séparèrent. Elle posa son regard sur ses mains toutes sales et eut un large sourire. Mmmm j'aime beaucoup être éveillé par un baiser de l'artiste... Elle haussa deux fois les sourcils avant de les froncer... quel entraînement ?! Elle se pinça les lèvres et le laissa filer vers la salle de bain.

Assise dans la cuisine, elle prenait son petit déjeuner, regardant fixement devant elle, elle avait une boule au ventre... entraînement. Elle savait dans le fond se que cela signifier. Mais elle n'osait pas imaginer à quoi ça aller ressembler. Elle sortit de ses pensées en voyant Klaus entrer dans la pièce prêt, pour le coup elle aimerait déjà avoir accès à ses plus profondes pensées. Elle lui fit néanmoins un charmant sourire et poussa une tasse de café noir vers lui sans sucre, elle avait déjà repéré cette information sur lui. Elle haussa une épaule à sa question Laisse moi prendre une douche et m'habiller et... je serais tout à toi. Elle se leva et passa dans le dos de Klaus, caressant se dernier, elle se pencha à son oreille en susurrant doucement A moins que tu ne veuille que je sortes dans cette tenue... Elle eut un petit rire et disparu vers la salle de bain pour une longue douche. Elle prit une tenue appropriée, un slim, un petit haut léger avec un côté sexy et classe. Elle était prête...

Un taxi les avait conduit à l'extérieur de la ville, dans la zone industrielle. Elle en descendit avec Klaus et posa son regard tout autours d'elle. La zone était déserte... malfamée, totalement abandonné et en très mauvais état ! Ces lieux devaient être le lieu de rendez de tous les trafics possible et inimaginable. Elle soupira discrètement et se mit à le suivre dans la zone, elle ne comprenait pas encore vraiment se qu'il faisait ici, il était très mystérieux et ne lui avait presque pas décroché un mot depuis qu'ils avaient quitté l'appartement. « So, my sweet love, now become your training. I take you here, because we are alone in this place. It’s actually in ruins, but you sure have seen that already… » Yep... Pour avoir remarquer... elle avait remarquer que ce lieu était lugubre, insalubre et tout se qu'on veut de répugnant.  « So now, i would like you to show me how you kill a vampire. Lucky me i can not be killed, and i am pretty sure you won’t even touch me. » Elle fronça un peu plus les sourcils et mit ses mains sur ses hanches. Seriously ?! Premièrement... elle n'était pas du tout prête à tuer un vampire... deuxièmement... il était imbattable ! Et troisièmement... il l'énervait beaucoup avec son petit sourire provocateur ! Elle leva les mains en soupirant abdiquant... Fine... so... elle attrapa un bout de bois à vitesse vampirique mais quand elle se retourna... Klaus n'était déjà plus là. Elle tourna autours d'elle sans le voir, elle gardait le bout de bois entre ses mains dans même le serrer, elle n'avait pas envie de se battre avec lui, le défi était de taille certes... mais elle n'était pas encore assez convaincue ou... énervé peut être. D'un coup elle se sentit agripper -sans violence bien sûr- par derrière, désarmée, elle pourrait être morte à l'instant précis si celui qui la maintenait n'était pas Klaus. Collé à elle... elle savait que sa performance avait été ridicule... mais il ne l'aidait pas vraiment à l'instant précis à se concentrer, elle eut un léger sourire et lança Je suis désolée de te dire ça chéri... mais tu me donnes tout sauf envie de te faire du mal là...



fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Ven 26 Juil - 17:10







        † Good Morning, Love.

        Sitôt qu’il l’eut entendue poser le pied par terre, il arrêta de peindre pour la rejoindre. Pas car il ne voulait pas qu’elle voit sa toile, mais car il avait prévu une journée bien différente de la veille et il savait pertinemment que s’ils engageaient une discussion autour de l’art, ils ne partiraient pas de sitôt. Hors, une partie de lui ne pouvait plus supporter cette épée de Damoclès au-dessus de la tête de sa belle. Il avait besoin d’action et de sang en plus de cela. Il se fit énigmatique après avoir échangé un doux et savoureux baiser, et il vit bien que cela ne l’enchantait pas. Le simple mot ‘entrainement’ avait suffi à enlever pendant quelques secondes ce sourire magnifique qu’elle arborait, sûrement dû à la nuit magique qu’ils venaient de passer. Il savait que ce n’était pas évident pour elle d’exploiter la noirceur qui l’habitait. Malheureusement, c’était carrément nécessaire et il ne pouvait pas ignorer cela. Il fonça sous la douche, et revint un quart d’heure plus tard, près à partir. Il s’assit à côté d’elle et regarda la tasse de café qu’elle poussait vers lui. Sans sucres, parfait. Il l’entoura de ses mains, tout en lui demandant si elle était prête. « Laisse-moi prendre une douche et m'habiller et... je serais tout à toi. A moins que tu ne veuilles que je sorte dans cette tenue... » Ces derniers mots, glissés en murmurant à son oreille, le firent fermer les yeux deux secondes pour profiter du flot d’image de la veille encore présent dans son esprit. Il secoua la tête, lui fit un sourire conquis et la laissa partir en gardant quelques instants ce petit sourire béat sur son visage. Ce ne fut que lorsqu’il entendit l’eau de la douche couler, qu’il se ressaisit et avala son café d’une traite, se fichant du fait qu’il lui brûle la gorge. Il attendit… Et attendit… Pour attendre encore. C’était fou le temps qu’elle mettait à se préparer tout de même ! Il devait avouer qu’il aimait ce côté chez elle très soigné et toujours au top, mais cela avait son lot de contraintes. Et il n’était pas connu pour sa patience. Il tournait un peu en rond dans le grand salon, s’arrêtant souvent à la fenêtre, s’inquiétant du temps qu’il ferait, du trajet pour se rendre là où il voulait aller, essayant de s’occuper l’esprit le plus possible. Quand elle fut enfin prête, il l’accueillit avec un sourire ravi, ne montrant aucun signe d’impatience et l’entraina avec lui en bas de l’immeuble. Un taxi les y attendait déjà. Il ouvrit la porte et la laissa grimper en disant « Après toi, mon amour. »Et il entra à sa suite, direction la zone désaffectée en périphérie de la  ville.




        † Show me your vampire
        Arrivés sur le lieu choisi au bout d’une vingtaine de minutes de trajet, Klaus descendit et tendit son bras vers Caroline. Il balança un billet au taxi driver, sans même regarder le montant qu’il donnait – il s’en foutait ! Puis lorsque la voiture fut repartie et assez loin, il prit la parole en lui expliquant qu’il avait choisi cet endroit afin d’être tranquilles.  Ils ne pouvaient pas s’entraîner dans les rues de la Nouvelle Orléans, cela serait bien trop visible et il ne tenait pas à se faire remarquer. La discrétion est mère de sûreté, bien souvent. Il lâcha son bras et marcha face à elle, à reculons, tout en lui demandant de lui montrer de quelle façon elle tuait les vampires. Oh il ne prenait pas de gros risques sur ce coup et à vrai dire, il était même le parfait cobaye. On pourrait lui enfoncer un pieu dans le cœur qu’il survivrait tout de même. Et de là à ce qu’elle y arrive, c’était vraiment sans danger. « Seriously ? » A sa question, il roula des yeux, légèrement exaspéré. Puis il la regarda fixement, comme pour vouloir dire : oui sérieusement. Elle soupira une seconde fois, elle avait déjà soupiré en arrivant sur les lieux, mais là il percevait vraiment de la mauvaise volonté de sa part. « Fine… So … » Elle attrapa un bout de bois jonchant au sol avec une lenteur vampirique qui le désespéra un peu. Et alors qu’il se dissimulait de sa vue, il remarqua qu’elle ne faisait même pas l’effort de le chercher. Elle manquait clairement de convictions pour le coup. Il arriva derrière elle et la colla contre son torse très rapidement, un petit coup sur son avant-bras lui avait fait lâché le pieu qu’il avait récupéré habilement avant qu’il ne tombe au sol. « C’est de cette façon-là que tu comptes tuer un vampire ? » Demanda-t-il un peu sèchement, mais sa performance avait été pour le coup inexistante. « Je suis désolée de te dire ça chéri... mais tu me donnes tout sauf envie de te faire du mal là... » Il n’eut aucun sourire en l’entendant. Il voyait très bien où elle venait en venir, elle voulait le détourner de son but. Sauf qu’elle n’y arriverait pas.



        † Try Again SweetHeart
        « Concentre-toi ! Tu n’es pas désolée du tout, tu n’essaies même pas. » Il la retourna contre lui avec force et lui dévoila ainsi un visage sérieux et passablement agacé. Il ancra son regard dans le sien en déclarant sur un ton autoritaire « J’ai besoin que tu me montres comment tu tues un vampire pour évaluer ton niveau. Et après ça, je vais avoir besoin que tu te renforces et que tu apprennes à devenir un vrai vampire et à embraser ta seconde nature une fois pour toute, donc ! » Il la relâcha et recula de quelques pas en levant les mains  « Tu vas faire un peu plus attention à ce qu’il se passe ici et aujourd’hui et me faire le plaisir d’essayer de me tuer avec plus de convictions que cela. Je me fiche éperdument que tu n’en aies pas envie, ou que cela te pose un problème, c’est comme ça.  On ne fait pas toujours ce qu’il nous plait, c’est ainsi. » Il la fixait avec un regard assez autoritaire, il y allait crescendo mais sa patience commençait à s’effriter doucement. Il n’avait pas beaucoup d’heures de sommeil en lui et ses démons réclamaient de l’action. Il était légèrement à fleur de peau et essayait vraiment de la motiver un peu. « Alors chérie… Est-ce que tu sais bouger ses jolies petites fesses autrement que dans notre lit ? » Il savait très bien ce qu’il provoquait ainsi. Ce qui était bien, c’était qu’il en était fier ! Il doutait que Caroline soit très adepte des comportements machistes…  Il dodelinait de la tête, léger sourire narquois, rendant son comportement le plus irritable possible. Il savait très bien être un enfoiré, c’était une qualité quand on veut obtenir quelque chose…



        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL









Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Ven 26 Juil - 20:00


That's how we do

Klaus avait été très galant avec elle, comme à son habitude, et très mystérieux... comme à son habitude aussi. Une fois que le taxi les eut déposé, Caroline perdit assez rapidement son sourire. Oh elle se doutait de se qui l'attendait et ça ne la réjouissait pas du tout. Elle avançait néanmoins dans la zone industrielle déserte, elle trouvait cet endroit lugubre et n'avait pas vraiment envie de s'y attarder. Elle préférerait tellement découvrir la rue Bourbon, les bords du Mississippi, la culture et habitude de la ville en dehors du culte vampirique qui y est mené ! Mais soit, visiblement, Klaus avait besoin d'action et l'entraîner. L'entraîner à quoi ?! A se battre ?! A être un vampire qu'elle n'avait même pas totalement accepté d'être. Oh certes elle voulait son éternité, elle voulait découvrir le monde, en profitait à 200%... si seulement tout ceci pouvait se faire sans le sang et les combats... elle serait une femme comblée ! Il voulait donc qu'elle lui montre comment elle tuait un vampire. Elle n'en avait aucune fichtre idée. Why ?! Car elle n'avait jamais tué un vampire de sa vie. Même avec ses amis, elle avait participé à certain plan... elle avait souvent été la distraction ou le dommage collatéral... mais jamais l'actrice principale. Ses seuls meurtres se résume à un humain innocent, deux collègues de sa mère et une douzaine de sorcières. Elle attrapa un bout de bois et tenta d'attaquer Klaus sans grande conviction, se qu'il vit venir à trois kilomètre à la ronde, il avait déjà disparu, et c'était pas limite si elle n'attendait pas qu'il réapparaisse.

Elle le sentit dans son dos, l'encerclant, désarmée, elle tenta un brin d'humour -raté- Klaus ne semblait pas vraiment prêt pour une partie de rire. « Concentre-toi ! Tu n’es pas désolée du tout, tu n’essaies même pas. » C'est qu'il peut se fâcher on dirait (xD) Il la retourna avec force et lui dévoila son visage on ne peut plus sérieux. Il commençait doucement à l'agacer. Qu'est ce qu'il lui prenait là d'un coup ?! « J’ai besoin que tu me montres comment tu tues un vampire pour évaluer ton niveau. Et après ça, je vais avoir besoin que tu te renforces et que tu apprennes à devenir un vrai vampire et à embraser ta seconde nature une fois pour toute, donc ! » Il la relâcha enfin, elle croisa ses bras sur son ventre, un signe qu'elle commençait à se renfermer, à contenir se que justement il voulait qu'elle sorte. Son niveau... il été médiocre ! Avait il vraiment besoin de la mettre devant ce fait là ?! Tout le monde le savait, pas besoin qu'elle lui fasse une prestation. « Tu vas faire un peu plus attention à ce qu’il se passe ici et aujourd’hui et me faire le plaisir d’essayer de me tuer avec plus de convictions que cela. Je me fiche éperdument que tu n’en aies pas envie, ou que cela te pose un problème, c’est comme ça.  On ne fait pas toujours ce qu’il nous plait, c’est ainsi. » Elle fronça les sourcils au ton qu'il employait, elle n'appréciait réellement pas le ton qu'il employait, il était en train de profondément l'énerver ! Elle eut un rire mauvais à la fin de sa phrase. Oh really ! Et bien regarde bien si je ne fais pas se dont j'ai envie !! Elle tourna les talons, depuis quand il s'adressait à elle de la sorte. Depuis quand elle ne pourrait plus être maître de se qu'elle avait à faire et VOULAIT faire !

« Alors chérie… Est-ce que tu sais bouger ses jolies petites fesses autrement que dans notre lit ? » Elle se stoppa net à ces mots, sentant un grognement monter en elle. Comment il osait la rabaisser de la sorte. Elle ne supportait pas l'idée qu'il puisse la considérer ainsi, qu'il puisse penser ça d'elle. Elle doutait tellement déjà d'être à la hauteur de se qu'il attendait. Il voulait qu'elle soit sa Reine, soit... visiblement... elle n'était pas à la hauteur malgré tout se qu'il pouvait lui affirmer ! Sinon, elle ne serait pas là. Et il ne lui dirait pas ce genre de chose. Il y avait toute sorte de chose qui traînait dans ce véritable lieu abandonné. Elle se saisit à vitesse vampirique d'une vieille tige en fer rouillé et la lança de toute sa force en direction de Klaus qui la saisit sans grande difficulté, mais elle c'était déjà déplacé et avait récupéré son arme en bois pour la brandir sur Klaus qui lui stoppa le bras et la repoussa sans aucun mal non plus. Elle bascula, comme si elle avait heurtait un mur de force et de muscles et tomba sur les fesses aux pieds de Klaus qu'elle fusilla du regard. Elle se redressa, le regard furibond sur lui Bien ! Tu es content maintenant ?! Tu m'as assez humilié et ridiculisé pour la journée ?! On peut y aller maintenant !? Où tu veux encore évaluer mon niveau de médiocrité en temps que vampire ?! Désolé de te décevoir mais si tu veux tout savoir je n'ai jamais tué un seul vampire ! Je ne suis déjà pas capable de tuer des humains tu aurais pourtant dut t'en douter non ?! Sorry de ne pas être à la hauteur ! Tu m'as peut être un peu trop surestimée visiblement ! Ouai je suis peut être qu'un bon coup au pieu ! Remarque tu as au moins ça en lot de consolation ! Oui, il l'avait quelque peu blessé et touché en lui sortant cela, et comment voulait il que de toute façon elle arrive à quelque chose avec un Hybride Originel de 1000 ans. Le vampire à fleur de peau réclamant la bagarre et le sang, l'humaine en proie au doute et à ses vieux démons, elle ne se sentait pas bien du tout ... elle ne contrôlait pas la situation donc... elle devait la fuir. Elle tourna les talons, s'éloignant de lui d'un pas énervé et déterminé... elle n'était pas dupe, elle s'attendait forcément à se qu'il la rattrape... chacun de ses muscles étaient tendus, ses sens à l'affût du moindre mouvement de l'hybride, ses mains prêtes à agir.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Ven 26 Juil - 21:09







        † Try Again,, SweetHeart.

        Les paroles que l’originel prononçait avaient toute un but bien précis. Il cherchait l’indignation, la résistance, et il poussait la provocation de sorte à la mettre en colère. Plus il la regardait, plus il voyait à quel point elle se mettait à douter d’elle-même en à peine quelques mots… Trop pleine de bonnes intentions, et même si ce côté-là était éblouissant chez elle, elle allait devoir apprendre à se salir les mains. Elle allait lui en vouloir sur le moment, c’était sûr. Mais ainsi, il la garderait en vie pour l’éternité. Il se doutait que ce n’était pas simple pour elle, mais elle n’appartenait plus au monde des humains et allait devoir se confronter au démon en elle. Et lui était tout excité à l’idée de voir la vampire sortir un peu. Elle avait juste besoin d’un peu de motivation, il commençait à la sentir à cran. Il la regarda alors qu’elle croyait pouvoir s’en aller. Non, aujourd’hui, elle était prise au piège, que cela lui plaise ou non. L’humain en lui détestait faire cela, l’hybride était en pleine extase. Ce contraste constant en lui faisait osciller son humeur. Il lui posa alors une question, de façon assez machiste, il l’avouera sans mal. Mais au moins, elle eut la réaction désirée car sa belle reine se retourna. Là, il avait retenu son attention et il arbora un grand sourire satisfait. Puis elle ‘attaqua’, et il doit l’avouer, c’était un vrai désastre. Elle n’avait aucune tactique, elle fonçait dans le tas, puisant uniquement dans sa force… Le meilleur moyen de se tuer… Il la regarda tomber à terre et eut un léger regard désolé pour elle tout de même. Mais là encore, elle n’agissait pas du tout comme un vampire et n’y mettait aucune volonté. Il voyait bien la barrière installée entre l’humaine et la vampire, mais il fallait la briser et ce, de toute urgence. Le regard massacrant qu’elle lui jeta ne l’étonna pas vraiment, il savait qu’elle lui en voulait. Il était normal qu’elle lui en veuille. « Bien ! Tu es content maintenant ?! Tu m'as assez humilié et ridiculisé pour la journée ?! On peut y aller maintenant !? Où tu veux encore évaluer mon niveau de médiocrité en tant que vampire ?! Désolé de te décevoir mais si tu veux tout savoir je n'ai jamais tué un seul vampire ! Je ne suis déjà pas capable de tuer des humains tu aurais pourtant dut t'en douter non ?! Sorry de ne pas être à la hauteur ! Tu m'as peut être un peu trop surestimée visiblement ! Ouasi je suis peut être qu'un bon coup au pieu ! Remarque tu as au moins ça en lot de consolation ! » Elle lui tourna le dos. Il la regarda partir quelques secondes.




        † Don't turn your back on me !
        Son côté défaitiste avait le don de l’énerver grandement. Elle ne donnait aucune chance au vampire en elle, ne prenait pas le temps de le faire et le qualifiait elle-même de médiocre, ne cherchant en aucune façon à mieux le comprendre ou l’écouter. ‘Pas être à la hauteur’, quand avait-il dit cela ? Il ne tolérait pas qu’elle interprète de la sorte ses actions. Ne faisait-il pas TOUT pour elle ? Comment pouvait-elle encore et encore douter ? Il lui offrait tout ce qu’il n’avait jamais offert à personne. A cet instant précis, il lui offrait toute son attention encore. Par amour, par passion, par destinée… Peu importe ! Il se plaça rapidement devant elle et la força à se stopper. « Stop turning your back on me ! » Il plissa légèrement le regard, fixant le sien et pénétrant avec insistance à l’intérieur de ses prunelles. Il ne supportait pas qu’elle se sous-estime de la sorte. « Je ne suis pas ‘content’ et mon but ici n’est pas de t’humilier ou de te ridiculiser, mais de t’apprendre à rester en vie. Personne ne dit ici que tu n’es pas à la hauteur sinon toi-même. Tu préfères enfermer ce qui est en toi que d’apprendre à le connaître et le contrôler. Tu te dis médiocre, mais tu ne te donnes même pas la chance d’être meilleure. Je te pensais bien plus téméraire que ça, tu abandonnes vite… » Il était un peu dur, mais il ajustait le cours à sa façon. Alors effectivement, il n’employait pas le même ton que dans leur intimité, mais il ne pouvait pas le faire. Elle devait arrêter de rêver, et elle savait cela à l’avance.  



        † Close your eyes... Feel ...  
        Il se redressa et la regarda un instant. « Moi, je n’abandonne pas. » Elle souffrait, il pouvait le dire à son regard, à cette peur qui lui rongeait le ventre, sa respiration était rapide, il percevait les affolements des battements de son cœur et il détestait ça. Il baissa les yeux un court instant, puis lui saisit la main et l’entraina à sa suite « Come with me, please love. ». Ils marchèrent ainsi jusqu’à l’entrée d’un immeuble et passèrent au travers des baies vitrées brisées. Klaus se dirigea tout de suite vers les escaliers de secours. L’hybride donnait l’impression de savoir exactement où il allait. Au 7ème étage, il bifurqua en poussant la porte de sortie et ouvrit une seconde porte qui donnait sur un immense gymnase. « Peut-être qu’un endroit plus confiné te mettra en confiance. » Il l’entraina au centre de celui-ci et s’arrêta subitement en se plaçant en face d’elle. De manière impulsive, il prit son visage entre ses mains et déposa ses lèvres sur son front. Puis, il la regarda de nouveau. « A présent, je veux que tu me fasses pleinement confiance et que tu m’écoutes. Tiens. » Dit-il en lui donnant le pieu qu’il avait gardé dans sa manche depuis qu’il l’avait désarmé. « Ferme les yeux. Fais le vide autour de toi et concentre-toi sur les bruits de la pièce, les odeurs… Décris-les-moi. » Il essayait d’aborder la chose avec le plus de patience possible, elle n’avait aucune confiance en elle, ou du moins dans le vampire en elle. Tout simplement, parce qu’elle ne le connaissait pas. Alors il allait essayer de la sécuriser à ce niveau-là, pour qu’elle se laisse aller… Il hocha la tête à la description qu’elle lui fit, déglutit et déclara par la suite « Maintenant, je veux que tu visualises une personne que tu veux tuer. Ressens cette haine te parcourir, tes muscles se gonfler, le sang dans tes veines bouillir. Nourris toi de cette haine-là, identifie là, ressens ce qu’elle provoque en toi… Et frappe en écoutant la pièce, les mouvements, n’ouvre pas les yeux, ressens simplement les choses…»



        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL









Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Ven 26 Juil - 22:23


That's how we do

Pourquoi donc fallait il qu'elle tombe d'un cocon paradisiaque à un entraînement made in Klaus en l'espace de quelques heures seulement. Dans le fond elle savait parfaitement pourquoi il faisait ça, ils en avaient même discuté, elle avait dit vouloir apprendre et se surpasser afin qu'il n'est plus à craindre pour sa survie. En parler est facile... le mettre en pratique est beaucoup plus compliqué. Les valeurs de Caroline, humaines, étaient profondément ancré en elle ! Il y avait toujours un élément en elle qui lui rappelait que c'était mal, qu'elle ne devait pas agir sous l'impulsion du vampire. Stefan lui avait apprit à l'enterrer, ses amis avaient voulu qu'elle l'enterre, son père l'avait torturé pour qu'il ne sorte jamais d'elle... et là elle était censé simplement sortir les crocs et frapper ?! Frapper en plus un homme qu'elle a choisit pour l'éternité, avec qui dans la nuit elle décidait de se lier dans l'avenir le plus intimement et profondément possible par le Bloodsharring ?! Quelle motivation voulait il qu'elle trouve là dedans ?! Oui elle n'en avait aucune ! Il l'énervait et la blessait voilà tout se qu'il réussissait à faire ! Elle décida donc -oui car elle croit pouvoir décider xD- de quitter cette zone stupide et cet entraînement ! Mais c'était assez mal connaître Klaus qui se retrouva en un rien de temps devant elle... et... il n'était vraiment pas d'humeur très sympathique aujourd'hui. L'hybride en lui était en train de prendre son pied comme jamais à la malmener ainsi et elle avait juste envie de le gifler. Le problème était qu'il y avait aussi l'homme qui ne devait pas apprécier d'avoir à faire ça. Elle savait qu'elle pouvait affronter l'hybride, elle comprit rapidement qu'elle ne sortirait pas d'ici avant de lui avoir donné satisfaction ! « Stop turning your back on me ! » OR WHAT ??? Elle aussi elle pouvait lever le ton, elle n'avait pas peur de l'hybride aussi fou que cela puisse paraître ! Il allait faire quoi si elle lui tournait le dos ?! Il savait combien elle pouvait être têtu et suicidaire même par moment ! Surtout quand elle était énervée ! Elle ne contrôlait pas ce genre d'émotion, ça montait en elle, lentement et surement ! Il ne l'avait jamais réellement vu en colère ! Damon lui en avait fait les frais une fois ! Il devait encore s'en souvenir de cette raclée ! « Je ne suis pas ‘content’ et mon but ici n’est pas de t’humilier ou de te ridiculiser, mais de t’apprendre à rester en vie. Personne ne dit ici que tu n’es pas à la hauteur sinon toi-même. Tu préfères enfermer ce qui est en toi que d’apprendre à le connaître et le contrôler. Tu te dis médiocre, mais tu ne te donnes même pas la chance d’être meilleure. Je te pensais bien plus téméraire que ça, tu abandonnes vite… » SHUT UP !!! Elle n'abandonnait pas, elle était juste REALISTE ! Elle ne pouvait pas attaquer un Originel de 1000 ans ! Oh elle pouvait être positive pour un tas de chose, mais quand il s'agissait d'être un vampire... il n'y avait plus rien de positif ! Il la mettait au pied du mur, lui retirait tout contrôle de la situation, la malmenait et la mettait face à ses plus profond démon, elle ne faisait pas le poids face à lui, elle était à court d'argument, d'où cette injection -pas très polie xD- pour le faire taire. Elle voulait juste qu'il se taise !! « Moi, je n’abandonne pas.[...]Come with me, please love.» Elle avait peur, elle se sentait en insécurité totale, elle n'avait même pas envie qu'il la touche, elle voulait qu'il la laisse tranquille. Elle grogna alors qu'il lui saisissait la main pour l'entraîner à l'intérieur d'un immeuble, c'était sale, lugubre, des tags de partout, des verres brisés, des détritus... elle ait sûre qu'il doit y avoir des rats qui y traînent. Ils montaient des escaliers qui grinçaient dangereusement sous leur pas, pour arriver enfin dans un Gymnase qui sentait la poussière, le renfermé, tout se qu'il y a de plus désagréable. Elle extirpa sa main de la sienne pour le regarder fixement...

« Peut-être qu’un endroit plus confiné te mettra en confiance. »Ou pas... peut être que je vais juste me sentir un peu plus piégé comme un rat mort... oh mais attends... je le suis déjà ! Il n'y avait plus vraiment le masque de la jolie fleur fragile, le serpent commençait à répandre son venin comme il le pouvait, elle tentait de le mordre sans grand succès jusqu'à présent. Ils avancèrent jusqu'au centre de la pièce et ne pu même pas savourer le baiser qu'il lui donnait sur son front, c'est comme si elle ne l'avait même pas sentit. Elle était bien trop à fleur de peau pour s'attendrir de ce genre de geste qui la font fondre littéralement en temps normal venant de lui. « A présent, je veux que tu me fasses pleinement confiance et que tu m’écoutes. Tiens. » Elle posa son regard sur le pieu qu'il lui tendait sans le prendre pour autant. « Ferme les yeux. Fais le vide autour de toi et concentre-toi sur les bruits de la pièce, les odeurs… Décris-les-moi. » Elle n'était pas convaincue, mais elle voulait en finir, il ne la lâcherait pas de toute façon. Elle prit le pieu dans sa main droite et ferma les yeux doucement, essayant de se concentrer, elle était tendue, tout se à quoi elle pensait c'était partir d'ici, mais ça lui était impossible. Sa respiration était rapide et dense, signe qu'elle tentait encore d'enterrer le vampire, mais il n'avait pas d'autre choix que de montrer le bout de son nez si elle voulait sortir de ce pétrin dans lequel il venait de la fourrer. Lentement, la respiration de Caroline se calma, comme si on pouvait presque ne plus l'entendre dans la pièce. Sa peau sentait les courants d'air, la chaleur, ses yeux eux étaient plongés dans le noir, mais cela aiguisé tous ses autres sens, ça la coupait aussi de la vision de Klaus... il n'y avait que son odeur... celle du gymnase, elle entendait des bruits, minuscule, en ressentait certains frissons. Il y a... ton odeur... celle du renfermé... la poussière... l'air étouffant... une odeur de... vieille peinture... j'entends... l'air.... des bruits, métallique et... animal... une bâche qui frotte légèrement dans un coin... La voix de Klaus la mettait presque dans un état second, sans ses sens vampirique, l'humaine privé de la vue n'aurait jamais pu déceler ce genre de chose, l'humaine s'effaçait lentement mais restait assez à la surface pour que ses émotions soient vivaces. Elle n'en était pas coupé... et quand il arbora la deuxième phase de son "enseignement" ou elle ne savait pas trop quoi ... tout se mit en ébullition « Maintenant, je veux que tu visualises une personne que tu veux tuer. Ressens cette haine te parcourir, tes muscles se gonfler, le sang dans tes veines bouillir. Nourris toi de cette haine-là, identifie là, ressens ce qu’elle provoque en toi… Et frappe en écoutant la pièce, les mouvements, n’ouvre pas les yeux, ressens simplement les choses…»

Une image vint la percuter, celle de ce brun, les yeux cristallins, tous crocs dehors au dessus d'elle, fragile et stupide petite humaine. Les yeux de Caroline se plissèrent sous les émotions qui la submergées totalement. Sa main se crispa sur le pieu improvisé, elle sentait ses veines bouillonnait, tous ses sens à l'affût, Klaus avait bougé bien entendu, mais elle n'avait perdu aucune miette de son déplacement, de son odeur, du bruit de ses pas aussi rapides qu'ils puissent l'être. Elle bondit, donnant un premier coup dans l'air encore chargé de l'odeur de l'hybride, un grognement sourd roulant dans la poitrine de la jeune vampire, les bruits faisaient écho sur les murs, rapidement elle les repéra, s'en servant pour anticiper, les premières attaques furent raté... Klaus était rapide, habile, bien plus fort qu'elle... mais plus les minutes passées, plus le vampire distinguait les manoeuvres de l'Originel. Il avait une certaine technique, changeante, il s'adaptait toujours à la perfection, mais elle commençait à les ressentir, elle se sentait prendre en agilité, en souplesse... n'employant plus seulement la force, mais tous ses sens. La haine gonflait en elle, plus elle ratait sa prise, plus elle redoublait d'effort. Enfin... après une heure de combat... elle réussit à sentir Klaus... il dut pour la première fois la repousser dans l'une de ses attaques, elle tomba à Terre et se releva, continuant ainsi, à force... elle ne tombait plus à Terre, elle trouvait son équilibre pour retomber à chaque fois sur ses pieds... les minutes passaient sans qu'elle ne s'en aperçoive, elle était endurante, mais ne le serait jamais autant que Klaus, d'autant plus qu'elle n'avait pas chassé avant de s'adonner à cet entraînement. Des grognements de plus en plus bestial s'échappait de son corps si fin et qui paraissait frêle au premier regard. Son visage, malgré ses yeux clos, était déformé par la concentration, la colère, la haine, la frustration... tout se qu'elle avait gardé au fond d'elle depuis deux ans. Elle ne sait pas combien d'heures se sont écoulées, elle était fatiguée, elle se sentait mal, sa respiration était forte, ses doigts étaient incrustés dans le bois qu'elle tenait fermement, ne laissant plus vraiment d'occasion de se laisser désarmer, Klaus arriva par surprise, derrière elle, à peine l'eut il frôlé, qu'elle l'agrippa et le fit passer par dessus son épaule sans trop savoir d'où lui venait cette force, l'Originel tomba lourdement sur le sol, à une vitesse qui aurait même pu lui donner le tournis, elle avait prit appuie sur ses mains sans lâcher le pieu pour faire volte face et atterrir à califourchon sur Klaus, brandissant le pieu tout crocs dehors, elle frappa en plein au dessus du coeur qu'elle entendait et ressentait battre, sa cible... sa proie... depuis des heures... Damon... L'originel n'eut aucun mal à saisir le pieu, elle imposa sa force contre celle de l'hybride, appuyant pour atteindre son but, des larmes de rage coulaient sur ses joues... elle était en transe et ouvrit brusquement les yeux, prenant une bouffée d'air, elle vit le regard de Klaus, sentit son odeur, elle sentit l'épuisement dans chacun de ses muscles, elle sentit les émotions la submerger, elle se redressa brusquement sur ses jambes, lâchant le pieu, s'écartant de Klaus, la colère enflait encore sa respiration This is not me... this is not me... THIS IS NOT ME !!! Elle n'avait pas l'ambition de tuer, ça n'était pas elle, du moins... elle refusait que ça soit elle. Elle ressentait aussi la soif, tordant son ventre, brûlant sa gorge, rendant ses crocs douloureux et sensible... elle partit à vitesse vampirique de la pièce comme si elle étouffait, cherchant une sortie de l'immeuble, elle était perdue, oscillant entre toutes les émotions qui bataillaient en elle, les deux entités qui se battaient férocement, son esprit s'embrouillait, elle se prit la tête entre les mains et bondit à travers une fenêtre abandonnée de vître depuis des lustre... atterrissant lourdement sur le bitume, ses jambes flanchèrent et elle se laissa tomber assise sur le sol en serrant ses ongles dans ses cheveux, en s'hurlant intérieurement de se taire, elle voulait que l'humaine et le vampire lui fiche la paix là maintenant et tout de suite.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 27 Juil - 10:55







        † Don't turn your back on me!

        L’originel venait d’être piqué au vif par les propos de Caroline. Il ne supportait pas qu’elle puisse penser et dire des choses pareilles. Ne savait-elle pas pourquoi il faisait tout cela ? Il avait l’impression de faire face à un gros caprice, il en était de plus en plus agacé. Avec rapidité, il la rejoignit, la forçant à s’arrêter et lui cria légèrement dessus. Mais il ne supportait pas cette attitude : essayer de le faire culpabiliser de la sorte et surtout lui tourner le dos… C’était comme si elle lui enlevait la confiance qu’elle avait placée en lui, comme si elle brisait leur lien. La voir s’éloigner de lui ainsi, avait suffi à le faire sortir de ses gongs. « Or What ? » Devant son regard, un léger voile furieux se posa alors qu’elle lui répondait sur le même ton. Il la regarda un instant sans rien dire, avant de répondre sur un ton assez autoritaire reprenant ses dires et bousillant ses théories. « SHUT UP !!!» L’hybride n’avait pas vraiment l’habitude de ne pas réagir lorsqu’on lui parlait de la sorte. En d’autres circonstances, la personne en face de lui n’aurait plus de tête. Il serra ses poings pour contenir la violence qui, emmagasinée en lui, ne demandait qu’à sortir. Mais il n’était pas là pour se battre avec des principes humains et il sentait l’énervement monter en elle. Cependant, il ne pouvait pas non plus se taire aussi simplement que cela. « Oh tu aimerais bien que je la ferme, oui, je vois ça. Mais je ne suis pas là pour te faire plaisir, love. Et je te rappelle, car tu sembles l’oublier, que tu as choisi cela en toute conscience. ET, il n’y a pas de retour en arrière possible. » Elle l’agaçait, l’humaine en elle surtout. Oh bien sûr, il pouvait comprendre ses craintes, après tout elles étaient légitimes. Lui aussi avait eu du mal à accepter ses différentes natures, et personne ne l’avait aidé dans le processus. L’hybride ne comprenait pas comment elle pouvait rejeter son aide aussi radicalement et facilement. Il se recula un peu, détourna le regard et jeta un coup d’œil autour d’eux. Il fallait qu’il se calme un peu, il avait l’impression qu’il n’obtiendrait rien d’elle ainsi. Et pourtant, elle commençait à montrer elle-aussi des signes d’impatience et d’énervement, cela signifiait que ça marchait. Alors pourquoi hésitait-il ? Pourquoi ça faisait mal ? D’habitude ça ne faisait pas cela quand il enseignait. Mais d’habitude, il n’éprouvait rien… Et là, l’humain en lui se tordait de douleurs, ce qui rendait l’hybride encore plus sur les nerfs, la colère commençant à se diriger contre lui-même. D’où lui venait cette faiblesse-là ? Depuis quand hésitait-il à faire du mal ?  




        † Close your eyes... Feel...
        Il en vint à la conclusion qu’il devait s’y prendre autrement. Il lui demanda de le suivre, attrapant sa main pour être sûr qu’elle le fasse. Son grognement l’exaspéra et ses muscles se tendirent quelques secondes, avant de les relâcher alors qu’il marchait. Tous ces signes d’irritation le rendaient fou, du coup il s’enferma dans le silence, le temps d’arriver là où il voulait aller.  Il s’efforça de réfléchir à quelque chose qui marcherait mieux que cela, ou du moins quelque chose qui ne l’énerverait pas autant lui. « Ou pas... peut-être que je vais juste me sentir un peu plus piégé comme un rat mort... oh mais attends... je le suis déjà ! » Il relâcha sa main en l’entendant. Il secoua la tête, soupirant d’exaspération. Mais il ne répondit rien, car il allait gaspiller de l’énergie à s’agacer et il avait la sensation que cela ne servait absolument à rien. Il savait qu’elle était en colère, qu’elle n’aimait pas la façon dont il lui parlait, qu’elle voulait le blesser et en quelque part elle y arrivait. Mais il ne montrait absolument rien. Il l’entraina au milieu de la pièce et s’arrêta face à elle, revoyant donc sa manière de procéder. Une impulsion incontrôlable lui fit déposer un baiser sur son front. Elle restait son joyau et sa pierre précieuse en dépit de tout ça, il ne pouvait pas lui en vouloir. C’était sa faute à lui et il avait provoqué tout ça.  Par nécessité, lui rappelait l’hybride. Il n’avait pas le choix. Il en appela alors à sa confiance en lui, à leur lien et lui demanda de fermer les yeux et de faire le vide en elle. Il prenait une voix très calme et imposante pour vraiment la guider dans cet exercice d’introspection. Il la regardait, yeux fermés, commencé doucement à se poser et à écouter, sentir… Être un vampire ne signifiait pas être un amas de muscles prêt à bondir pour tuer. Être un vampire était bien plus intense que cela. Les sensations étaient démesurées, les ressentis parfois violents, les pulsions provoquées étaient souvent irréfléchies, et semblaient être nécessaires pour évacuer la rage. Il voulait qu’elle évacue la rage, mais qu’elle le fasse en exploitant chaque dimension de ses nouvelles possibilités. « Il y a... ton odeur... celle du renfermé... la poussière... l'air étouffant... une odeur de... vieille peinture... j'entends... l'air.... des bruits, métallique et... animal... une bâche qui frotte légèrement dans un coin... » Elle était calme, sa respiration était posée. La voilà enfin concentrée… Il enchaîna alors rapidement pour orienter ses ressentis vers la haine qu’elle éprouvait envers certaines personnes. Combien de fois avait-il imaginé son père en face de lui pour devenir  incontrôlable ?  C’était une méthode qui portait généralement ses fruits…   



        † Knock you Down 
        Très rapidement, il se rendit compte que Caroline venait d’entrer dans un état second. Son attitude avait totalement changé, elle se montrait bien plus agressive, bien plus rapide. Il bougeait en anticipant ses coups, l’observant. Il constatait qu’elle avait plus de potentiel qu’elle ne voulait bien le voir, elle apprenait de ses erreurs à vrai dire et ne frappait pas deux fois au même endroit. Elle était très attentive à ses mouvements et avait su trouvé la conviction, car lorsqu’elle tomba, au lieu d’abandonner, elle redoubla de rage. Un petit sourire se posa sur son visage alors que ses attaques se faisaient de plus en plus précises, de plus en plus rapides. Elle commençait à anticiper ses mouvements, ne se laissait plus tomber au sol mais retrouvait rapidement son équilibre. Elle n’avait pas de techniques particulières et ne cherchait pas vraiment à déstabiliser son adversaire, mais ses coups se faisaient de plus en plus justes et le frôlaient peu à peu. Il n’avait pas pensé que cette attaque durerait aussi longtemps, mais il la laissa continuer, redoubler d’efforts. Il avait trouvé ce qui l’énervait le plus au monde. Damon Salvatore, c’était clair et net. Et tout cela était parfaitement logique. Cela faisait bien plus de deux heures qu’elle lui tournait autour cherchant à l’atteindre, il allait falloir que ça s’arrête, sinon elle finirait épuisée et ce qu’il avait prévu ensuite pourrait ne pas se réaliser. Sans prendre toutes ses précautions, il se plaça derrière elle comme pour l’attaquer et sa réaction se fit fulgurante. Il fit un petit vol plané dans les airs avant de s’écrouler au sol et d’attraper le pieu sur lequel elle appuyait de toutes ses forces pour l’enfoncer dans sa poitrine. Il arborait un vrai sourire de fierté en la voyant ainsi réussir à atteindre son but. Son sourire se déforma en apercevant des larmes couler le long de sa joue. Il fronça les sourcils et la vit ouvrir les yeux et paniquer. Elle paniquait complétement, si bien qu’elle se releva en criant « This is not me... this is not me... THIS IS NOT ME !!! » Il était surpris de cette réaction et garda le pieu dans sa main un instant, encore allongé au sol alors qu’elle s’enfuyait en courant. Il se redressa et se leva. Les défenses de Caroline étaient encore bien trop en place, si bien qu’elle ne prenait aucun plaisir à tout cela. Hors elle devrait. Il laissa le pieu au sol et partit de la pièce sans se presser. Il savait où elle était et la rejoignit rapidement.  La trouvant, assise par terre, repliée sur elle-même, tordue de douleurs par le combat intérieur qui se jouait en elle, il ressentit de la peine. Il s’agenouilla donc lentement en face d’elle et ne prononça pas un mot pendant plusieurs minutes, il attendait qu’elle se calme. Ce qui ne semblait pas arriver, alors doucement il parla, sur un ton rassurant « C’est bien toi, mon amour. C’est la partie la plus forte de toi, celle qui te protégera dans ce monde, et pour tout t’avouer, tu es loin d’être un vampire médiocre. » Il avait un léger sourire, mais il voulait lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à éprouver de la honte à cause de cela. Après tout, il avait douté qu’elle arrive à l’atteindre et elle y était bien arrivée. « Lève-toi mon amour. Sèche tes larmes et viens avec moi. » Il tendait sa main vers elle, attendant gentiment qu’elle la prenne. Il était plus calme, plus confiant, et surtout fier d’elle.





        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 27 Juil - 12:22


That's how we do

« Oh tu aimerais bien que je la ferme, oui, je vois ça. Mais je ne suis pas là pour te faire plaisir, love. Et je te rappelle, car tu sembles l’oublier, que tu as choisi cela en toute conscience. ET, il n’y a pas de retour en arrière possible. » Elle reconnaissait bien là l'oeuvre de l'hybride, Klaus n'avait réellement pas l'air d'apprécier la fuite dont elle faisait preuve, mais elle n'avait selon elle pas d'autre choix ! Elle ne voulait pas se battre, elle ne voulait pas sortir le vampire qui dormait en elle, n'attendant qu'une chose : son heure de libération. En vérité elle se rendait compte qu'elle avait fait l'inverse de tout vampire. Au lieu d'éteindre son humanité pour mieux gérer cette nouvelle vie, et le lot colossal d'émotion livrée avec... elle avait éteint le vampire. Le négligeant totalement, le nourrissant mal, ne l'exploitant quasiment jamais. Pourtant au fond d'elle, cette flamme était bien présente, prête à s'embraser. Elle aimait être forte, intrépide... elle n'a jamais recherché la Cure pour elle même. Un signe bien fort que dans le fond elle ne veut plus de l'humanité. Pourtant elle s'y accroche comme si sa vie en dépendait. La simple et seule vérité et qu'elle a peur de cet inconnu, du vampire en elle. Elle n'a jamais eut peur de quoique se soit d'être à part d'elle même ! Et Klaus la poussait dans ses retranchements, elle lui avait mal parlé, lui ordonnant de se taire car... la vérité qu'il exprimait été dérangeante pour elle, ou plutôt pour l'humaine qui tentait de résister encore et toujours. Elle ne pu rien répondre à se qu'il venait de dire, oui elle avait choisit cette vie en âme et conscience... mais y être confronté est bien plus dur qu'elle ne l'aurait cru. Toutes ses défenses étaient dressées devant lui, il faisait face à un mur ! Plus il essaierait par la force, et plus le mur se renforcerait.

Klaus avait plus d'un tour dans son sac, elle voyait combien lui aussi se livrait un combat intérieur. L'hybride aurait très certainement bien aimé la faire taire une bonne fois pour toute alors que l'humain lui aimerait bien pouvoir la garder tranquillement au chaud dans leur petite bulle. Mais elle avait clairement affaire à l'hybride, et elle s'y confrontait, elle n'en avait pas peur... elle le détestait juste sur le moment de lui faire subir ça. Changement de décors et de méthode, Klaus trouva la technique pour la faire se concentrer enfin... les odeurs, les bruits, tout lui parvenait, aucun détail ne lui échappait dans cette pièce et ses alentours. Il guida lentement Caroline vers la haine, une haine profonde qu'elle nourrit depuis deux ans passés, jamais assouvie, jamais exprimée même. Il voulait qu'elle frappe... et c'est se qu'elle fit. Maladroitement au début, pour au fur et à mesure de ses erreurs se corriger et redoubler d'effort, se servant de cette haine, de cette colère trop enterré. Le vampire était là à fleur de peau, il montrait les crocs et intimait à l'humaine de se taire et de le laisser faire. Le combat dura plus de deux heures, Klaus n'en ressentirait aucune fatigue contrairement à elle. Mais contre toute attente, au dernier moment elle réussit à le renverser et à brandir le pieu au dessus de lui, il était impossible pour elle de l'atteindre ça c'était très clair, mais tout se qu'elle entendait c'était son coeur et la rage de vouloir le faire cesser de battre. Elle était en transe et en sortit brutalement, bondissant à reculons pour s'éloigner de lui et se mettre à hurler avant de disparaître de la pièce.

Le combat livré par les deux entités en elle était féroce et douloureux. Elle avait renversé Klaus, elle était fière, elle avait su utiliser ses capacités vampirique pour arriver à ses fins. Mais elle se détestait, cette violence... ça n'était pas elle ! ça n'était pas les valeurs qu'on lui avait apprise ! Le problème... est que son éducation humaine ne peut plus l'aider à survivre dans le monde des vampires. Elle doit en sortir et se comporter différemment. Seulement, elle n'a aucune autre base sur laquelle s'appuyer, c'est le néant total pour elle ! Et le néant fait peur ! Elle était paniquée et serrait ses mains dans ses cheveux, fermant les yeux, elle avait l'impression que tout se mélangeait, elle n'arrivait même plus à faire le tri. Klaus ne tarda pas à la rejoindre, s'agenouillant lentement face à elle, elle ne le regardait pas, elle sentait juste sa présence, son odeur enivrante. Elle lui en voulait, elle était en colère contre lui. Mais elle savait qu'il faisait ça pour son bien, qu'il entreprenait se que personne n'avait jamais oser entreprendre. Il ne faisait pas que l'entrainer, il lui permettait de révéler les deux parties d'elle même. Tout comme elle l'avait fait pour lui. Il ne parlait pas, et elle ne savait pas vraiment se qu'il attendait... l'accalmie ?! Elle n'en ressentait aucune ! Alors il dut comprendre qu'elle ne parviendrait pas à se calmer seule, il lui adressa la parole d'un ton bien plus calme que précédemment, l'autorité et le brin de méchanceté ayant disparu. Elle rouvrit lentement les yeux pour les lever vers lui « C’est bien toi, mon amour. C’est la partie la plus forte de toi, celle qui te protégera dans ce monde, et pour tout t’avouer, tu es loin d’être un vampire médiocre. » L'humaine avait envie de le repousser pour de tels propos, la vampire elle se sentait plus forte et fière. Elle avait du mal à comprendre se qui lui arrivait, l'humaine devait cohabiter avec le vampire qui ressentait une faim assez prononcé à présent... et elle n'en avait pas l'habitude. C'est un peu comme si un bouton avait été sur OFF pendant deux ans... et qu'il venait brutalement de passer sur ON. Elle n'arrivait même pas à s'exprimer, parce qu'elle ne savait pas se qu'elle devait dire. Devait elle laisser parler l'humaine... le vampire... Elle n'en savait rien, alors elle imposait le silence aux deux parties d'elle même, fixant simplement Klaus, il n'avait bien souvent pas besoin de mot pour comprendre se qui se passait en elle. Il venait d'exploser toutes les barrières, toutes les portes... et elle devait simplement apprendre à se démerder avec le bordel qui se jouait en elle à présent. (Thanks ?! xD) Tout se qu'elle savait, c'est qu'elle ne se sentait pas bien du tout. « Lève-toi mon amour. Sèche tes larmes et viens avec moi. » Elle regarda sa main tendu, les larmes cessant de rouler sur ses joues lentement, elle saisit sa main pour se relever, le fixant encore et encore, ses prunelles bleues rougies par les larmes ne laissant aucun répit à Klaus, sa respiration était dense, ses crocs n'avaient qu'une seule envie, sa gorge était serrée, son ventre noué, elle secoua la tête et avoua dans un sanglot étranglé I'm so hungry... Elle n'avait pas l'habitude d'être privé de ses poches de sang quotidienne, le vampire était réveillé et il avait besoin de sang, elle se sentait honteuse et impuissante... mais il en avait envie, il en avait besoin...


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 27 Juil - 14:53







        † Knock You Down

        Klaus avait dû réajuster sa méthode, après avoir compris qu’il devait réveiller quelque chose de plus enfoui en Caroline.  L’énerver simplement en la taquinant de la sorte ne servirait à rien, elle n’avait pas peur de lui. Généralement, il se confrontait toujours à des personnes qui avaient peur de lui, et avaient raison d’ailleurs. Mais Caroline, l’hybride ne lui faisait absolument rien alors qu’elle avait conscience de ce dont il était capable. Et il se rendait compte qu’elle aussi de la sorte pouvait très bien le pousser dans ses propres retranchements et ce n’était pas le moment de s’y perdre. Volte-face, changement de méthode. Il l’entraîna dans un immeuble, un endroit plus contenant lui permettrait de mieux se concentrer, il le savait. Elle avait besoin d’être guidée, pas poussée, alors il puisa dans ses propres ressources pour se faire le plus patient possible. Et cela marcha, un peu. Caroline se laissa faire et commença à ressentir les choses comme un vampire. Elle se mit à être attentive, à réfléchir et à attaquer en conséquence. Durant deux heures, il la testa ainsi alors qu’elle cherchait à l’atteindre, employant différentes méthodes. Elle commençait à mieux anticiper et à repérer ses déplacements, petit à petit, elle devenait féline, sauvage. Il adorait ça. Ses attaques devinrent plus rigoureuses, plus ajustées, plus rapides. Elle avait fini par trouvé son équilibre aussi et se mouvait avec une agilité épatante. Elle ne montrait pas d’évidents signes de fatigue et d’essoufflements, et au fur et à mesure, concentrait mieux son énergie pour ne pas trop l’épuiser. C’était intéressant cette façon qu’elle avait de très vite s’adapter à son adversaire. Lui ne portait cependant pas de coups, il se déplaçait juste très rapidement, évitant de se faire toucher. Mais elle le repérait vite et bien, il en était plutôt content. Afin d’éviter de trop l’épuiser, il fit plusieurs erreurs d’affilée et elle sut s’en servir correctement et saisir l’opportunité de le renverser. Il tomba avec fracas sur le dos, mais la douleur ressentie ne l’accapara pas vraiment. Il retint ses bras et elle finit par lâcher le pieu dans ses mains, sortant de sa torpeur, quittant son aveuglement imposé, s’affolant et paniquant totalement. Il la regarda partir avec une certaine pointe de déception. Lui qui voulait la féliciter pour les efforts fournis pendant plus de deux heures… Il remettrait les félicitations à plus tard. Il se leva, laissa le pieu car il n’en avait plus besoin et la rejoignit sans grande difficulté. La trouvant repliée sur elle-même en bas de l’immeuble, il prit le temps de s’agenouiller et de simplement la regarder…   




        † Your tears break my Heart
        Elle pleurait, un flot de larmes incessantes roulait le long de ses joues nacrées. Elle était à fleur de peau, en train de faire face au vampire en elle et c’était quelque chose qu’il ne pouvait pas faire à sa place. Elle n’appartenait plus au monde des humains, elle devait se faire à son nouveau monde et accepter ce qui était à présent une entité bien vivante en elle. Ses larmes lui brisaient le cœur et il détestait vraiment la voir ainsi, en proie à des émotions multiples, perdue et affolée. Lentement, il parla. Avec une voix beaucoup plus douce et rassurante que précédemment. Elle releva son regard vers lui et il vit sa détresse. Il ne sourcilla pas et garda un air calme et confiant. Il vit à quel point elle lui en voulait, à quel point elle se sentait impuissante face à tout ça, il voyait la lutte profonde qu’il venait d’amorcer en elle et il se détestait pour tout cela. Il avait envie de se frapper lui-même à vrai dire. En temps voulu, il devra évacuer cette colère. Elle ne lui répondit pas, mais son regard parlait assez pour elle. Il ne pouvait pas la laisser dans cet état-là, cette vision le terrassait vraiment. Il se leva, lui tendit la main et poursuivit sur le même ton doux. Lorsqu’elle saisit sa main et qu’elle se redressa, il fit face à son visage parfait rougie par les larmes. Il avait fermé toutes les portes à l’humain qu’elle avait réveillé en lui pour ne pas se laisser gagner par ses émotions et tout arrêter. S’il écoutait la partie la plus faible en lui, il arrêterait de la pousser à bout et l’emmènerait en sécurité dans leur appartement. Mais l’humain avait aussi conscience qu’il ne faisait pas le poids contre l’hybride, surtout en matière de sécurité et de survie. Il était désarmé face à ça, son arme c’était l’hybride. « I’m so hungry… » Son sanglot fissura son cœur. Il sourit très légèrement à cette phrase et répondit très vite « I know. »  



        † Hunting Time
        Il détourna son regard d’elle, car à force de faire face à ses larmes, il commençait à perdre de vue le but de tout ça. Il reprit une bouffée d’air et regarda autour d’eux. Ils devaient revenir vers l’activité urbaine pour chasser, heureusement la banlieue n’était vraiment pas loin et il connaissait un vieux bar, assez à l’écart, dont les principaux clients étaient pour la plupart des trafiquants. « Follow me, love. » Dit-il avant de l’entrainer dans une course qui l’obligeait à se servir de ses facultés vampiriques, encore. Il allait vite et maintenait une bonne vitesse de course, mais elle le suivait en économisant son énergie. La vampire en elle avait de très bons réflexes de survie, il le constatait de plus en plus. Il ralentit son allure en arrivant aux abords des premières habitations. La misère et la pauvreté dans ce quartier-là étaient innommables, mais son regard ne s’arrêtait pas dessus. Ce n’était pas son monde, pas ses problèmes. « Nous chasserons ici, mon amour. Mais pas question de faire ça n’importe comment. Il va falloir que tu choisisses ta proie, la chasse se savoure en plusieurs étapes. La première est de choisir le terrain. Ce bar fera parfaitement l’affaire. » Déclara-t-il, une fois arrivés devant une enseigne délabrée. Il poussa la porte du bar et comme toute personne normale, s’installa à une table. Il se mit en face d’elle, inquiet de ce qu’elle ressentait, il la regardait pour savoir si elle gérait. « Maintenant que nous sommes ici, il faut que tu détermines ta proie et observe aux alentours. Prenons un verre, ça peut prendre du temps tu sais. » Déclara-t-il soudain alors que le serveur venait prendre leur commande. C’était les rudiments, cela ne lui faisait pas vraiment plaisir, il préférait l’action plus brutale. Mais elle n’était pas encore prête pour cela. Il commanda un whisky  et reprit « Sers-toi de tes sens olfactifs, auditifs, pour repérer tout ce qui se passe ici. Le prédateur doit toujours être en total contrôle de ce qui se passe autour de lui. Lorsqu’une odeur particulière attire tes sens, analyse-la. Comme tous les bruits que tu peux entendre autour, repère ceux qui sont inoffensifs et dont tu n’auras plus à te soucier, ou ceux qui te demandent d’avoir plus de curiosité. » Il se redressa alors que le serveur déposait leur commande devant eux. Il le laissa s’éloigner en le fixant un instant, puis regarda Caroline à nouveau. « Que ressens-tu, love ? »





        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 27 Juil - 17:09


That's how we do

L'entraînement avait été rude, à présent, elle devait faire face à deux entités qui n'arrivait absolument pas à cohabiter ensemble ! Elle se sentait torturait et se rendait compte de combien elle c'était facilité la tâche en deux ans. Elle ne voulait pas appartenir à ce monde, le problème est qu'elle en faisait partit et qui plus est... elle avait choisit de vivre éternellement avec Klaus. Elle ne pouvait plus faire sans le vampire. Il était obligé d'entrer dans la partie si elle ne voulait pas mourir précipitamment. Elle n'avait pas envie de changer, car c'était effrayant. Mais Klaus ne cherchait pas à la changer, il l'aimait telle qu'elle était, seulement, il voulait le meilleur pour elle... et le meilleur passait par l'apprentissage du pire ! Elle savait que ça ne se ferait pas sans mal, mais elle ne pensait peut être pas que ça serait aussi rapide. Stupide de sa part, Klaus déteste perdre son temps -contrairement au fait qu'il a tout son temps à présent - mais il avait toujours été soucieux de sa survie, l'humain en lui devait détester de lui infliger ça, mais devait reconnaître que c'était nécessaire pour la garder sienne des millénaires. L'hybride lui se faisait une joie de lui infliger ça, elle ne devait plus être une faiblesse, or... pour l'heure. Elle en était une ! Klaus avait beau lui dire tout se qu'il voulait, elle était une faiblesse pour lui. Un maillon faible dans sa chaîne de survie. Il devait rectifier ça, et il était en train de le faire. A présent, elle allait devoir faire avec, et elle le détestait pour ça. Sur l'instant ça faisait bien trop mal pour qu'elle ne lui en veuille pas ! Son regard lui montrait combien elle était désemparée, et elle s'en fichait que se soit la partie la plus forte... cette partie là était en train de la bouffer sous le flot d'émotion, de contradiction, ressentant cette faim animal ou plutôt... Cannibale démangeait tout son être. Elle se détestait pour ça. Elle se culpabilisait, se molestait mentalement de prononcer les mots qu'elle venait de lui dire. Le vampire osant s'exprimer pour la première fois. La dernière fois qu'elle avait prononcer ces mots... sont père l'avait incité à enterrer cette soif pour éviter d'avoir à la tuer. Elle accepta de prendre sa main et de se relever, il avait, pendant un moment, évité de la regarder. Alors quoi ?! La vision de se qu'il avait provoqué était trop insupportable ?! Il allait devoir s'armer, car elle ne comptait pas l'épargner en cachant se qu'il produisait chez elle.

Elle dut le suivre, évidemment, il avait prit le rythme vampirique, un rythme qu'il pouvait avoir bien plus soutenue que le sien ! Elle devait s'adapter en permanence et malgré les deux heures qu'elle venait de passer à essayer de l'atteindre. Elle adapter son rythme, économiser son énergie, son souffle, suivant la cadence de l'hybride et se concentrant sur le but pour ne pas flancher. Ils arrivèrent rapidement dans la banlieue de la ville... un endroit non désertique mais tout aussi pauvre et lugubre. Si Klaus ne semblait pas atteint par autant de misère, Caroline elle s'en sentait toujours révolté. Combien de gala pour la "bonne cause" à t-elle organisé à Mystic Fall's ?! Elle c'était toujours sentie citoyenne du monde et en portait donc une certaine responsabilité. Elle suivit Klaus sans un mot dans ce Quartier « Nous chasserons ici, mon amour. Mais pas question de faire ça n’importe comment. Il va falloir que tu choisisses ta proie, la chasse se savoure en plusieurs étapes. La première est de choisir le terrain. Ce bar fera parfaitement l’affaire. » Visiblement, elle n'aurait pas droit à un peu de répit aujourd'hui. Elle devait se nourrir, mais si elle avait pu se dispenser d'une pédagogie particulière, elle n'aurait pas dit non effectivement. Elle se sentait réellement éreintée, plus moralement que physiquement... mais il est clair que son esprit torturé entre ses deux parties d'elle même réclamait du calme ! ça ne serait pas pour tout de suite, elle suivie Klaus dans le bar et y ressentit un certain frisson en y entrant. C'était le genre de bar dans lequel elle ne serait jamais rentré en étant humaine : instinct de survie oblige ! Elle s'installa à la table que Klaus avait choisie, toujours sans dire un mot, ce silence devait peut être lui être pesant à la longue, mais elle ne savait pas quoi exprimer, elle n'arrivait pas à faire le tri ! « Maintenant que nous sommes ici, il faut que tu détermines ta proie et observe aux alentours. Prenons un verre, ça peut prendre du temps tu sais. » Le serveur s'approcha, elle laissa Klaus commander sa boisson et réclama la même chose à l'étonnement du serveur. Klaus commandait souvent des alcools "masculin" relativement fort... mais là... c'est bien se dont elle avait besoin ! Elle ne risquait plus la cirrhose à présent alors au diable les apparences. ça serait Whisky, pur... sans coca ni autre connerie qui pourrait couper un peu l'alcool. « Sers-toi de tes sens olfactifs, auditifs, pour repérer tout ce qui se passe ici. Le prédateur doit toujours être en total contrôle de ce qui se passe autour de lui. Lorsqu’une odeur particulière attire tes sens, analyse-la. Comme tous les bruits que tu peux entendre autour, repère ceux qui sont inoffensifs et dont tu n’auras plus à te soucier, ou ceux qui te demandent d’avoir plus de curiosité. » Elle se pinça les lèvres et posa son regard sur le serveur qui leur apportait leur commande, elle prit son verre entre ses doigts et le faisait tourner en posant son regard sur la pièce, elle tournait son verre de façon incessante entre ses doigts « Que ressens-tu, love ? » Mmmm tellement de chose qu'il n'avait pas envie d'entendre. Elle serra les mâchoires et comprenait bien que la question se posait sur se qu'elle ressentait dans le bar. Son audition se focalisa sur les bruits du bar... les verres... les liquides... les glaçons qui provoquaient de léger bruits dans les verres, les battements des coeurs gorgés de sang frais humain, elle fit craquer sa nuque doucement, ressentant un frisson tout le long de sa colonne vertébrale, elle était tendu, elle posa son regard sur le serveur, l'observant dans son attitude, un cliquetis se fit entendre, le regard de la blonde se vrilla sur un homme... il touchait simplement ses clés, tous ces gens semblaient ronger par la misère et la pénibilité de leur vies. Je ressens... l'alcool... la sueur... la pauvreté et l'abandon... la misère humaine... des veines bien trop gorgée d'alcool ou autre substances illicites... Pourquoi l'avait il amené ici ?! Il n'y avait réellement rien de consommable au menu ! Elle avait pas envie de se retrouver défoncer aux méthamphétamines ! De plus, elle ne trouvait aucune motivation à tuer ces personnes, elles étaient juste désespérées et perdues dans une vie qui ne sera jamais meilleure. Son verre toujours entre ses doigts fins jusqu'à se qu'un enfant de 15 ans à peine entre dans le bar, son regard semblait empreint d'une certaine frayeur qu'il tentait de dissimuler. Cette entrée fut suivie de bruit de pas à l'extérieur, plus lourd... son regard sur posa sur la porte d'entrée, elle repéra l'affolement des battements du corps du gamin à l'entrée de cet homme baraqué à la sale gueule très clairement. Caroline fronça les sourcils, oubliant presque totalement la présence de Klaus et même des autres clients du bar. Se qui retenait l'attention de Caroline, c'était la frayeur du gamin, et surtout... le sang "pur" du mec... elle était formelle, il ne contenait aucune drogue... pourtant... elle en sentait la présence sur lui. Le regard de Caroline se posa sur l'arrière du jean du mec imposant ayant environ la quarantaine... une bosse... un bruit... un frottement métallique sur le tissu... une arme sans nul doute. L'adolescent installé à une table semblait avoir les mains moite, elle décelait son angoisse, l'homme installé en face de lui, elle concentra son ouïe de vampire vers leur table, se coupant de tout autre bruit dans le bar pour écouter leur conversation... le gosse semblait être enrôlé dans le genre de trafique qu'il ne devrait pas connaître à son âge ni même jamais dans sa vie. Surement issu d'une famille vivant dans la misère, se sentant obliger d'aider ses parents... ou bien tout simplement contraint de le faire. Il était question de drogue, visiblement l'ado c'était fait dérober la recette de se qu'il avait dut vendre... l'homme se leva brusquement, attrapant l'enfant brutalement par un bras pour le sortir du bar... personne dans le bar ne semblait bouger à la vue de cette scène... pourtant tous portaient dans leur regards le fait d'être pleinement au courant de se qui allait se produire. Caroline émit un grognement sourd, elle prit son verre et le descendit d'une traite avant de se lever sans un mot, ses talons claquant sur le sol dans une démarche assurée et déterminée, guidait uniquement par son instinct de prédateur. Elle sortit du bar et posa son regard sur la rue, l'homme poussa alors le gamin dans une impasse, elle pu entendre le corps frêle de l'enfant heurter le sol... elle n'avait pas fait attention si Klaus la suivait ou non, elle était focalisé sur sa chasse. Elle entendait l'enfant supplier, une gifle... l'odeur du sang très légère parvint à elle, elle serra les poings et s'avança alors jusqu'à l'impasse, elle croisa un soulard bien trop jeune également à son goût, elle saisit la bouteille d'alcool fort qu'il détenait et le mit sous compulsion pour qu'il la lui cède et déguerpisse. Elle pénétra sans hésitation dans l'impasse et se posta droit devant la scène qui se déroulait sous ses yeux, elle posa la bouteille à ses pieds alors que l'homme relâchait le gamin pour se redresser et lui gueuler de dégager et de faire comme si elle n'avait rien vu si elle tenait à la vie. Je crois pas que ça va se passer comme ça pourriture... Le mec se mit à rire et ordonna à l'enfant de dégager de sa vue avant qu'il ne change d'avis, le gamin se releva en hâte pour partir en courant. Une fois ceci fait, l'homme n'hésita pas une seconde et sortie son révolver de derrière son jean, mais Caroline avait déjà disparu de sa vision, il brandissait son arme sans rien comprendre... il comprit rapidement quand elle lui tomba dessus par derrière, de la surprise, un coup de feu partit, elle le désarma sans mal et planta ses crocs acérés dans sa gorge une première fois, l'homme n'arrivait pas à crier sous l'effet de surprise et la violence de l'attaque. Elle relâcha sa gorge, ses crocs dégoulinant de sang sur ses lèvres, elle retourna l'homme pour qu'il lui fasse face, serrant sa nuque, elle lui imposa de se mettre à genoux devant elle, le vampire avait prit totalement possession d'elle, elle voulait voir la peur qu'il infligeait à ce gamin dans son regard. Elle ne tolérait pas ce genre de type si lâche qu'il s'en prenne à des cibles vulnérable au possible. So... maintenant que j'ai ton attention... j'aimerais que tu me supplie de t'épargner comme ce pauvre enfant l'a fait il y a quelques secondes... L'homme bafouilla et se mit à la supplier pour sauver sa peau, un bébé aurait moins émit de gémissement que lui, elle n'avait aucun sourires aux lèvres cependant, son visage était dur, impassible, transformé en celui du vampire, elle se pencha à l'oreille de l'homme pour susurrer d'une voix macabre Too late... et dans un grognement, elle lui infligea une morsure mortelle en plein dans la jugulaire, s'abreuvant de son sang, savourant son goût, le bougre avait au moins l'avantage d'être du groupe B+, le préférait de Caroline. Le sang frais coulait dans sa bouche, s'infiltrant dans ses veines, vivifiant le vampire en elle, elle sentait les battements du coeur ralentir, les râles se faire de plus en plus sourd, l'homme manquait d'air, son coeur cessa de battre, elle pu en comptait les derniers battement faible jusqu'à se qu'il ne reste plus assez de sang en lui. Elle relâche le cadavre qui tomba lourdement sur le sol inerte, les yeux encore grand ouvert et empreint de la terreur qu'il avait subit avant de mourir. Elle se recula et marcha lentement, attrapant la bouteille d'alcool qu'elle avait déposé au préalable alors que Klaus avait pu se délecter de toute la scène ! Elle fouilla les poches du cadavre et trouva une petite boite d'allumette comme certain bar en offre aux clients fidèles, elle versa le contenu de la bouteille sur le cadavre, elle prit une petite allumette entre ses doigts et la craqua contre la boite, elle regarda la flamme un instant... Go to hell... elle lâcha l'allumette qui embrasa le corps de la victime de Caroline, masquant ainsi les causes de la mort pour les gros titres des journaux qui ne chercherait pas plus loin qu'un règlement de compte entre dealer. Ses lèvres tâchées de sang, elle s'approcha de Klaus et se posta droit devant lui en plantant son regard bleu ternit par la journée qu'elle venait de subir. Et maintenant... es tu satisfait ?! Suis je à la hauteur de tes attentes ?! La jeune vampire s'adressait directement à l'hybride qui l'avait poussé toute la journée et malmené pour obtenir se qu'il voulait d'elle. Elle n'en retirait aucune fierté, aucune satisfaction, sa soif était étanchée, et elle était en proie à une dizaine de tourment dans son esprit totalement embrouillé.



fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 27 Juil - 19:12







        † Hunting Time

        Sa belle reine était mise à rude épreuve aujourd’hui, il en avait conscience. Les larmes abondantes qui coulaient le long de ses joues l’atteignaient directement car il s’en savait responsable. Mais il ne pouvait pas faire autrement, alors il l’invita à se relever et elle lui avoua avoir soif. Il s’en doutait, vu qu’elle ne s’était nourrie que très peu depuis qu’elle était arrivée en Nouvelle Orléans. C’était d’ailleurs l’un des sujets qu’elle n’évoquait jamais, or il lui était vital. Cette façon de repousser le vampire et de le contenir était horrible, et elle l’avait sacrément brimé, jusqu’à en ignorer sa présence. Et à présent que lui, l’obligeait à sortir et à se dévoiler au grand jour, Caroline voyait tous ses repères, toute sa conscience bien tranquille et toutes ses valeurs voler en éclat. Il savait que ce n’était pas une étape facile dans le processus d’acceptabilité de sa seconde nature. Cela ne l’était pour personne, hors la plupart des vampires, une fois transformés, préfèrent faire taire leur humanité. C’est plus simple, moins douloureux. Devoir tout rebâtir n’est pas simple, mais pour cela il fallait déjà détruire. Et il détruisait son monde pour lui faire accepter le sien. A vitesse vampirique, il l’entraîna quelques kilomètres plus loin, à l’entrée d’une banlieue misérable. Toutes sortes de personnes malhonnêtes trouvaient son compte dans ses rues qui n’inspiraient aucune confiance. Et Klaus n’ignorait pas les déclencheurs de cruauté chez Caroline. Elle détestait l’injustice. Dans ce lieu, ils trouveraient forcément de quoi faire. Il la fit entrer dans un bar délabré à l’hygiène douteuse et s’installa à une table avec elle. Son visage était fermé de telle sorte qu’il avait une certaine difficulté à lire en elle. Elle s’était murée dans le silence et semblait juste écouter ses conseils pour les appliquer ensuite. Elle commanda un whisky, il la regarda tourner son verre dans tous les sens avec une certaine nervosité, jusqu’à ce qu’il ne lui demande ce qu’elle ressentait. Bien évidemment, il ne parlait pas de ses ressentis intérieurs, il n’imaginait que très peu le bazar qu’il devait y avoir. Il parlait de l’atmosphère de la pièce, des odeurs, des bruits… Il la vit serrer la mâchoire, se concentrer et analyser l’endroit. Il but une gorgée de son verre en attendant sa réponse. Avant même d’entrer dans ce bar, il savait qui était présent et ou, même dans les bureaux derrière. Ils étaient en sureté, pas de vampire à l’horizon ou autres créatures surnaturelles.  « Je ressens... l'alcool... la sueur... la pauvreté et l'abandon... la misère humaine... des veines bien trop gorgée d'alcool ou autre substances illicites... » La misère humaine… Certes. Ce n’était pas vraiment intéressant pour lui, mais il comprenait qu’elle ait du mal à ne pas s’y attarder. Sa patience était vraiment à bout et il avait du mal à rester impassible. Il le faisait pourtant, il ne savait ce qui le motivait à cela, surement car il la chérissait au-delà de tout et qu’il était prêt à accepter tout d’elle, y compris sa colère. Il ne répondit donc rien, et reporta son verre à ses lèvres, attendant patiemment que les choses ne bougent. 




        † There you are...
        Et il n’eut pas à attendre longtemps. Sa belle se tourna vivement vers l’adolescent boutonneux qui venait d’entrer dans le bar. Il garda son regard fixé sur elle, alors qu’elle l’oubliait peu à peu pour se concentrer sur la scène qui se jouait dans le bar. Un mec de la mafia qui malmène un de ses dealers, spectacle classique et ennuyeux à souhait. Ce qui l’intéressait lui, c’était les réactions que cela provoquaient en Caroline. Il ne bougea pas à son grognement sourd, la vit vider son verre et se lever pour sortir. Il regarda son verre dans sa main et le termina aussi, puis alla payer la note au comptoir.  Il sortit du bar et tomba sur l’ado en train de courir comme un dératé dans la direction opposé à la ruelle d’à côté. Il pouvait s’estimer chanceux… pour le moment. Il repéra son odeur et s’avança tranquillement vers l’impasse. Pour observer, il se fit discret et évita d’entrer dans le champ de vision de l’homme qui croyait avoir une chance face à sa reine. La stupidité de certains humains l’étonnait toujours. Aucun instinct, c’était terrible ! Ce qui attira sa curiosité fut qu’elle ne tua pas directement. Non, elle voulait se venger. Et ça, c’était typiquement un agissement vampirique. Lorsqu’elle le força à se mettre à genoux devant elle, il eut un petit sourire en l’observant. Toute son attitude dévoilait le prédateur qu’elle était, celui qui a la rage, la colère. Elle infligeait sa propre justice et il mentirait s’il disait ne pas la trouver sexy ainsi.  Le ‘too late’ qu’elle formula lui arracha un nouveau sourire et il s’appuya contre le mur, ne se cachant plus réellement. L’homme était mort quelques secondes après et il observa sa reine masquer la scène de crime. Elle faisait d’ailleurs cela très bien, il en était fier.  Il ne bougea pas vraiment lorsqu’elle enflamma le corps, attendant simplement qu’elle revienne vers lui.  Elle revint vers lui, d’un air furieux et ancra son regard dans le sien en demandant « Et maintenant... es-tu satisfais ?! Suis-je à la hauteur de tes attentes ?! » Ce genre de phrase l’énervait au plus haut point. Il n’était en rien ‘satisfait’ et il n’avait aucune ‘attente’ quand à tout ça. Il voulait juste la libérer, mais cette notion-là était trop abstraite pour le moment. Et la colère qu’elle ressentait l’empêchait de le voir.  Il choisit alors de ne pas répondre à cette provocation et déclara « C’est fini pour aujourd’hui. Tu as besoin de repos, je te ramène à l’appartement. »  



        † My Turn Now.
        Le trajet retour se fit en taxi et en silence. Caroline était bien trop secouée, énervée et fatiguée pour avoir une conversation avec lui, et même, il doutait qu’elle le veuille. Il ne cherchait pas à croiser son regard de nouveau, à vrai dire, il l’évitait carrément. Il faisait beaucoup d’efforts depuis le début de la matinée pour que ses entités ne débordent pas, il se sentait légèrement à bout. Cela avait été nécessaire, mais cela était dur. Il en avait encore plus conscience après ce qu’il venait de se passer. Le taxi s’arrêta en bas de leur immeuble, il resta dedans. « J’ai une chose à faire, je te rejoins dans la soirée. » Il la laissa descendre, elle devait le maudire… Il demanda au taxi de repartir de là d’où il venait, il avait quelque chose à régler là-bas. Déposé à l’entrée de la banlieue, il paya le taxi et le renvoya. Il n’en aura plus besoin. Il entra dans la banlieue quasi déserte et ce sur plusieurs kilomètres, avant d’arriver dans un parc où les mauvaises herbes avaient gagnées la bataille. Des prostituées, dealers, personnes suspectes trainaient dans le coin et il marchait comme s’il savait exactement où il allait. Car il le savait. Sa proie, cette odeur, était son guide et il arriva bientôt à la lisière d’un petit bois, là où s’effectuaient toutes sortes d’échanges de drogues multiples. Il y avait cinq jeunes garçons, armés mais jeunes, hilares car drogués, en train de fumer quelque chose et de bavarder. Klaus aimait annoncer sa présence, ainsi il devint le monstre… Les pauvres humains ne le voyaient pas mais sentaient ce courant d’air froid, voyaient les branches des arbres bouger et commençaient doucement à s’affoler. L’un d’entre eux sortit un pistolet et Klaus arriva derrière lui, posant sa main sur la sienne qui tenait la gâchette. Il orienta le pistolet sur le pied de l’humain et lui fit tirer un coup, avant de disparaître de nouveau de leur vue à tous. Voilà, à présent, ils criaient et s’affolaient, courant dans tous les sens. Il se mit à rire à cette vue-là et sauta de son perchoir pour atterrir devant l’un d’entre eux et lui briser la nuque d’un coup sec. La seconde d’après, une énorme branche transperçait le corps d’un autre jeune homme qui agonisa quelques secondes, rejetant du sang en toussant son râle d’agonie. Le troisième d’entre eux n’eut guère plus de chance et d’un coup net du bras, il fit sauter sa tête, l’envoyant rouler vers le pauvre garçon qui rampait depuis le début de l’attaque, suite au tir dans son pied. Celui-ci devint d’ailleurs un peu hystérique et se mit à marmonner des prières et des supplications. Mais ce n’était pas tellement lui qui l’intéressait. Celui qui visait se cachait derrière un buisson quelques mètres plus loin et à l’odeur d’urine perçut d’un coup, Klaus en déduit qu’il devait sérieusement avoir peur. « Cela ne sert à rien de te cacher, je sais où tu es. Et c’est toi que je suis venu chercher, on s’est croisé cette après-midi, même si tu n’en as aucune idée. Tu as l’habitude de te faire molester, non ? Ma charmante et magnifique femme a pensé que ta vie valait la peine d’être sauvée, et c’est à elle que tu dois le fait d’avoir évité les réprimandes cette après-midi. Oh elle tu dois t’en souvenir, personne n’oublie la vision d’un ange. N’est-ce pas ? » Demanda-t-il alors qu’il avait marché tranquillement vers le buisson où se terrait sa victime. Il le souleva par le t-shirt et le regarda un instant, avec beaucoup de mépris. « Je n’ai absolument aucune idée de pourquoi elle a pensé que tu devais t’en sortir… Tu n’as pas l’air intelligent, tu ne me sembles pas avoir beaucoup d’ambitions… Qui pleurera ta mort ? » Il le balança à terre et le fit rouler dans les feuilles amassées au sol. La seconde d’après, il se trouvait au-dessus de lui. Il lui arracha le flingue qu’il venait de sortir et le balança plus loin. «Mais moi, tu vois, je ne pense pas que tu mérites d’être sauvé. » Ses crocs se plantèrent dans sa jugulaire et en moins d’une minute, Klaus l’avait vidé de son sang. Il repartit vers le dernier dealer qui se morfondait toujours dans son coin avec sa balle dans le pied. Il le regarda un instant en pensant que c’était vraiment un piètre spectacle que celui-ci… Il s’agenouilla doucement derrière lui et lui brisa la nuque d’un coup sec. Puis il se releva lentement et constata le massacre. C’était parfait. Sans plus attendre, il quitta les lieux et s’approcha de la ville. Sa partie de chasse ne faisait que commencer…





        † Around Midnight
        Klaus ne retourna à l’appartement qu’aux alentours de minuit, complètement taché de la tête aux pieds du sang de ses nombreuses victimes. Il avait ressenti le besoin de tuer depuis la veille et libérer un peu le monstre lui avait fait le plus grand bien possible. La journée avait été épuisante, il avait besoin de calme à présent. Il entra dans leur logement et chercha rapidement Caroline du regard. Où était-elle ? « Love, i am at home. » Lança-t-il en élevant la voix, n’ayant pas réellement envie de la chercher. Peut-être qu’elle dormait d’ailleurs, il ne savait pas. Il se dirigea vers la cuisine et se servit un verre d’eau froide, tout en sortant de sa cachette magique un calepin avec son crayon. Il se posa à la table et commença à noter quelques mots, tout en essayant de faire le vide dans sa tête…


        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 27 Juil - 21:15


That's how we do

L'entraînement, la chasse, elle doit avouer que tout cela l'avait exténué. Klaus se tenant à l'entrée de l'impasse arborait cet air plutôt fier, il l'avait vu à l'oeuvre, il c'était donné beaucoup de mal toute la journée afin qu'elle sorte enfin le vampire... il avait réussit ! Néanmoins, il n'avait pas effacer l'humaine, elle était toujours là, en colère, lui en voulant beaucoup pour se qu'il avait fait. Le corps enflammé derrière eux n'allait pas tarder à attirer l'attention et il valait mieux ne pas s'attardait dans le quartier. Elle monta à bord du taxi que Klaus avait visiblement déjà prévu. Elle figea son regard sur la vitre, ne regardant à aucun moment son homme installé à côté d'elle. Elle n'avait aucune envie de parler. Le paysage de la ville défilait sous ses yeux, n'en reconnaissant pas tout, mais elle su facilement repérer quand le taxi se rapprochait de leur appartement. Elle sentit un certain soulagement quand le taxi s'y stoppa devant, le calvaire était enfin terminé pour aujourd'hui. Elle ouvrit sa portière et fronça les sourcils en ne sentant pas Klaus bouger, elle tourna son regard sur lui « J’ai une chose à faire, je te rejoins dans la soirée. » Il ne la regardait presque pas, elle eut un sourire nerveux et secoua la tête, elle sortit du taxi et claqua rageusement la portière avant de s'enfoncer dans l'immeuble et de monter quatre à quatre les escaliers pour claquer la porte de l'appartement derrière elle. Elle avait tellement de colère... tout était chamboulé et en ruine en elle. Elle n'avait aucune fichu idée de comment recoller les morceaux, elle voudrait ne plus entendre ses deux entités se bagarrer entre elle et oscillaient entre l'une et l'autre.

Une douche... elle partie dans leur chambre, retirant ses affaires à la hâte, les laissant traîner, elle se glissa sous l'eau froide, frissonnant, chacun de ses muscles se tendant sous la fraîcheur de l'eau, ses mains se posèrent sur la paroi de la douche, la tête penchée vers le sol, elle laissait l'eau ruisseler sur elle, dégouliner sur ses boucles blondes qui se lissaient sur sa peau de nacre douce. Se lavant du sang, de la sueur, se lavant aussi l'esprit... du moins elle essayait de faire le vide. Elle n'avait aucun contrôle sur se qui se passait en elle et aucun remède miracle pour estomper cette tornade qui se jouait d'elle. Klaus avait avec le temps trouver la peinture... elle, elle n'avait rien. Elle n'arrivait pas à se vider l'esprit, elle décida alors de simplement se laver, encore et encore, sans réussir à se délasser. Elle sortit de la douche, passant un moment à prendre soin d'elle et de son corps, elle avait besoin d'être toujours impeccable... elle sentait que ce soir c'était loin d'être le cas, alors elle tenta de se concentrer là dessus un bon moment malgré la fatigue. Une fois fait, elle enfila une nuisette en satin dans les tons bleus azur et elle s'allongea dans le grand lit de leur chambre. Elle éteignit la lumière et s'endormit presque instantanément, épuisée de cette journée qu'elle n'aurait jamais pensé aussi dur ce matin en se réveillant.

Quelques heures seulement, et elle se réveillait déjà en sursaut dans leur lit, elle était encore fatiguée, mais Klaus n'était pas rentré et elle n'était pas tranquille. Sa conscience aussi ne la laissait pas en paix. Il avait raison le jour du meurtre des douze sorcières. Elle a besoin de quelque chose qui lui permette d'apaiser sa conscience pour dormir la nuit. Pour le coup, cette nuit, sa conscience avait décidé de lui jouer bien des tours. Se levant, elle partit vers son sac à main et fouilla à l'intérieur, elle trouva son portable, aucun message, elle fouilla encore et prit son MP3, elle mit les écouteurs et lança la musique. Elle s'installa devant la fenêtre dans un fauteuil de la chambre et fixa l'extérieur, il était tard, presque minuit, et la ville s'animait de façon surnaturelle. Elle voyait les vampires bondir, s'amuser, elle devinait se qui se préparait et elle détestait le savoir. Perdu dans ce flot perpétuel de pensées, la musique n'adoucissait pas vraiment tout se qu'elle ressentait. Elle en voulait à Klaus de l'avoir ainsi laissé seule après une pareille journée, et en un sens, elle aspirait aussi à être seule. Tout était contradictoire... elle lui en voulait... elle l'aimait... elle voulait être seule... elle voulait qu'il soit là... elle voulait crier... mais n'exprimait rien et restait muette.

Elle décela la silhouette de Klaus en bas de l'immeuble, perçu son odeur et sa présence avant même qu'il n'entre dans l'appartement. Elle ne bougea pas jusqu'à se que la porte de leur appart' ne claque derrière lui. Elle quitta ses écouteurs et coupa la musique, restant assise un moment, elle l'entendit l'appeler mais ne bougea pas de suite. Il ne semblait pas vraiment la chercher de toute manière, il devait attendre qu'elle vienne à lui. Elle entendit l'eau... le bruit du papier... la chaise racler sur le sol... du sang... beaucoup de sang... tous différent... elle en décelait cinq différents... mais l'un d'eux attira son attention. Elle fronça les sourcils et se leva, ses petits pas de pied nu se faisait discret sur le sol et elle apparût dans le Grand salon face à Klaus qui était tranquillement en train de griffonner un bout de papier, couvert de sang, à table... Normal ?! Soit. Elle s'en fichait. Se qui retenait son attention était cette fragrance, elle la connaissait mais elle n'arrivait pas à la situer. Elle dut se concentrer et faire une fois de plus faire appelle à ses sens vampirique... elle s'approchait de lui sans lui adressait un mot, obnubilé par cette seule et unique odeur sanguine. Elle se vit alors dans la rue, cherchant à repérer sa victime... le bruit de la gifle... la fine effluve de sang de l'adolescent... elle eut le déclic et fusilla du regard Klaus. You killed him.... elle avait susurrer ces mots tellement ça n'avait pas de sens. Pourquoi avait il fait ça ?! Parmi tous les habitants de cette ville pourquoi avait il choisit de TUER celui qu'elle avait Sauvé !! Pourquoi lui ôtait ce seul petit sens à ses agissements de la journée ! Parmi toutes les victimes potentielles qui parcourent les rues de la Nouvelle Orléans pourquoi il a fallut que tu TUE celui que j'avais sauvé !!!! Pourquoi tu as fais ça ??? Pourquoi tu me fais ça ??? Il ne l'amenait jamais avec lui en chasse et elle se doutait du pourquoi... elle n'était largement pas prête à encaisser ces visions. Malgré qu'elle trouve le Big Bad Wolf sexy... elle aurait trop de mal à supporter la mort d'innocent sous ses yeux. Alors pourquoi diable rentrait il avec l'odeur de celui qu'elle avait sauvé dans l'après midi. Pensait il qu'elle ne le repérerait pas ?! Raté... il avait voulu éveiller le vampire ?! Il allait devoir vivre avec ! Et faire avec les sautes d'humeurs qui était inévitable vu le degré de nervosité auquel elle devait faire face depuis que les deux entités avaient décidé de se livrer batailles jusqu'à se que la meilleures gagne !


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Dim 28 Juil - 8:50







        † Around Midnight


        La journée avait été riche en rebondissements multiples, mais surtout éreintante. Il rentrait à présent chez lui, après avoir apaisé sa soif intense et trainait un peu les pieds, il faut l’avouer. Il se laissait si facilement captivé par le charme de cette ville. Néanmoins, vu son accoutrement, il ne s’y attarda pas vraiment et rentra donc. Comme à son habitude, il arborait fièrement le sang de ses victimes sur lui et ne ressentait pas le besoin de s’en débarrasser rapidement. Sitôt entré chez lui, il alla récupérer un verre d’eau, puis un petit carnet où il notait certaines de ses pensées pour ne pas les oublier ensuite. Ce qu’il inscrivait était incompréhensible pour autrui, car il n’écrivait pas ses pensées aussi clairement qu’il les ressentait. Il écrivait ses pensées de sorte à ce que si jamais quelqu’un venait à avoir ce carnet entre ses mains, il n’en comprenne pas le sens et l’utilité. Sa paranoïa était élevée et toutes les précautions étaient bonnes à prendre. Il avait senti Caroline dans leur chambre, mais ne s’y était pas rendu. A vrai dire, il ignorait dans quel état d’esprit celle-ci se trouvait, mais le trajet dans le taxi avait été réellement pesant pour lui. Elle ne lui parlait pas, lui ne savait pas quoi lui dire. Et dans ces cas-là, il ne s’évertuait pas à trouver de solutions. Si elle avait quelque chose à lui dire, elle viendrait bien.  Posé sur le canapé, il avait étalé ses jambes sur la table basse et dessinait tranquillement quelque chose, lorsqu’elle apparut. Il releva son regard vers elle, qui l’observait sans parler. Il ne savait pas du tout ce qu’elle était en train de faire mais elle s’approchait de lui lentement, comme si elle cherchait à déterminer quelque chose. « You killed him » Ces mots prononcés tout bas le firent relever la tête pour de bon et fermer son carnet, qu’il posa sur la table. Il la regarda, alors qu’elle poursuivait, apparemment en colère. « Parmi toutes les victimes potentielles qui parcourent les rues de la Nouvelle Orléans pourquoi il a fallu que tu TUES celui que j'avais sauvé !!!! Pourquoi tu as fait ça ??? Pourquoi tu me fais ça ??? » Pourquoi avait-il fait ça ? C’était une bonne question et trouver la raison était pour le moment la dernière de ses préoccupations. Il s’en fichait totalement. Il répondit d’une voix monotone et désintéressée : « Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais eu à donner d’explications sur le choix de mes victimes, et je ne le ferais surement pas ce soir.  Tu n’as qu’à appeler cela une pulsion ou ce que tu veux, disons que j’ai trouvé de quoi me restaurer. » Il haussa simplement les épaules. Cependant, il n’avait pas tué ce jeune idiot sans raisons. Durant l’après-midi, il avait énormément pris sur lui pour lui inculquer les bases de l’enseignement et elle y était tellement réfractaire qu’il avait dû user de patience et réajuster en continu ses plans. Autrement dit, il était très fatigué par tout cela et fier d’elle aussi, mais cela il n’avait pas pu l’exprimer.  Elle ne lui avait pas laissé le temps pour ça, son regard plein de colère qui était posé sur lui l’énervait. Elle lui avait tourné le dos cette après-midi, elle avait rejeté son aide, son apprentissage et il commençait à douter de sa volonté à rester auprès de lui. Alors surement qu’il avait tué cet humain par colère envers tout ça, par frustration, il n’en avait aucune idée. L’hybride faisait ses choix au niveau des victimes après tout et lui ne s’en préoccupait pas plus que cela. Il se doutait que cette explication banale ne suffirait pas à Caroline, pourtant il n’avait pas envie de chercher les raisons pour lesquelles il commettait des actes affreux, c’était dans sa nature tout simplement.


        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Dim 28 Juil - 9:38


That's how we do

Il l'avait tué ! Elle n'arrivait pas à croire qu'il est pu faire une chose pareille ! Dans le fond elle se fichait bien de savoir qui il tuait ou non dans cette ville. Mais avec cet acte il venait de lui ôter tout sens à se qu'elle avait fait dans la fin d'après midi ! Elle avait tué... pour tuer ! Du sang versé pour rien ! Et chez elle c'était relativement suffisant pour que l'humaine moleste le monstre et le musèle pour qu'il ne se permette plus d'attaquer de la sorte. Il y avait beaucoup de chose en elle qui bloquait le vampire, et il ne semblait s'être encore réellement rendu compte des dégâts causé de ce côté là. Elle ne pouvait pas tué d'innocent par rapport à sa propre histoire... mais il n'y avait pas que ça. Elle lui fit savoir qu'elle avait sentit le sang et elle était en colère qu'il lui ait fait ça elle ne comprenait pas POURQUOI ! Elle le fusillait du regard alors qu'il fermait son carnet et qu'il se redresser, il ne la regardait pas vraiment, il était froid, distant... elle fronça alors les sourcils, qu'est ce qu'il lui prenait ?! « Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais eu à donner d’explications sur le choix de mes victimes, et je ne le ferais surement pas ce soir.  Tu n’as qu’à appeler cela une pulsion ou ce que tu veux, disons que j’ai trouvé de quoi me restaurer. » Sur ces mots, elle fut blessée et ne su même pas quoi répondre sur l'instant... pourquoi il lui parlait ainsi... comme si elle n'était rien ! Comme si elle ne signifiait rien. Elle ouvrit la bouche, s'apprêtant ç repartir dans son énervement, se sentant tellement repoussée de sa part... Quand elle eut un déclic... repoussée. Le visage de Caroline changea du tout au tout... elle venait de saisir se qu'il cherchait à faire. Ils avaient passé une rude journée, il l'avait poussé dans ses retranchements, elle avait tout fait pour l'atteindre et qu'il la laisse tranquille, visiblement, elle avait réussit... sinon l'hybride ne serait pas là en face d'elle. Elle posa ses mains sur ses hanches, réfléchissant un court instant, les yeux baissés sur le sol... I understood... The Big bad wolf... Elle redressa son regard vers lui et s'approche de lui, elle se penche et posa ses mains sur la table basse afin bien en face de lui et de le forcer à connecter son regard au sien, elle voulait qu'il la regarde, elle voulait qu'il lise dans son regard, et surtout qu'il écoute bien attentivement se qu'elle avait à lui dire Listen to me.... tu n'arriveras pas à me repousser... ni aujourd'hui... ni demain... ni dans mille ans... je t'ai choisie... I love you... et quoiqu'il arrive... tu vas être obligé de faire avec parce que je compte pas disparaître de si tôt. J'ai passé une journée éprouvante... je sais pourquoi tu fais ça... mais il va juste me falloir du temps pour tout encaisser, pour changer tout se que j'ai toujours connu. Je suis perdue et j'ai besoin de toi... Mais soit ! Tu peux être aussi odieux, distant et cruel que tu veux... I don't care ! Test moi autant que tu le veux... essaie de me faire flancher et quitter ta vie... tu perdra juste royalement ton temps ! Elle fixait, bien au fond du regard afin qu'il puisse lire qu'elle ne plaisantait pas et qu'il pouvait bien faire tout se qu'il voulait pour la repousser il n'y parviendrait pas. Elle ne savait qu'est ce qui avait bien pu ériger les défenses de Klaus, mais elle venait de se les prendre de plein fouet. Elle continuait de le fixer à quelques centimètre de son visage après ce petit discours qu'elle avait énoncé d'une voix posée, sûre d'elle et lente pour qu'il est le temps de bien intégrer chacun de ses mots. Elle restait là devant lui, attendant une quelconque réaction de sa part avant d'agir. La tension était palpable mais bien plus encore, ce quelque chose qui leur appartient et les lient férocement.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Dim 28 Juil - 13:34







        † Around Midnight


        Après être allé chasser, Klaus était rentré dans leur appartement et s’isolait clairement. C’était sans compter sur la présence de Caroline, qui, reconnaissant le sang de l’une de ses victimes, lui demanda des comptes. Il s’en dédouana rapidement, estimant ne pas avoir à fournir d’explications. A dire vrai, il était blessé par l’attitude de sa reine. Il n’ignorait pas que la colère qu’elle pouvait ressentir était légitime, mais il ne supportait pas qu’elle soit dirigée contre lui. Le fait qu’elle ne lui parle pas, qu’elle ne le regarde pas, qu’elle le renvoie balader, tout cela l’avait bien trop atteint pour qu’il puisse se montrer courtois ce soir. Il s’était donc totalement fermé et lui parlait sans montrer d’intérêt pour elle ou ce qu’elle pouvait ressentir. Cela lui faisait mal qu’il ait tué un humain. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que cela avait une telle importance ? Ce n’était qu’un humain, autrement dit que du gibier pour eux, la dernière de ses préoccupations. Alors peut-être l’avait-il fait pour la blesser en quelque part, pour lui montrer que lui acceptait totalement sa seconde nature et que ses principes et valeurs humaines commençaient sérieusement à l’irriter. Ou alors, il ne supportait pas qu’elle le rejette et qu’en même temps, elle sauve un avorton qui ne méritait pas d’être sauvé. Il avait ressenti de la jalousie effectivement et commençait à se demander si elle ne détraquait pas tout chez lui. Elle s’apprêtait à répondre, il la regardait sans aucune expression, jusqu’à ce qu’elle ne finisse par dire « I’ve understood… The big bad wolf… » A cet instant-là, il n’appréciait pas vraiment de se faire appeler comme ça, mais il arqua juste les sourcils sans rien ajouter. Elle avait son attention, c’était déjà pas mal. Elle se pencha vers lui et il posa son regard dans le sien, avant qu’elle ne commence à parler d’une voix assez douce et posée : « Listen to me.... tu n'arriveras pas à me repousser... ni aujourd'hui... ni demain... ni dans mille ans... je t'ai choisie... I love you... et quoiqu'il arrive... tu vas être obligé de faire avec parce que je ne compte pas disparaître de sitôt. J'ai passé une journée éprouvante... je sais pourquoi tu fais ça... mais il va juste me falloir du temps pour tout encaisser, pour changer tout ce que j'ai toujours connu. Je suis perdue et j'ai besoin de toi... Mais soit ! Tu peux être aussi odieux, distant et cruel que tu veux... I don't care ! Test moi autant que tu le veux... essaie de me faire flancher et quitter ta vie... tu perdras juste royalement ton temps ! » Ce qu’elle lui disait, de manière sincère et assez imposante l’énervait. Cela l’énervait car, elle savait qu’il ne pouvait pas l’atteindre. Elle savait qu’il ne ferait rien contre elle et elle savait que l’hybride était totalement impuissant face à elle. Et ça avait le don de l’énerver au plus haut point. Se sentir démuni, se sentir bouleversé, tourmenté et ne pas savoir où aller, quoi dire et comment faire… Tout ça, ce n’était pas dans ses habitudes. Autant lui bousillait clairement son monde à elle, autant elle s’imposait dans le sien avec force. Au fond, c’était que sa méthode marchait et qu’elle se sentait de plus en plus à sa place auprès de lui. Mais lui n’arrivait pas à réfléchir correctement et se sentait désabusé par tout ça. Alors il sera légèrement la mâchoire et garda son regard bien ancré dans le sien, pour parler à son tour, d’une voix rauque et grave, pleine de mauvais ressentis « Why ? Pourquoi fais-tu tout cela ? Pourquoi me dis tu que tu m’aimes alors que tu me détestes pour ce qui s’est passé aujourd’hui ? Pourquoi tu t’obstines ? Tu dis que tu as besoin de moi, mais tu ne me parles pas, me regarde pas… Dans combien de temps partiras-tu, complètement effrayée par MA faute, hein ? A ton avis, combien de temps cela va prendre ? Une semaine ? Un mois ? Un an ? Tu finiras par partir car tu ne supporteras pas ce monde, et bien pire, tu ne me supporteras plus. J’ai tué cet humain car tu lui as accordé plus d’attention qu’à moi lors de cette après-midi, alors que j’étais là pour toi! Et je ne suis pas désolé pour cela. C’est toi qui as préféré ne pas me parler et me détester. Alors déteste moi franchement et laisse-moi me préserver à ma façon. Je n’ai aucune idée de ce que tu ressens, Caroline ! Aucune ! Si tu me tournes le dos, ne t’attends pas à ce que je rampe derrière toi, je ne suis pas fait de cet acabit-là. » Il se leva, furieux, et alla ouvrir son tiroir secret là pour y balancer son carnet. Là, il pétait clairement les plombs. Il ne savait plus du tout si ces agissements étaient logiques, il ignorait ce qu’ils allaient faire le lendemain, il ignorait même comment désamorcer la crise actuelle. Il était perdu, pommé et il détestait cruellement ça. Il y avait cependant une chose de très clair : il allait échouer. C’était d’avance voué à l’échec leur histoire ! Comment avait-il pu penser que tout se déroulerait bien ? C’était un sombre crétin au final. Qu’est-ce qu’il avait imaginé ? Qu’il aurait droit au bonheur ? Oh il y avait droit, seulement il était aussi doué pour tout foutre en l’air apparemment.


        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Dim 28 Juil - 14:48


That's how we do

« Why ? Pourquoi fais-tu tout cela ? Pourquoi me dis tu que tu m’aimes alors que tu me détestes pour ce qui s’est passé aujourd’hui ? Pourquoi tu t’obstines ? Tu dis que tu as besoin de moi, mais tu ne me parles pas, me regarde pas… » Aww... visiblement c'était l'heure du règlement de compte ! Elle se redressa en fronçant les sourcils à sa question... le détester ?! N'avait il pas comprit qu'elle était simplement complètement chamboulé et déstabilisé ! Elle se sentait en profonde insécurité intérieure, elle venait de perdre toute la réalité de son monde aujourd'hui, elle était confrontée à ses peurs, à ses propres démons, et ça lui faisait un mal de chien. Mais il aurait fallut quoi ?! Qu'elle prenne la chose avec le sourire et bonne humeur ?! Elle avait honte d'elle même et se sentait misérable, tandis que d'un autre côté, elle savait combien c'était nécessaire et combien ça finirait par être libérateur ! Si elle ne parlait pas, c'est uniquement car elle ne savait même pas quoi dire ou exprimer ! Elle était juste MAL, et Caroline n'a pas forcément l'habitude de se livrer à chaud ! Elle ne savait pas comment réagir face à tout ce bouleversement. Il croyait quoi ?! Que ça serait facile ?! Que dés ce soir elle serait une Reine parfaite, intouchable, qui serait fière de ses actes ?! ça allait prendre du temps comme elle venait de lui signifier ! « Dans combien de temps partiras-tu, complètement effrayée par MA faute, hein ? A ton avis, combien de temps cela va prendre ? Une semaine ? Un mois ? Un an ? Tu finiras par partir car tu ne supporteras pas ce monde, et bien pire, tu ne me supporteras plus. » Le regard de Caroline se voila, piqué au vif, il venait juste de profondément la blesser avec de telles paroles, comme si de toute façon ça n'avait pas de sens qu'elle soit là, comme si de toute façon elle ne devrait pas y être et repartir sur le champs dans sa petite vie misérable à Mystic Fall's. Il n'avait aucune confiance en elle et encore pire... aucune confiance en eux. Il était en train de vouer leur relation à l'échec car quoi ?! De toute façon c'était pas possible qu'elle sorte du lot ?! ça n'était pas possible qu'elle puisse rester auprès de lui une éternité malgré les difficulté qu'ils rencontreraient ?! Depuis quand abandonne t-elle quelqu'un qu'elle aime au premier obstacle ?! Jamais... Elle a le don de se fuir elle même, de s'abandonner. Mais dire que de toute façon elle le laissera tomber et le détestera comme tout le monde l'a toujours détester... ça, ça restait coincer en travers de sa gorge ! Elle n'était PAS comme tout le monde ! Elle n'était PAS effrayée ! Et elle ne lui fera pas ce plaisir de partir et de lui faciliter la tâche ! Il avait mit deux ans à la séduire et à présent... elle est persuadée qu'il pensait que ça n'arriverait jamais. Mais c'était arrivait, elle l'aimait... et elle était royalement désolé que ça l'emmerde autant visiblement mais il allait devoir faire avec parce que effectivement elle ne comptait PAS comme tout le monde se barrer ! « J’ai tué cet humain car tu lui as accordé plus d’attention qu’à moi lors de cette après-midi, alors que j’étais là pour toi! Et je ne suis pas désolé pour cela. C’est toi qui as préféré ne pas me parler et me détester. Alors déteste moi franchement et laisse-moi me préserver à ma façon. Je n’ai aucune idée de ce que tu ressens, Caroline ! Aucune ! Si tu me tournes le dos, ne t’attends pas à ce que je rampe derrière toi, je ne suis pas fait de cet acabit-là. » Alors c'était ça aussi ?! Une pure scène de jalousie ?! Il était jaloux d'un GAMIN ??? Il avait si peu confiance en lui et en elle pour CROIRE qu'elle accordait plus d'attention à ce pauvre GAMIN qu'à lui ?! Elle était simplement bouleversé, assoiffée, elle c'est concentrée sur sa chasse, il lui a demandé de chasser, elle l'a fait OU EST LE PROBLEME ?! Elle l'avait fait avec pour but de sauver quelqu'un ?! Soit... elle ne pourrait JAMAIS tuer pour tuer ! Il voulait savoir pourquoi ?! Elle pouvait aisément le lui montrer s'il le souhaiter. Mais comme les révélations sur Damon, ça n'allait pas lui plaire ! En gros il lui demandait de le détester et de se barrer ! De le laisser seul, encore une fois... il en avait pas marre de s'infliger lui même sa propre souffrance !? Il se rendait compte qu'ainsi il continuait tout seul l'oeuvre de son père ?! Il l'avait hanté pendant mille ans, l'avait poussé à la solitude la plus totale... et maintenant qu'il était mort et réduit en miette... il continuait de s'infliger ce châtiment SEUL ! Lui tourner le dos ?! Mais où quand et comment lui avait elle tourner le dos ?! Elle ne lui tournait pas le dos ! Elle fuyait ses propres démons !!! Il se leva, furieux et s'éloigna d'elle. Et maintenant ?! Qui tournait le dos à qui ?! ....

Une seconde... deux secondes... une minute ?! Elle ne sait pas combien de temps s'écoula afin qu'elle intègre tout se qu'il venait de lui balancer à la figure. Elle devait amorcer une lutte contre toutes les émotions qui s'emparaient d'elle. La rage, la colère, la tristesse, l'impuissance, le désarroi. Il lui aurait pressé le coeur à même sa main que ça lui aurait fait moins mal. Elle était abasourdie, elle avait l'impression d'avoir prit un coup violent derrière la tête, sa respiration était dure, dense, ses yeux lui brûlaient. Comment... peux tu... penser ça ?! Mais qu'est ce que j'ai fais pour que tu penses ça ?! On ressentait dans sa voix qu'il venait de la mettre à Terre. Elle ne pouvait pas... tolérer... qu'il pense cela. Même l'Hybride ! N'avait pas le droit de penser ça ! De lui dire en gros de dégager MAINTENANT de sa vie et de ne pas attendre quelque temps pour le faire. Je ne sais pas se que tu as cru aujourd'hui... mais jamais... tu m'entends... JAMAIS je n'ai voulu te tourner le dos... ou te détester. JE fuis MES démons... JE ME déteste... Oui... je suis en colère... et j'ai mal... et je suis perdue... mais tu crois réellement que c'est après toi ?! Je n'ai pas peur de TOI Klaus... j'ai peur de MOI. T'as pas encore comprit ça ?! Mais il faut que je fasse quoi pour que tu arrêtes de penser que comme tous les autres je ne peux que te détester et te laisser tomber. Il va falloir que tu arrête de te mettre ça en tête... tu risquerais d'être déçu en voyant que ça n'arrivera jamais. Je suis désolée de bouleverser tous tes plans... j'ai visiblement la nette impression que durant DEUX ANS... tu t'es permis de me séduire car tu étais persuadé que je ne le serais jamais. Mais désolé... I... LOVE... YOU... and I CARE ABOUT YOU Klaus... tu me vois réellement désolé que ça te pose un aussi grand problème ! Je ne te laisserais pas vouer notre relation à l'échec ! Je ne te laisserais pas m'éloigner de toi ! Comment as tu pu penser qu'un GAMIN m'importait plus que TOI ?? Personne n'occupe la place que tu occupes. Tu es tout pour moi à présent... et tu as tué ce gamin car je l'avais sauvé ?! Désolé de te décevoir mais je ne pourrais jamais tuer sans raison Klaus. JAMAIS. C'est au dessus de mes forces. Si je n'ai pas parler c'est uniquement car je n'ai aucune idée de se que je dois dire !! C'est en ruine dans ma tête tu comprends ça ?! Il n'y a plus rien de bon ou mauvais ?! Je n'ai plus aucun repère il n'y a plus rien a part deux personnes qui se déchirent et se combattent ! Tu veux savoir se que je ressens ?! C'est ATROCE !! J'ai qu'une envie c'est arracher mon cerveau de sa boite crânienne pour avoir du répit... juste un peu de répit. Parce que je sais plus qui j'étais... qui je suis... qui je dois être !! Je ne sais PLUS RIEN Klaus !!!! Tout se mélange. Et si je n'exprime rien c'est parce que je ne sais pas se que je dois exprimer... tout se contredit dans ma tête !!! Il n'y a rien de cohérent !! Je sais pas qui je dois écouter là dedans... j'ai pas envie de les écouter... j'ai juste envie et besoin que ça s'arrête tu comprends ça ?? Plus elle parlait, plus elle montait en pression, plus ses mains tremblaient et s'agitaient, sa voix était tremblante, exprimant sa peur et son affolement. Soudainement, elle attrapa le verre que Klaus avait laissé sur la table et l'envoya se briser contre un mur de l'appartement dans un cri de rage, elle prit sa tête entre ses mains et ferma les yeux, essayant de se concentrer sur sa respiration... doucement... elle cherchait un point d'appui mental pour se calmer et tout se qu'elle trouva était les battements puissant du coeur de Klaus. Elle se focalisa dessus, cherchant à y trouver une force, une émotion a laquelle se raccrocher pour atténuer toute les autres. Elle la trouva et s'y accrocha, tentant d'y trouver refuge lentement. Elle lâcha sa tête doucement, rouvrant les yeux sur Klaus, elle avait trouvé une émotion commune aux deux entités qui leur imposa aux deux de juste SE LA FERMER !! Elle s'approcha de Klaus, faisant pour la seconde un pas vers lui malgré ses tentatives pour la repousser. Je suis désolée que se soit si difficile à encaisser Klaus. Mais aussi improbable que ça puisse paraître... je ne te déteste pas. J'ai peut être mit deux ans à le réaliser... mais c'est comme ça... je t'aime... et j'ai arrêté d'en chercher la raison. Tu es celui que je veux. Et je ne te laisserais pas me repousser, je ne te laisserais jamais m'éloigner de toi. Arrête de t'infliger ça. La seule personne à qui tu réussira à vraiment faire mal et torturer c'est toi même. Ne laisse plus ce cercle vicieux te pourrir la vie. Mille ans de souffrance et de solitude tu crois pas que c'est suffisant ?! On aura de toute façon d'autre moment difficile... ça ne voudra jamais dire que mes sentiments pour toi disparaisse. Ou que je... te tourne le dos. “The course of true love never did run smooth.” Elle se pinça les lèvres et posa une main sur son épaule, la serrant doucement, ses yeux s'embuaient alors que durant tout se qu'elle avait prononcé ils étaient restés secs... mais elle ne supportait plus qu'il l'ignore de la sorte. Please Klaus... look at me...


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Dim 28 Juil - 17:03







        † Around Midnight

        Klaus était parti dans la cuisine, ne maîtrisant pas du tout ses émotions pour le moment. A vrai dire, il ne les comprenait même pas et il avait l’impression de perdre de l’énergie à rien. Qui plus est, il n’avait pas vraiment l’habitude de se faire ainsi pousser dans ses retranchements. Et il avait la sensation que ce n’était pas vraiment terminé. Les mains posées sur le plan de travail, dos à celui-ci, il faisait face à Caroline qui paraissait en plein désarroi. Le pire dans tout ça était qu’il ne supportait pas de la voir ainsi torturée, ça lui faisait vraiment de la peine. Mais n’arrivant pas à déterminer ce qu’il ressentait actuellement et ne comprenant pas tous ses changements dans sa vie, il n’arrivait pas à trouver une solution pour qu’elle aille mieux. « Comment... peux-tu... penser ça ?! Mais qu'est-ce que j'ai fait pour que tu penses ça ?! » Qu’avait-elle fait ? Rien. Elle était juste elle-même, il ne lui en voulait pas pour ça. Il avait juste cette trouille bleue profondément inscrite en lui qu’elle ne finisse par le quitter. Et à chaque fois qu’elle se faisait distante, il avait la sensation de la perdre, ce qui lui détruisait littéralement le cœur. Si jamais elle en venait à le quitter un jour, il devrait absolument trouver un moyen d’en finir avec sa propre existence. Car il ne supportera pas qu’elle s’en aille. Il ne répondit pas, il ne savait pas quoi lui dire, il était ainsi. Il se savait paranoïaque, mais jusqu’à présent personne ne lui avait prouvé qu’il avait tort de l’être. Et la tornade explosa suite à son silence… « Je ne sais pas ce que tu as cru aujourd'hui... mais jamais... tu m'entends... JAMAIS je n'ai voulu te tourner le dos... ou te détester. JE fuis MES démons... JE ME déteste... Oui... je suis en colère... et j'ai mal... et je suis perdue... mais tu crois réellement que c'est après toi ?! Je n'ai pas peur de TOI Klaus... j'ai peur de MOI. T'as pas encore comprit ça ?! Mais il faut que je fasse quoi pour que tu arrêtes de penser que comme tous les autres je ne peux que te détester et te laisser tomber. Il va falloir que tu arrêtes de te mettre ça en tête... tu risquerais d'être déçu en voyant que ça n'arrivera jamais. » Facile à dire, beaucoup moins facile à comprendre et réaliser. Il la fixait, elle venait de le surprendre en lui disant ne pas être en colère contre lui. Mais pourquoi n’était-elle pas en colère contre lui alors ? Ce serait juste logique qu’elle le soit ! Alors pourquoi elle ne faisait rien de logique hein ? Si elle savait seulement que c’était sa plus grande frayeur à l’heure actuelle et qu’il détestait la voir ainsi, aussi mal, aussi en souffrance. Et il se sentait si impuissant face à sa douleur ! Il ne se supportait pas en réalité et avait envie de s’enfoncer un pieu du chêne blanc en pleine poitrine par moment. Juste pour trouver la quiétude dans sa tête. « Je suis désolée de bouleverser tous tes plans... j'ai visiblement la nette impression que durant DEUX ANS... tu t'es permis de me séduire car tu étais persuadé que je ne le serais jamais. Mais désolé... I... LOVE... YOU... and I CARE ABOUT YOU Klaus... tu me vois réellement désolé que ça te pose un aussi grand problème ! Je ne te laisserais pas vouer notre relation à l'échec ! Je ne te laisserais pas m'éloigner de toi ! » Son regard changea lorsqu’elle exposa sa théorie. Là, il était décontenancé. Comment avait-elle vu cela ? Car sa théorie était vrai, jamais il n’avait pensé qu’elle le rejoindrait. Parce que c’était tout à fait illogique et improbable, mais elle avait décidé de briser toute logique en le rejoignant, alors… Il détourna le regard un instant et poussa un long soupire… Il était en train de se faire engueuler et ce n’était pas une sensation très agréable non plus. « Comment as-tu pu penser qu'un GAMIN m'importait plus que TOI ?? Personne n'occupe la place que tu occupes. Tu es tout pour moi à présent... et tu as tué ce gamin car je l'avais sauvé ?! Désolé de te décevoir mais je ne pourrais jamais tuer sans raison Klaus. JAMAIS. C'est au-dessus de mes forces. Si je n'ai pas parler c'est uniquement car je n'ai aucune idée de ce que je dois dire !! C'est en ruine dans ma tête tu comprends ça ?! Il n'y a plus rien de bon ou mauvais ?! Je n'ai plus aucun repère il n'y a plus rien a part deux personnes qui se déchirent et se combattent ! Tu veux savoir ce que je ressens ?! C'est ATROCE !! J'ai qu'une envie c'est arracher mon cerveau de sa boite crânienne pour avoir du répit... juste un peu de répit. Parce que je sais plus qui j'étais... qui je suis... qui je dois être !! Je ne sais PLUS RIEN Klaus !!!! Tout se mélange. Et si je n'exprime rien c'est parce que je ne sais pas ce que je dois exprimer... tout se contredit dans ma tête !!! Il n'y a rien de cohérent !! Je sais pas qui je dois écouter là-dedans... je n’ai pas envie de les écouter... j'ai juste envie et besoin que ça s'arrête tu comprends ça ?? » Il en avait marre qu’elle reparle de l’humain qu’il avait fini par tuer dans la soirée, il ne voyait pas du tout en quoi c’était un drame et ne souhaitait pas s’attarder dessus. Il choisissait les victimes qu’il voulait, avec ses propres raisons et c’était ainsi. Il n’y avait rien à en dire de plus. Par contre, il retourna son regard vers elle en entendant « Tu es tout pour moi à présent... » Cette phrase provoqua une vive émotion en lui et son regard s’en trouva transformé en l’espace d’une demi seconde. II l’écouta bien plus attentivement lorsqu’elle décrivit ce qu’elle ressentait. Il fronça d’ailleurs les sourcils, il aimerait bien connaître ce dialogue intérieur qu’elle vivait, ça l’intriguait, d’autant plus qu’il voyait clairement qu’elle était à bout de nerfs mais qu’il ne pouvait rien faire pour l’aider. HA ! Cette impuissance le tuait ! Il hocha doucement la tête quand elle lui demanda s’il comprenait. Oh oui, il savait à quel point cela pouvait être dur d’être à plusieurs dans une seule et même boîte crânienne. C’était un de ses problèmes quotidiens. Il la vit balancer le verre contre le mur et eut une expression étonnée. Il ne comprenait pas trop pourquoi elle venait de faire ça, mais soit, ça ferait du boulot pour ses employés. Il croisa ses bras sur son torse et la fixa alors qu’elle venait se rapprocher de lui « Je suis désolée que ce soit si difficile à encaisser Klaus. Mais aussi improbable que ça puisse paraître... je ne te déteste pas. J'ai peut-être mit deux ans à le réaliser... mais c'est comme ça... je t'aime... et j'ai arrêté d'en chercher la raison. Tu es celui que je veux. Et je ne te laisserais pas me repousser, je ne te laisserais jamais m'éloigner de toi. Arrête de t'infliger ça. La seule personne à qui tu réussiras à vraiment faire mal et torturer c'est toi même. Ne laisse plus ce cercle vicieux te pourrir la vie. Mille ans de souffrance et de solitude tu ne crois pas que c'est suffisant ?! On aura de toute façon d'autre moment difficile... ça ne voudra jamais dire que mes sentiments pour toi disparaisse. Ou que je... te tourne le dos. “The course of true love never did run smooth.” » Elle l’avait convaincue avant de prononcer ses paroles là, mais elles lui firent un bien fou. Elles dissipèrent ses peurs, l’assura de son amour et sa citation de Shakespeare lui arracha un tendre sourire, alors qu’il clignait des yeux pour repousser les larmes qu’elle venait de provoquer. Il se sentait perdu, oscillant entre la béatitude et la crainte et du coup, il ne bougeait pas vraiment. Il décroisa juste ses bras et se posa sur le plan de travail, toujours en la regardant. Il suivit du regard sa main qui se posait sur son épaule, ce simple contact électrisa son corps. Elle le rendait complètement FOU ! Elle venait juste de tsunamiser tout en lui. (Nouveau mot inventé !) « Please Klaus... look at me... » Il baissa la tête et posa son regard dans le sien à sa demande. 




        † You are my eternity ♥
        . Il attrapa sa main et la garda dans la sienne, caressant doucement le dos de celle-ci. Elle devrait porter une bague de lui à l’un de ses doigts, pensa-t-il soudainement. Il avait la sensation que ça lui manquait. « I’m looking right through you, my love… » Murmura-t-il tout doucement. C’était les seuls mots qui lui venaient à l’esprit pour l’instant. Elle venait de le chambouler complètement… Jamais personne n’avait fait cela pour lui. Il jouait avec ses doigts tout fins, puis au bout de plusieurs secondes interminables, finit par secouer la tête, déglutir et souffler. « Tu me rends tellement fou… Mais tu as raison, je n’ai jamais cru que tu viendrais me rejoindre, ou du moins pas aussi vite. Je l’ai ardemment désiré, tellement voulu et souhaité, mais l’espoir était entre tes mains, pas les miennes. Je n’ai jamais pu y croire jusqu’à cette vision divine de toi en bas de mon immeuble. Et j’ai commencé alors à comprendre que je ne pourrais pas risquer de te perdre, jamais. Tu es ma reine, éblouissante, merveilleuse et tu as ranimé ma vie terne et solitaire pour la transformer en bonheur étincelant et si puissant. Je suis perdu, my love, car tu es bien plus forte que moi… Je ne supporte pas de te voir souffrir et j’ai dû t’infliger tout ça, je dois continuer à le faire et je n’en ai pas envie. Ton visage est fait pour sourire et pour partager le bonheur, pas pour être baigné de larmes et de tristesse. Si tu savais à quel point ça me déchire de te voir ainsi, je ne peux pas le supporter… Alors je suppose que ça serait plus simple pour moi de faire en sorte que tu t’en ailles, mais je ne peux pas non plus. Je suis coincé, mon amour et je n’ai pas de solutions. Je ne peux pas alléger ta peine et je suis obligé de la doubler jusqu’à ce qu’un jour tu puisses te sentir bien. Et je me déteste pour ça, je déteste être ce que je suis, je déteste devoir te faire mal et je déteste te voir pleurer par ma faute. Tu ne mérites pas tout ça, et moi je ne te mérite pas. Mes mains sont faites pour détruire, les tiennes sont celles d’une fée pour créer. Je sais que tu es sincère et sûre de toi, mais je n’ai rien fait pour te mériter, ma reine. Alors je pense que ça prendra du temps pour que j’accepte d’être l’élu de ton cœur. Me pardonneras-tu cela ? » Alors qu’il parlait avec toute la sincérité de son cœur, il jouait avec ses petits doigts fins et finit par serrer sa main. Klaus n’avait pas du tout l’habitude de se confier ainsi et ce qui était en lui, restait généralement en lui. Mais il lui devait bien ça. Il attrapa sa seconde main et l’incita à se rapprocher de lui, contre son torse en tirant doucement sur ses petits bras. Lorsqu’il fut assez proche d’elle, il posa ses lèvres sur son front, avant de murmurer doucement en fermant les yeux « Ce que je ressens pour toi, ma reine, ce n’est pas de l’amour. C’est de la passion, de l’obsession, c’est vital à présent. Je me tuerais à la seconde où tu t’éloigneras de moi, car je ne pourrais plus jamais supporter d’être seul. Je sais que mes actions ne sont pas logiques avec ce que je suis en train de te dire, mais je te l’assure mon amour, tu es mon éternité. Dis-moi, s’il te plait, dis-moi ce que je peux faire pour toi ce soir. Pose moi des questions, dis-moi ce que tu ressens à chaque instant, je veux être toujours connecté à toi. » Il rouvrit les yeux et reprit son souffle, c’était dur. Comment pouvait-il être aussi stupide par moment ? Risquer de la perdre pour une chasse… Stupide. Car il l’aimait démesurément.
        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Dim 28 Juil - 20:20


That's how we do

La passion qu'ils vivaient était belle et vivace... mais elle pouvait aussi comme aujourd'hui les ronger de l'intérieur. Ils étaient tous deux monter en tension, le silence les menant à cette dispute où enfin les barrières explosent pour laisser exprimer les émotions trop fortes pour rester enfermé. Se qu'il lui avait dit lui avait fait mal, mais au moins... elle avait comprit se qui n'allait pas, ainsi, elle s'enflamma également, submergée par un trop plein d'émotion qu'elle devait évacuer. Tout son corps exprimait à quel point elle était à bout de nerf. Le verre éclatait contre le mur résultait uniquement de cette impuissance envers elle même, elle ne contrôlait plus rien et ce geste eut pour but d'évacuer un peu de cette frustration d'avoir perdu entièrement le contrôle sur elle même aujourd'hui. Tout avait volé en éclat, elle devait à présent reconstruire, mais en attendant... c'était en chantier ! Focalisée sur les battements du coeur de Klaus, cherchant une unique émotion pour s'y apaiser, elle su la trouver, à vrai dire, il n'y en avait qu'une seule capable de mettre les deux entités d'accord en elle. Son amour pour lui, son unique force. Quand elle reprit la parole, elle semblait plus posée. Klaus lui semblait soudainement bouleversé, elle voyait les larmes dans son regard, ça lui fendit le coeur... mais ce signe lui fit comprendre qu'elle l'avait fait revenir à elle. Elle avait réussit à calmer l'hybride, il baissait les défenses qu'il avait érigée face à elle. Elle posa sa main délicate sur son épaule, la lui serrant, lui demandant de la regarder, se qu'il fit doucement. « I’m looking right through you, my love… » ces quelques mots provoquèrent des frissons et un profond soulagement chez Caroline, il jouait avec ses doigts avant de les lui serrer dans sa main imposante. Elle se mordillait l'intérieur des joues pour retenir son émotion avant qu'il ne reprenne la parole. « Tu me rends tellement fou… Mais tu as raison, je n’ai jamais cru que tu viendrais me rejoindre, ou du moins pas aussi vite. Je l’ai ardemment désiré, tellement voulu et souhaité, mais l’espoir était entre tes mains, pas les miennes. Je n’ai jamais pu y croire jusqu’à cette vision divine de toi en bas de mon immeuble. Et j’ai commencé alors à comprendre que je ne pourrais pas risquer de te perdre, jamais.» Devant ses confidences, elle fut très attentive, son regard plongé dans le sien, elle voyait combien il était difficile pour lui de réaliser qu'elle était bel et bien là pour lui et qu'elle ne comptait pas partir de si tôt. Il était tellement habitué à ne rien avoir, pourquoi aurait il espéré réellement qu'elle le rejoigne. Mais elle l'avait fait, et à présent il ne devait jamais douté du choix qu'elle avait fait... car elle n'en doutait et n'en douterait jamais.«Tu es ma reine, éblouissante, merveilleuse et tu as ranimé ma vie terne et solitaire pour la transformer en bonheur étincelant et si puissant. Je suis perdu, my love, car tu es bien plus forte que moi… » Elle fronça les sourcils à ses mots, plus forte que lui ?! Mais de quoi il parlait ?! Elle était loin d'être aussi forte que lui ! Et elle ne parlait pas que physiquement bien entendu, il avait une force d'esprit hors du commun pour avoir traversé ce millénaire bourré d'embûche, d'attaque, de trahison et de souffrance SEUL ! « Je ne supporte pas de te voir souffrir et j’ai dû t’infliger tout ça, je dois continuer à le faire et je n’en ai pas envie. Ton visage est fait pour sourire et pour partager le bonheur, pas pour être baigné de larmes et de tristesse. Si tu savais à quel point ça me déchire de te voir ainsi, je ne peux pas le supporter… Alors je suppose que ça serait plus simple pour moi de faire en sorte que tu t’en ailles, mais je ne peux pas non plus. Je suis coincé, mon amour et je n’ai pas de solutions. Je ne peux pas alléger ta peine et je suis obligé de la doubler jusqu’à ce qu’un jour tu puisses te sentir bien. Et je me déteste pour ça, je déteste être ce que je suis, je déteste devoir te faire mal et je déteste te voir pleurer par ma faute. Tu ne mérites pas tout ça, et moi je ne te mérite pas. Mes mains sont faites pour détruire, les tiennes sont celles d’une fée pour créer. Je sais que tu es sincère et sûre de toi, mais je n’ai rien fait pour te mériter, ma reine. Alors je pense que ça prendra du temps pour que j’accepte d’être l’élu de ton cœur. Me pardonneras-tu cela ? » Il semblait tellement s'en vouloir d'avoir à lui enseigner leur monde, devoir lui faire du mal pour qu'elle avance. Mais c'était ainsi, chaque vampire devait passer ce cap à moins de se perdre ou de mourir ! Mais elle au moins n'aurait pas à le faire seule, il serait là. Elle posa sa main libre sur la joue de Klaus lentement pour la lui caresser délicatement Je n'ai rien à te pardonner, il faudrait que je t'en veuille pour cela. Et ça n'est pas le cas. Je comprends que ça soit compliqué pour toi, et s'il faut que je répète un milliard de fois que je ne partirais jamais... je le ferais... ça ne me pose aucun problème. Et ne soit pas si dur avec toi... je sais que tu fais tout ça pour me protéger et pour mon bien. ça sera juste long, laborieux et douloureux. Mais on y arrivera. Je serais peut être pas toujours aussi positive mais... ça viendra. Malgré tout se que tu as pu croire... je te fais confiance, je t'ai fais confiance aujourd'hui... sinon je n'aurais jamais cédé pour l'entraînement et pour la chasse aussi. Elle se laissa attirer vers lui, collant son petit corps en nuisette contre lui couvert de sang humain, elle ferma les yeux à ses lèvres sur son front, restant concentré sur lui uniquement pour ne pas voir revenir ses tourments dans son esprit. « Ce que je ressens pour toi, ma reine, ce n’est pas de l’amour. C’est de la passion, de l’obsession, c’est vital à présent. Je me tuerais à la seconde où tu t’éloigneras de moi, car je ne pourrais plus jamais supporter d’être seul. Je sais que mes actions ne sont pas logiques avec ce que je suis en train de te dire, mais je te l’assure mon amour, tu es mon éternité. Dis-moi, s’il te plait, dis-moi ce que je peux faire pour toi ce soir. Pose moi des questions, dis-moi ce que tu ressens à chaque instant, je veux être toujours connecté à toi. » Elle serra ses mains sur lui, les paroles qu'il venait de prononcer été très forte, il faisait le serment de ne jamais pouvoir vivre sans elle ou loin d'elle. A vrai dire elle s'imaginait très mal sans lui à présent. Tu n'auras jamais à mourir Klaus... jamais. Je te l'ai promis, tu ne seras plus jamais seul à présent. Elle rouvrit ses yeux pour les poser sur lui tendrement, elle eut un petit sourire à sa demande... se qu'il pouvait faire pour elle... Maybe... take a bath ?! Elle émit un petit rire, retrouvant quelque peu de sa joie de vivre si ancré en elle et son petit côté espiègle, elle secoua la tête et se resserra contre lui Blague à part... j'ai vraiment besoin de toi, j'ai réussie à les faire taire en me concentrant sur l'unique émotion qui les mets d'accord mais je ne sais pas si ça va tenir longtemps... j'ai besoin de toi... que tu accapares entièrement mon esprit. J'ai aussi besoin d'être connecté avec toi... Elle aussi en vérité voulait se sentir connecté à lui, elle ne voulait plus ressentir cette distance entre eux, elle se laissa attirer par ses lèvres et y déposa les siennes lentement, appuyant ses lèvres contre les siennes sur la pointe des pieds, serrant ses mains sur lui, se tâchant par endroit de sang elle aussi, mais... elle s'en fichait. Elle voulait juste savourer le goût de ses lèvres, la vampire ne pouvant pas s'empêcher de se sentir combler par le goût ferreux et délicieux qu'il avait encore en bouche. Elle relâcha ses lèvres au bout de longues minutes pour coller son front au sien, se mordillant les lèvres, elle devait lutter à chaque instant pour tenir son esprit tranquille, c'était usant ! J'aurais tellement de question à te poser... mais je devrais d'abord te faire couler un bain... tu as aussi besoin de te détendre et... pour ça au moins je suis la meilleure qui puisse exister sur Terre. Elle eut un petit sourire et rouvrit son regard dans le sien en attendant son accord pour agir.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Lun 29 Juil - 17:28







        † You are my Eternity ♥

        Le long discours de Caroline avait eu pour effet de le calmer pour de bon. Si elle trouvait son enseignement dur, le lui infliger n’était pas une réelle partie de plaisir. Malheureusement, il n’avait pas vraiment le choix, car c’était la seule façon possible de s’en sortir. Il voulait la mettre en sécurité et la première chose à faire, c’était de lui faire embraser sa seconde nature, de lui apprendre à s’en servir comme une force, voir comme une arme. Et cela passait forcément par la destruction de ses valeurs et principes humains. Pour le moment, ceux-ci étaient ces seuls repères, il devait obligatoirement lui en créer d’autres. Petit à petit, il réalisait que sa colère de cette après-midi n’avait pas été dirigée contre lui, mais contre l’incompréhension, l’impuissance et l’effarement auquel elle avait dû faire face. Cela le rassura réellement et il se détendit enfin. Il releva son regard vers le sien à sa demande et comprit qu’il lui devait aussi des explications. Il se serait bien terré dans le silence comme à son habitude, mais Caroline vivait désormais avec lui et cela impliquait qu’il adapte son comportement. Il avait toujours vécu seul, il avait donc des habitudes à tuer. Avec quelques hésitations au début, il commença à se confier et finit par tout lui déballer à la suite. Il l’aimait à un point inconcevable, au point de mourir plutôt que de ne plus être avec elle et elle devait l’entendre de sa bouche. Bien évidemment, il le lui disait de mille façons différentes tous les jours, mais parfois, on a besoin d’entendre ces mots-là. Il gardait ses mains dans les siennes, sentant ces petites doses d’électricité courir sous ses doigts… Chacun de leur contact physique apportait son lot de sensations bienfaitrices, s’en était grisant. Comment pourrait-il se passer de la douceur de sa peau, de la profondeur de son regard et de la splendeur de sa chevelure ? Il l’admirait tout en lui parlant, tout en lui confiant ses fautes et ses doutes… Au fond, il était bien humain malgré tout. Il lâcha sa petite main qu’elle vint poser sur sa joue. Il adorait sentir sa main le caresser ainsi, ça l’apaisait réellement… « Je n'ai rien à te pardonner, il faudrait que je t'en veuille pour cela. Et ça n'est pas le cas. Je comprends que ça soit compliqué pour toi, et s'il faut que je répète un milliard de fois que je ne partirais jamais... je le ferais... ça ne me pose aucun problème. Et ne soit pas si dur avec toi... je sais que tu fais tout ça pour me protéger et pour mon bien. Ça sera juste long, laborieux et douloureux. Mais on y arrivera. Je ne serais peut-être pas toujours aussi positive mais... ça viendra. Malgré tout ce que tu as pu croire... je te fais confiance, je t'ai fait confiance aujourd'hui... sinon je n'aurais jamais cédé pour l'entraînement et pour la chasse aussi. » Il eut un sourire à sa première phrase. Elle ne lui en voulait pas ! C’était énorme comme sensation. Elle ne lui en voulait pas ! Rien que cette phrase suffisait à lui enlever toute sensation pesante en lui. Mais elle n’avait pas tort, il savait que sa paranoïa le forcera à douter de nouveau, à tout remettre en question, peut-être même à essayer de tout détruire. Mais elle venait de lui promettre qu’elle sera toujours là pour lui faire comprendre qu’elle était sienne par volonté. Cela lui semblait tellement impossible, pourtant elle était là devant lui. Il était forcé de constater qu’il n’était plus seul à présent. Alors il déposa un baiser sur son front et lui expliqua son obsession pour elle. Il la chérissait au-delà de tout. Il voulait aussi se rattraper, alors il demanda avec insistance ce dont elle avait besoin ce soir. «  Tu n'auras jamais à mourir Klaus... jamais. Je te l'ai promis, tu ne seras plus jamais seul à présent. » Il sourit simplement à ces quelques mots. Tout était dit, il n’y avait rien à ajouter. Il serra simplement doucement sa main qu’il maintenait dans la sienne. « Maybe... take a bath ?! » Il se mit à rire à ceci. Elle n’avait pas tort, il n’était pas du tout présentable ainsi et même si l’odeur du sang séché de le dérangeait pas le moindre du monde, il devait avouer que ça ne faisait pas très classe. Il en avait un peu partout il faut dire. « I should, you’re right. » avoua-t-il avant qu’elle ne se rapproche de lui et qu’il place ses bras autour de ses épaules, la gardant ainsi au creux de ses bras, contre son torse. « Blague à part... j'ai vraiment besoin de toi, j'ai réussie à les faire taire en me concentrant sur l'unique émotion qui les mets d'accord mais je ne sais pas si ça va tenir longtemps... j'ai besoin de toi... que tu accapares entièrement mon esprit. J'ai aussi besoin d'être connecté avec toi... » Il comprenait ce qu’elle voulait dire par ‘les faire taire’, ce n’était pas facile. D’autant plus qu’elles ne disparaîtront jamais, ni l’une, ni l’autre. Il hocha doucement la tête et murmura « Je vais prendre soin de toi…»




        † You come with me...  
        Il lui fit un sourire et dégagea une boucle blonde de devant son visage pour la poser délicatement sur le côté derrière son oreille. Il se pencha lorsqu’elle vint l’embrasser et répondit à son baiser avec envie. Il avait fini par descendre ses mains jusqu’à ses hanches et les caressaient avec douceur. « J'aurais tellement de question à te poser... mais je devrais d'abord te faire couler un bain... tu as aussi besoin de te détendre et... pour ça au moins je suis la meilleure qui puisse exister sur Terre » Il arqua un sourcil curieux à sa dernière phrase « Oh ! Really ? I can’t wait to see this… » Dit-il avec un regard amoureux. Puis il s’écarta du plan de travail et l’entraina dans leur salle de bains avec lui. S’il fallait qu’il prenne un bain, il espérait bien qu’il la rejoindrait dedans, sinon il ne voyait pas trop l’intérêt de celui-ci. Il lâcha sa main une fois entrés dans la chambre et commença à se débarrasser de ses vêtements en les plaçant pour une fois dans le linge sale. Il faisait des efforts, oui, oui. Ou alors il intégrait petit à petit que ses habitudes de rustre ne lui plaisaient pas forcément. Une fois en caleçon, il se tourna vers elle et fronça les sourcils. « Puis-je savoir pourquoi tu es encore habillée ? Si je dois prendre un bain, tu dois me rejoindre dedans, tu sais… » Il eut un petit sourire coquin, mais il allait de soi qu’il se ferait amplement plaisir s’il pouvait sentir sa beau nue contre la sienne. Il rentra dans la salle de bains et elle avait déjà tout préparé. Il n’était pas franchement habitué à cela mais c’était agréable. Les odeurs florales répandues dans la salle de bains étaient exquises, sans faire trop chargé. Il quitta rapidement son caleçon et entra dans le bain moussant et bien chaud. Il tendit automatiquement sa main vers elle une fois allongé et l’implora du regard – en faisant son air de chien battu- « Come with me… Now… » Il tirait doucement sur sa main, en vérité, il s’en fichait qu’elle ait encore sa robe. Elle serait juste mouillée et ça lui collerait au corps et ça la rendrait encore plus sexy. Alors il insista encore et finit par la récupérer entre ses bras, toute habillée, dans un PLOUF gracieux. Et il eut un vrai sourire fier, ne lui laissant pas le temps de le réprimander, il l’embrassait déjà avec passion, fourrant sa main dans ses cheveux. Voilà ce qu’était l’extase, vraiment. Sentir ce corps contre le sien, cette chaleur qui l’envahissait, la fièvre qui doucement gagnait son corps… La tension sexuelle entre eux était sans équivoque. S’il pouvait lui faire l’amour à longueur de journée, il le ferait. Il se mit à mordiller doucement sa peau ensuite et la regarda un instant. « Soyons sérieux quelques minutes… Tu m’as dit que tu avais des questions, quelles sont-elles ? Je suis tout à toi maintenant, dis-moi, parle-moi… » Il avait envie qu’elle se confie à lui, qu’elle lui parle de tout ce qui se passait en elle, peut-être ainsi arrivera-t-il à l’aider… En attendant, il la regardait en l’admirant… Elle était si belle…  
        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Lun 29 Juil - 21:19


That's how we do

« Je vais prendre soin de toi…» Voilà comment seulement quelques petits mots pouvaient faire voler en éclats des craintes et angoisses profondes. Il était là, elle se sentait de nouveau en sécurité entre ses grands bras musclés qui l'encerclaient à nouveau depuis quelques minutes. Ils c'étaient dit se qu'ils avaient sur le coeur et tout semblait aller mieux à présent. Entre eux du moins... car en elle c'était toujours un capharnaüm complet. Elle n'avait pas à gérer les deux entités en même temps, alors elles les avaient mit sur pause en se concentrant uniquement sur Klaus. Ni l'humaine, ni la vampire... avait à redire là dessus. Il était leur seul point commun. Elle lui proposait un bain, d'abord pour rire mais ensuite dans l'idée de prendre du temps pour lui et pour se détendre. Elle avait envie de prendre soin de son homme et attendit son consentement, de toute façon... tout était près. Elle avait eut le temps de tout préparer avant même qu'il ne rentre. Elle était à ce moment là dans un état second mais son maniaquerie des choses parfaites n'en était ressortie que bien plus. « Oh ! Really ? I can’t wait to see this… » Elle eut un large sourire et se décolla doucement de lui pour le suivre jusqu'à leur chambres, le regardant se dévêtir un instant, elle se faufila dans la salle de bain afin d'une ultime fois vérifier que tout était parfait. Elle avait trouvé quelques bougies et un chandelier qui semblait ancien et de valeurs ! Elle prit alors la boite d'allumette et en craqua une... la flamme dansa un instant dans le regard de Caroline... revoyant son meurtre... les entités s'élevaient en elle, l'une se révoltant et culpabilisant, l'autre ressentant le désir de réitérer une chasse. Ses tourments la reprenaient, ses démons enflaient dans sa tête, dans ses veines alors qu'elle fixait cette flamme. « Puis-je savoir pourquoi tu es encore habillée ? Si je dois prendre un bain, tu dois me rejoindre dedans, tu sais… » il venait de pénétrer dans la salle de bain, elle sursauta, la flamme avait consumé l'allumette et elle la lâcha dans le lavabo en grimaçant, la petite brûlure cicatrisa instantanément sur la peau de la vampire. Elle eut un sourire nerveux envers Klaus Je t'y rejoins chéri... laisse moi juste allumer ces quelques bougies. Elle reprit une allumette et s'appliqua à allumer les bougies, une fois fait, elle posa le chandelier non loin de la grande baignoire et elle alla éteindre les lumières, laissant juste cette douce et fine lueur des bougies les plonger dans leur cocon intime. Elle se retourna vers lui qui c'était plongé entièrement nu dans le bain... et cette vision... la foudroya sur place. Il était magnifique, elle n'avait qu'une envie, nettoyer lentement chaque parcelle de sa peau avec sensualité, un vrai roi, il en avait le charisme et l'étoffe à chaque seconde. Elle l'admira, sa vision l'empêchant de prononcer un son tellement il la subjuguait. « Come with me… Now… » Elle sortit doucement de ce moment d'admiration, pour poser son regard sur sa main, tendu vers elle, elle s'approcha doucement en souriant, il faisait son charmeur... il était irrésistible, elle fronça le nez dans une bouille adorable Tu sais qu'avec toi je ressens l'ivresse de tomber amoureuse à chaque seconde où tu es à mes côtés ?!... Laisse moi me déshabiller au moins mon amour... Mais visiblement, il n'en avait rien à faire, il saisit son bras plus vivement que prévu, n'ayant bien entendu pas le temps d'esquiver quoique se soit, elle se retrouva plonger dans la baignoire en nuisette, elle n'eut même pas le temps de dire quoique se soit que les lèvres de Klaus venait lui faire oublier le geste qu'il venait de faire. Elle répondit à son baiser avec passion et s'installa convenablement contre lui, passant ses mains sur sa nuque pour l'embrasser plus langoureusement encore, sentant le corps mouillé et nu de Klaus contre le sien auquel la nuisette collé de façon extrêmement sexy et sensuelle, épousant à la perfection les courbes enchanteresse du corps de Caroline. La mousse caressant leur peau, rendant celle de Caroline encore plus douce qu'elle ne l'était déjà. La main imposante de Klaus passait dans ses boucles d'or soyeuse, elle était à bout de souffle quand il relâcha ses lèvres pour venir mordiller sa peau, elle ferma les yeux, sentant ce désir commun monter lentement, cette chaleur envahir son corps, le faisant se coller plus à celui de Klaus, elle se mordilla la lèvre en entendant ses paroles... il était vraiment sadique ! « Soyons sérieux quelques minutes… Tu m’as dit que tu avais des questions, quelles sont-elles ? Je suis tout à toi maintenant, dis-moi, parle-moi… » Elle colla son front au sien en soupira et en essayant de s'imposer un peu de calme. Pour le coup... c'est d'une douche froide qu'elle aurait besoin ! Être sérieuse... dans un bain moussant... avec mon homme plus beau que jamais entièrement nu dans ce dernier... très facile à réaliser chéri... Elle eut un petit sourire, l'envie d'accaparer ses lèvres étaient affreusement puissante mais elle tenta de se concentrer sur ce qu'elle avait à lui demander. Son visage devint effectivement plus sérieux, de ses mains, elle étalait la mousse sur les muscles de Klaus qui teintait doucement l'eau d'une couleur rosé. Combien de temps ça t'as pris pour dompter toutes ces personnalités qui se déchirent en nous... et comment tu fais pour les supporter ?! J'ai l'impression d'être déchiré en deux... tirailler entre le vampire qui a envie d'exploser et l'humaine qui en a si peur qu'elle voudrait qu'il ne soit pas là... Comment tu fais pour surmonter chaque jours.... je sais pas... ces espèces de démons qui nous vienne de notre humanité ou de... je sais pas trop où et qui nous empêche d'explorer notre nature. Dis moi que je ne suis pas folle de ressentir ça... ce besoin incessant de le faire taire... j'ai peur dés qu'il s'exprime Klaus, je perd pieds, je suis perdue... c'est comme ci... malgré mes sens décuplés... je les perdaient totalement tu vois. Je suis ... paralysée. J'ai pas voulu devenir un vampire, j'étais seule quand ça c'est produite... il a été rejeté, j'ai été rejeté ainsi... j'aime l'idée de l'éternité et tout ça mais... la chasse et... le combat... l'idée de tuer... Quand elle disait "il" elle parlait bien entendu du vampire en elle. Elle baissa les yeux en serrant les mâchoires, elle ferma les yeux un instant, ne sachant pas trop si se qu'elle disait avait un sens ou pas et s'il comprendrait. Quand... je laisse le vampire s'exprimer... j'ai l'impression de le trahir... je... ne fais pas se qu'on m'a apprit... je ne fais pas de mon mieux... je ne lutte pas contre le monstre. A présent, quand elle disait "il"... c'était son père qu'elle évoquait. Ses mains s'activaient à nettoyer les traces de sang sur Klaus, se faisant plus intense en parlant, parce que la douleur ressentit revenait, les images la frappaient de nouveau... alors elle plaqua brutalement ses lèvres à celle de Klaus pour les enterrer, les effacer... lui... lui... lui... elle ne devait penser et ressentir que lui seulement et les faire taire. Elle se sentait très instable, elle l'était... elle ne savait pas si Klaus était préparé à y faire face. Se qui était sûr, c'est qu'elle préférerait céder à son désir brûlant pour lui là tout de suite... plutôt que d'évoquer ses ressentit, car c'était dangereux.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Mar 30 Juil - 10:23







        † Come with me...

        Après cette journée riche en émotions, la proposition de Caroline semblait juste parfaite. Il était vrai qu’il aurait bien besoin de se laver, il ignorait d’ailleurs comment il se débrouillait pour avoir du sang jusque sous ses vêtements, c’était étrange. Enfin, quand ça giclait, il ne faisait pas trop attention à où ça allait. Il entra dans la salle de bains et découvrit une ambiance romantique et douce, chaleureuse. Il se sentit automatiquement très bien pour le coup, il allait pouvoir se détendre. Mais elle venait avec lui, c’est pourquoi il lui fit remarquer qu’elle était toujours habillée et qu’il n’était pas d’accord.  Il prit possession de la baignoire tout de même et commença à la regarder avec son air de chien battu. Elle venait tout juste d’allumer les bougies et d’éteindre la lumière des ampoules. Il avait remarqué qu’elle semblait ailleurs par moment. Il savait pourquoi. Il lui attrapa donc la main et tira d’un petit coup sec sur son bras pour la faire basculer, toute habillée, dans le bain et dans ses bras. Et pour éviter de se faire crier dessus, lui offrit un de ces baisers à faire tourner la tête. En même temps, il la désirait réellement et il n’avait pas pu la toucher de toute la journée. Cela avait créé une sorte de frustration intense en lui  qu’il comptait bien apaiser ce soir.  Ainsi alors qu’il la sentait frissonnante contre lui, il avait envie de céder à ses pulsions et de l’embarquer au septième ciel avec lui de nouveau. Elle s’allongea confortablement sur lui, contre lui… Ses mains se posèrent sur le bas de son dos et descendirent doucement, arpentant son corps sans gêne et avec audace. Il lui mordilla l’épaule et la clavicule,  avant de relever un peu la tête. Il n’oubliait pas qu’elle était au centre de ses préoccupations et il n’éviterait pas la discussion autour de ses ressentis à elle… Alors il en appela au calme et au sérieux. Le contexte n’aidait pas vraiment à cela, mais lui trouvait au contraire que c’était parfait pour. Il la regarda soupirer et sourit en l’entendant…  « Être sérieuse... dans un bain moussant... avec mon homme plus beau que jamais entièrement nu dans ce dernier... très facile à réaliser chéri.. » Il garda ce petit sourire espiègle et fit glisser le long de son épaule, la bretelle trempée de sa robe, tout en répondant avec une voix sexy « Je pense que c’est le moment parfait pour être sérieux… Je suis concentré sur toutes les parties de ton corps, je veux savoir ce qu’il y a dans ta tête… » Il lui fit un petit sourire et commença à s’occuper de la seconde bretelle sur son autre épaule. Elle ne garderait pas cette robe très longtemps sur elle à présent. Il s’en occupait personnellement, c’était la tâche qu’il venait de s’attribuer. Il adorait sentir ses mains laver ses muscles, prendre possession de son corps, frotter avec douceur… Et il l’écouta se livrer à lui alors. « Combien de temps ça t'as pris pour dompter toutes ces personnalités qui se déchirent en nous... et comment tu fais pour les supporter ?! » La réponse à cette question n’allait pas lui plaire, pour la simple et bonne raison que ça lui prenait toujours du temps. « J'ai l'impression d'être déchiré en deux... tirailler entre le vampire qui a envie d'exploser et l'humaine qui en a si peur qu'elle voudrait qu'il ne soit pas là... Comment tu fais pour surmonter chaque jours.... je sais pas... ces espèces de démons qui nous vienne de notre humanité ou de... je sais pas trop où et qui nous empêche d'explorer notre nature. Dis-moi que je ne suis pas folle de ressentir ça... ce besoin incessant de le faire taire... j'ai peur dés qu'il s'exprime Klaus, je perd pieds, je suis perdue... c'est comme ci... malgré mes sens décuplés... je les perdaient totalement tu vois. Je suis ... paralysée. J'ai pas voulu devenir un vampire, j'étais seule quand ça c'est produite... il a été rejeté, j'ai été rejeté ainsi... j'aime l'idée de l'éternité et tout ça mais... la chasse et... le combat... l'idée de tuer... » Klaus écoutait attentivement ce que lui disait Caroline, il comprenait parfaitement son dilemme ayant le même. Il sentit néanmoins qu’elle n’avait pas fini de parler, alors il continuait à faire glisser ses bretelles, dévoilant ainsi sa poitrine pour son plus grand plaisir.  A présent, sa robe lui arrivait mi- ventre et terminait mi-cuisse. Cela devenait de plus en plus passionnant ! Il sentait ses mains se crisper sur son propre corps, se faire plus dures, racler sa peau et la faire rougir… Il ne montra aucune gêne à cela. « Quand... je laisse le vampire s'exprimer... j'ai l'impression de le trahir... je... ne fais pas ce qu'on m'a appris... je ne fais pas de mon mieux... je ne lutte pas contre le monstre. » C’était là qu’il devait intervenir, elle était en train de délirer à cause de ses principes humains. Il ignorait qui lui avait enseigné ce genre de choses stupides, mais si c’était l’œuvre de Stefan, il le maudissait clairement à l’heure actuelle. Ses mains qui venaient de passer sous sa poitrine, effleurant ses seins parfaits, arrêtèrent leur exploration et saisirent les siennes qui étaient toutes crispées. Il se mit à caresser la paume de celles-ci avec son pouce, en cercle et il chercha son regard. Mais elle précipita les choses en se jetant sur ses lèvres, comme si d’un coup c’était vital.  Oh il venait de comprendre ce qui mettait d’accord ses deux entités. Il n’était pas bête et même si des fois, un peu long à la détente, pour le coup la solution qu’elle avait trouvé était évidente et pas pour lui déplaire. Mais il devait l’empêcher de fuir tout ça, elle ne devrait pas avoir honte d’elle-même ainsi.  




        † I'm in love with each part of you...   
        Alors qu’elle s’enflammait contre ses lèvres, et qu’il ressentait pleinement son désir, il posa ses mains sur ses bras doucement et l’incita à se calmer. Dès qu’il put dire quelque chose il murmura « Easy Love… Don’t worry, we are together. » Il attendit quelques secondes, lui fit un petit sourire et porta ses mains à ses lèvres, pour déposer sur chacune un petit bisous tout chou. Voilà.  « Laisse-moi te dire plusieurs choses, d’accord ? Premièrement, tu n’es pas folle mais tout ce qu’il y a de plus normal mon amour.  Ce que tu ressens à l’heure actuelle, ce trouble qui t’envahit, le fait de te sentir perdue, de ne pas savoir vers qui te tourner, qui écouter, tout ça c’est tout à fait normal. Deuxièmement, je connais très peu de vampires qui ont souhaités l’être. Déjà car tous ceux que j’ai transformé ne s’y attendait pas. C’est donc des ressentis toujours vécus par fatalité et obligation.  Troisièmement, j’ignore qui t’as mis de telles absurdités en tête, mais à présent, le monstre c’est toi. Pourquoi voudrais-tu lutter contre toi-même ? C’est idiot et ça va te faire mal. Maintenant, écoute-moi… » Il sentait qu’elle était réfractaire à ce qu’il lui disait, et il comprenait pourquoi. C’était dur d’accepter d’être un monstre.  Il balaya une mèche de devant son visage et caressa doucement sa joue avec ce sourire confiant et serein, rassurant. « Tout ce qu’on t’as dit jusqu’à présent est un mensonge. Je t’ai déjà dit que les gens mentent lorsqu’ils ont peur. Tu as été très mal entourée lorsque tu es devenue vampire, mon amour. On t’a brimé automatiquement et tu as rejeté cette partie de toi. Au fond, c’est bien plus simple de se dire qu’on ne l’a pas voulu, donc qu’on n’en est pas vraiment responsable. Mais de cette manière-là, tu subis ta seconde nature. Alors elle te semble intrusive, mauvaise et te ronge de l’intérieur. Car quoique tu fasses, mon amour, elle sera toujours en toi. Ce qui est bien plus dur, c’est de se dire que certes tu ne l’as pas voulu, mais que tu es comme ça et donc tu dois assumer. Les gens qui étaient autour de toi une fois que tu es devenue vampire, ont eu peur. Peur de tes réactions, peur de ce que cela pouvait signifier, peur que tu ne fasses du mal aux gens qu’ils aiment ou à eux-mêmes. Alors, pour se protéger, ils t’ont obligé à brimer le vampire pour rester acceptée.  Car pire que le vampire en toi, le rejet que celui-ci inspire blesse terriblement tout jeune vampire. Et je peux dire que tu as ressenti ce rejet rien qu’en regardant dans tes yeux mon amour.  Mais ce n’est pas grave… » Il prit de l’eau et la fit couler doucement sur son épaule, caressant avec tendresse sa peau satinée. Il eut un petit rictus tendre, puis balaya la pièce du regard avant de la regarder de nouveau. « Ce n’est pas grave, car moi je t’accepte telle que tu es.  J’accepte le vampire et ses pulsions, j’accepte l’humaine et ses convictions et pour tout t’avouer… Je trouve que ce mélange est terriblement sexy… Tu n’as plus besoin de chercher à plaire à qui que ce soit, tu n’as plus besoin de te faire accepter désormais. Je t’ai déjà accepté, tu me plais plus qu’il ne le faut et lorsque je te fais l’amour, ma reine, je prends possession de l’humaine et du vampire et j’adore ça… » Il haussa deux fois des sourcils avec un air terriblement sûr de lui et charmeur. Et vint embrasser ses lèvres, sa langue s’emmêlant à la sienne avec passion… Il mordilla doucement sa lèvre inférieure avant de la relâcher et lécha ses propres lèvres ensuite pour savourer le goût exquis des siennes encore présent. Mais au-delà du jeu de séduction qui opérait, Klaus disait aussi la vérité. Il connaissait le vampire de Caroline, de temps en temps, celui-ci sortait sans même qu’elle ne s’en rende compte.  Durant leurs étreintes, elle devenait si féline par moments qu’elle le subjuguait. Et ça, ce n’était pas l’humaine. Lorsqu’elle agissait sous pulsions, lorsqu’elle se déchainait, lorsqu’elle élevait la voix et imposait sa façon de penser, certes l’humaine était présente, mais le vampire lui donnait toute l’assurance dont elle avait besoin.  Et ça, lui le savait. Sonder Caroline était son passe-temps favori en même temps, elle le fascinait. «Quant à te donner une méthode pour arriver à t’apaiser, j’ai l’impression que tu as déjà trouvé un moyen plutôt efficace. Et ne te prive pas de m’embrasser aussi fougueusement que tu le souhaites, ça me plait beaucoup. » Il eut un petit rire amusé et secoua la tête, avant de reprendre « Je n’ai pas de méthode attitré, mon amour.  Je crois que c’est quelque chose de personnel, et je crois que tu trouveras la réponse à tes questions en toi. Je crois même que cette réponse existe déjà, juste que tu ne l’as pas encore trouvé. Dis-toi que si toi tu ne crois pas en toi, moi j’y crois.  Si tu as peur, moi je n’ai pas peur. Laisse la vampire s’exprimer, mon amour, elle a besoin de reconnaissance de ta part. Lorsqu’elle ne se sentira plus rejetée, elle t’obéira. » Il lui fit un petit sourire et la ramena contre son torse, plaquée contre lui. Son visage se déforma lentement, laissant entrevoir l’hybride et il fit mine de claquer ses dents devant elle… Oh il la croquerait bien ! Ses mains glissèrent dans son dos, faisant encore descendre sa robe le long de la courbe de ses fesses… Il effleura son sous-vêtement, commença à lui aussi le faire descendre doucement.  Il adorait sentir ses sensations sous sa forme d’hybride… No limit, No rules… C’était puissant, un réel embrasement intérieur, elle lui coupait le souffle. Son visage redevint lisse, alors qu’il se mordait les lèvres en observant son corps au travers de la mousse du bain…

        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Mar 30 Juil - 17:53


That's how we do

Son homme avait visiblement décidé de la rendre folle cette nuit, ses mains qui parcouraient son corps la faisait frémir et l'empêcher d'être sérieuse comme il le voulait visiblement. Comment être sérieuse avec un pareil Apollon dans un bain qui sublime votre corps de ses mains puissantes, qui pose un regard affolant et sexy sur vous. Il ne lui donnait pas envie d'être sérieuse mais plutôt très indisciplinée ! Néanmoins, il n'avait pas tord, elle devait lui exprimer se qu'elle ressentait, lui poser des questions. Si elle ne le faisait pas, elle risquait de se renfermer à nouveau dans le silence... et visiblement, ça ne le faisait pas du tout. L'un comme l'autre avait besoin d'être rassuré et de se sentir en sécurité dans cette relation -car l'idée de se perdre l'un l'autre était insupportable-  alors cette sécurité passait par le dialogue permanent, sentir leur esprits connectés. Il voulait donc savoir se qu'il se passait dans tête, et il s'y passait énormément de chose. Il avait déjà fait glisser l'une de ses bretelles de nuisettes, et la seconde vint la rejoindre doucement, elle frissonnait à chacun de ses contacts, elle avait tellement envie de lui. C'était une pulsion qu'elle ressentait au creux de son ventre, l'envie irrésistible de poser ses lèvres sur lui, sentir sa peau chaude contre la sienne, l'eau et la mousse rendant en plus l'instant que plus sensuel et fantasmatique. Elle se confiait à lui doucement, se crispant toute seule, imposant ses mains sur les muscles de Klaus qu'elle lavait avec sensualité, lui semblait en totale fascination sur son corps, descendant sa robe lentement, découvrant peu à peu son corps dans l'eau et la mousse, ses caresses étaient divines et son corps réagissait plus vite que son esprit. Elle avait déjà tellement de tourment, il ajoutait à cela un désir intense et insurmontable... elle avait vraiment beaucoup de mal à garder son calme et dans tous les sens du terme. Sa nuisette ne la couvrait presque plus quand elle eut finit de parler... il explorait chaque parcelle de sa peau, laissant des frissons démentiels sur la peau satinée de la jeune vampire, il attrapa ses mains, les caressant doucement, il prenait un temps fou à la rendre folle de lui... mais elle doit avouer qu'elle adorait qu'il prenne son temps pour elle. Cependant... les deux parties d'elle même avaient décidé de se chamailler à nouveau, alors dans une urgence mentale, elle plongea sur les lèvres de Klaus pour l'embrasser. S'il n'y avait que ça qui marchait... il allait peut être qu'elle le prévienne qu'il risquait fort d'être souvent épuisé ! Mais soit... il lui avait déjà prouvé que l'hybride pouvait être très endurant.

« Easy Love… Don’t worry, we are together. » Elle avait réprimé un grognement qui lui était monté alors qu'il essayait de la calmer et la séparait de ses lèvres. Elle avait elle aussi accumulée une certaine frustration d'avoir dut le combattre plutôt que "lui faire du bien" -comme elle l'avait succinctement proposé au début de l'entraînement !- et alors qu'il "l'éloignait, cette frustration venait de bondir en elle comme un serpent venimeux et l'avait mordu au ventre. « Laisse-moi te dire plusieurs choses, d’accord ? Premièrement, tu n’es pas folle mais tout ce qu’il y a de plus normal mon amour.  Ce que tu ressens à l’heure actuelle, ce trouble qui t’envahit, le fait de te sentir perdue, de ne pas savoir vers qui te tourner, qui écouter, tout ça c’est tout à fait normal. Deuxièmement, je connais très peu de vampires qui ont souhaités l’être. Déjà car tous ceux que j’ai transformé ne s’y attendait pas. C’est donc des ressentis toujours vécus par fatalité et obligation.  Troisièmement, j’ignore qui t’as mis de telles absurdités en tête, mais à présent, le monstre c’est toi. Pourquoi voudrais-tu lutter contre toi-même ? C’est idiot et ça va te faire mal. Maintenant, écoute-moi… » "Le monstre c'est toi", cette phrase avait frappé Caroline de plein fouet. Pour elle c'était péjoratif, elle ne devrait pas l'être ! Elle devrait tout faire pour ne pas être un monstre. Elle avait entendu son père le dire à sa mère "Laisse moi faire ça pour notre fille, pas car elle est un monstre... car nous l'aimons" Son père qu'elle avait toujours admiré l'avait qualifié de monstre. Elle secoua la tête négativement doucement en fermant les yeux. Elle n'arrivait pas à accepter d'être ce monstre. Elle rouvrit les yeux en sentant la main de Klaus sur sa joue, son regard était embué, lui souriait et gardait cet air confiant et rassurant... il savait très bien que c'était dur pour elle et que lui ne devait pas flancher à ce moment précis. « Tout ce qu’on t’as dit jusqu’à présent est un mensonge. Je t’ai déjà dit que les gens mentent lorsqu’ils ont peur. Tu as été très mal entourée lorsque tu es devenue vampire, mon amour. On t’a brimé automatiquement et tu as rejeté cette partie de toi. Au fond, c’est bien plus simple de se dire qu’on ne l’a pas voulu, donc qu’on n’en est pas vraiment responsable. Mais de cette manière-là, tu subis ta seconde nature. Alors elle te semble intrusive, mauvaise et te ronge de l’intérieur. Car quoique tu fasses, mon amour, elle sera toujours en toi. Ce qui est bien plus dur, c’est de se dire que certes tu ne l’as pas voulu, mais que tu es comme ça et donc tu dois assumer. Les gens qui étaient autour de toi une fois que tu es devenue vampire, ont eu peur. Peur de tes réactions, peur de ce que cela pouvait signifier, peur que tu ne fasses du mal aux gens qu’ils aiment ou à eux-mêmes. Alors, pour se protéger, ils t’ont obligé à brimer le vampire pour rester acceptée.  Car pire que le vampire en toi, le rejet que celui-ci inspire blesse terriblement tout jeune vampire. Et je peux dire que tu as ressenti ce rejet rien qu’en regardant dans tes yeux mon amour.  Mais ce n’est pas grave… »Tout se que Klaus lui disait était vrai, elle le savait, il avait tellement d'expérience, elle lui faisait confiance et il voulait uniquement la guider vers une voie qui lui serait exceptionnelle ! Mais le chemin était tumultueux et douloureux. C'était ainsi, elle devait le franchir et elle avait l'aide de son Roi. Ses révélations aux sujets des peurs de ses proches laissait Caroline douteuse dans un premier temps... mais il disait la vérité. Elle ferma les yeux un instant pour retenir ses larmes, oui... elle avait subit ce rejet, de la part de certains de ses amis, de la part de son petit ami de l'époque, de la part de sa mère, puis le plus violent et douloureux, celui de son père. Alors certes, tous à un moment donné était revenu sur leur réaction première... mais le mal été fait. Et tous l'appréciait temps qu'elle gardait le vampire hors jeu. Elle rouvrit les yeux sur lui alors qu'elle sentait l'eau glisser sur son corps, il faisait tout pour la détendre et la mettre en confiance, le vampire et l'humaine était chamboulés... ces entités été en train d'apprendre qu'elles ne devaient pas forcément se détester mais plutôt "travailler" ensemble. « Ce n’est pas grave, car moi je t’accepte telle que tu es.  J’accepte le vampire et ses pulsions, j’accepte l’humaine et ses convictions et pour tout t’avouer… Je trouve que ce mélange est terriblement sexy… Tu n’as plus besoin de chercher à plaire à qui que ce soit, tu n’as plus besoin de te faire accepter désormais. Je t’ai déjà accepté, tu me plais plus qu’il ne le faut et lorsque je te fais l’amour, ma reine, je prends possession de l’humaine et du vampire et j’adore ça… » Elle fut profondément émue à se qu'il venait de dire, il l'acceptait, il l'aimait et il était le seul à ne jamais l'avoir rejeté, à ne l'avoir jamais considéré comme une Barbie. Klaus avait toujours été très respectueux avec elle. Elle le regardait, il faisait son charmeur au possible et elle ne su résister à son invitation, il collait ses lèvres aux siennes, elle y répondit avec passion, langoureusement, appréciant ce baiser, ses mordillements qu'il lui procurait des frissons inexplicable, les mains de l'hybride arpentait son corps, il lui procura un soupire d'aise qu'elle souffla sur les lèvres de l'hybride, son front collé au sien tendrement, elle susurra doucement quelques mots Tu te souviens le soir du bal, lorsque tu m'as dis que tu m'admirais... et que tu m'as demandé si c'était si dur d'y croire... ça l'était tellement et ça l'ai toujours. Parce que... tu es le seul et le premier... a m'avoir aimé, apprécié et montré du respect sans hésitation. Tu ne m'as jamais rejeté, bien au contraire. Et même si moi je rejetais ça... j'appréciais tellement ces moments passés avec toi parce que... j'ai jamais eut besoin d'être quelqu'un d'autre avec toi. Alors oui elle savait -aussi fou que cela puisse encore lui paraître - que Klaus ne lui demanderait jamais d'être quelqu'un d'autre. Il l'aimait et la voulait telle qu'elle l'était. Il cherchait juste à la révéler, à la libérer surtout. Il avait raison, elle n'avait plus besoin d'être accepté... tant que lui l'avait fait... tout le reste n'importait plus. «Quant à te donner une méthode pour arriver à t’apaiser, j’ai l’impression que tu as déjà trouvé un moyen plutôt efficace. Et ne te prive pas de m’embrasser aussi fougueusement que tu le souhaites, ça me plait beaucoup. » Elle eut un petit rire à cette phrase, il avait comprit qu'il était son équilibre, son pilier... sans lui elle s'écroulerait. Elle posa ses mains sur le torse de Klaus, glissant lentement pour dessiner sous l'eau le contour de ses muscles abdominaux, remontant à son torse, glissant sur son cou et à sa nuque qu'elle entreprit de masser doucement de ses petits doigts... et il ne trouverait pas meilleure masseuse qu'elle ! Je suis soulagée que tu m'avoue ceci car... je me sens vraiment très instable et tu es réellement mon équilibre, ma force... alors je risque d'être très épuisante dans les semaines à venir tu sais ?! Elle le laissa poursuivre ensuite en continuant son petit massage doucement. « Je n’ai pas de méthode attitré, mon amour.  Je crois que c’est quelque chose de personnel, et je crois que tu trouveras la réponse à tes questions en toi. Je crois même que cette réponse existe déjà, juste que tu ne l’as pas encore trouvé. Dis-toi que si toi tu ne crois pas en toi, moi j’y crois.  Si tu as peur, moi je n’ai pas peur. Laisse la vampire s’exprimer, mon amour, elle a besoin de reconnaissance de ta part. Lorsqu’elle ne se sentira plus rejetée, elle t’obéira. » Sa dernière phrase venait de parler à Caroline. Il avait raison, plus elle brimerait cette partie, plus elle tenterait de s'exprimer et de manière désordonné et violente. Si elle apprenait à la connaître, à la considérer et à l'accepter... elle s'apaiserait. Elle se pinça les lèvres, il avait provoqué un léger déclic. A présent elle était convaincue, il fallait qu'elle explore cette partie d'elle même. You're right my love... So... Je crois que... la vampire aimerait bien savoir comment tu l'as trouvé aujourd'hui ?!... Elle se mordilla la lèvre inférieure, son regard brillant montrait une certaine impatience de savoir comment il l'avait trouvé -elle allait peut être être déçu - mais ça ne ferait que la motiver pour la prochaine fois. Oui hallucinant elle pensait à une prochaine fois. L'humaine n'était pas forcément contente, mais elle se contentait de faire sa boudeuse dans son coin et ça convenait à Caroline. D'autant plus que Klaus la déshabillait de plus en plus... il dévoilait l'hybride et claqua des dents, elle eut un petit grognement sexy... il lui donnait envie de lui... envie entièrement de lui. Elle l'admira totalement, se concentrant sur lui, ressentant ce désir ardent. Elle l'aimait ! C'était puissant et elle adorait ça ! Le visage de l'hybride redevint lisse et elle en profita pour se relever dans la douche, laissant la mousse couler sur son corps et offrir une vue magnifique à son homme alors qu'elle faisait glisser la nuisette et son sous vêtement de façon sensuelle, elle le prit entre ses mains et le lança dans la salle de bain avant de se rasseoir sur lui doucement et de glisser ses mains sur le corps de Klaus de façon de plus en plus entreprenante, elle colle son buste souple au sien si musclé, elle prit possession de ses lèvres sensuellement, les lui mordillant, elle dévia ses baisers sur la mâchoire de son homme, adorant le contact de sa légère barbe naissante piquante, elle atteignit le cou de l'hybride, glissant sa langue sur sa peau un moment, elle l'aspira entre ses lèvres dans un baiser, laissant la marque de sa bouche sur sa peau un court instant, elle mordilla l'épaule de l'hybride, descendant sur le haut de son torse, elle dévoila ses crocs lentement, laissant son regard et son visage prendre l'apparence du vampire, elle glissait ses crocs sur la peau de Klaus, remontant doucement, elle vint frôler son nez du sien, posant son regard bleu cerné de rouge dans celui de Klaus... il lui avait donné envie de se qu'ils avaient déjà entreprit une fois... et de bien plus encore évidemment... N'aurais tu pas envie qu'on scelle cette journée par notre lien ... et bien plus encore ?! Elle avait un petit sourire derrière ses crocs, ondulant quelque peu son corps contre celui de Klaus pour créer un peu plus de désir entre eux, elle était quelque peu féline, elle s'en rendait compte, les sensations étaient décuplées, elle ressentait tout plus fort, ses sens étaient approfondies et elle adorait ça. La vampire était là... elle osait doucement se montrer avec lui.




fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 3 Aoû - 18:10







        † I adore you

        « Tu te souviens le soir du bal, lorsque tu m'as dit que tu m'admirais... et que tu m'as demandé si c'était si dur d'y croire... ça l'était tellement et ça l'ai toujours. Parce que... tu es le seul et le premier... à m'avoir aimé, apprécié et montré du respect sans hésitation. Tu ne m'as jamais rejeté, bien au contraire. Et même si moi je rejetais ça... j'appréciais tellement ces moments passés avec toi parce que... j'ai jamais eu besoin d'être quelqu'un d'autre avec toi. »
        Klaus était allongé dans leur grande baignoire, la pièce plongée dans une atmosphère romantique et douce à souhait, et sa magnifique femme était posée sur son torse. Ils venaient tous deux de passer une journée assez rude, s’imposant à l’un et à l’autre des changements certains dans leurs vies. Mais à présent, ils étaient là et Klaus savourait ce moment si privilégié qu’il passait avec elle. Sa peau nue contre la sienne provoquait une excitation continu et il ne cessait de caresser son corps autant avec son regard qu’avec ses mains, qui pour l’occasion se montraient douces. Alors qu’il venait de l’embrasser, se laissant entrainer par la sensualité du moment, il l’écouta lui dire ces quelques mots. Il appuya sa nuque contre le bord de la baignoire et plissa légèrement les yeux, gardant ses mains posées sur sa taille, ses pouces effleurant sa poitrine par moment. Elle était divine… Il fit l’effort de se souvenir de ces moments-là avec elle, il n’était pas vraiment fier de toutes ses actions auprès de sa belle pour la faire devenir sienne. Il eut un léger sourire, il savait à l’époque qu’elle appréciait de passer du temps avec lui, il l’avait vu. Son regard posé dans le sien, il remonta sa main sur son visage et passa son pouce sur sa lèvre inférieure doucement. « Je ne veux pas que tu sois quelqu’un d’autre, tu es si parfaite… Et je ne peux que t’admirer, mon amour, tu m’éblouis à chaque seconde. Désormais, je ne pose plus le regard sur toi sans avoir la fierté de me dire que tu as choisie d’être mienne… » Il eut un grand sourire charmé en prononçant ses dernières paroles. Il reprit néanmoins le fil de sa conversation initiale et lui expliqua que la façon qu’elle avait d’accorder ses entités n’était pas pour lui déplaire. Il faut dire que depuis que Caroline était arrivée en Nouvelle Orléans, sa libido n’avait jamais été aussi active, c’était assez invraisemblable, mais il n’allait surement pas s’en plaindre. A chaque fois qu’il la regardait, qu’il la touchait, qu’elle parlait, en vérité, quoiqu’elle fasse, il suffisait qu’elle soit présente pour qu’il ait envie de l’adorer de toutes les manières possibles. Et pouvoir la posséder était le bonheur ultime à tout ça, car dans ces moments-là, il s’efforçait de la faire se sentir femme entre ses mains. Dans ces moments-là, il lui exprimait intimement la façon dont lui la voyait et il lui témoignait ainsi son obsession. Il sentit ses mains sur son ventre, remontant vers sa nuque, il frissonna et un léger son rauque s’extirpa de ses lèvres lorsqu’elle entreprit de le masser. C’était grisant, ça le détendait et le mettait dans un état second, il perdait peu à peu sa concentration… « Je suis soulagée que tu m'avoue ceci car... je me sens vraiment très instable et tu es réellement mon équilibre, ma force... alors je risque d'être très épuisante dans les semaines à venir tu sais ?! » Il écarquilla les yeux pour se réveiller un peu et sortir du nuage de désir qui venait tout juste de l’envahir. Il ne trouva absolument rien à redire à cela, à part lui faire un grand sourire comblé. Epuisante… Elle ne pourrait pas l’épuiser avant très longtemps, comment pourrait-il se lasser de tout ça ? Il reprit donc sur sa lancée, car il n’avait pas fini de lui expliquer ce qui lui arrivait et même si toutes les tentations étaient réunies pour le détourner de son but, sa volonté de lui faire du bien dans son ensemble était plus forte. Il vit que ces dernières paroles avaient touchés Caroline. Son attitude changea à sa dernière phrase, elle arrêta de le masser et se pinça les lèvres avant de lui dire «  You're right my love... So... Je crois que... la vampire aimerait bien savoir comment tu l'as trouvé aujourd'hui ?!... » Il eut affaire à un réel changement d’attitude en très peu de temps pour le coup et il observait tout cela avec un sourire plein de fierté. Elle comprenait, et elle exploitait. Sa reine était la plus intelligente, c’était indéniable. Son esprit vif l’avait toujours séduit, elle était exceptionnelle.





        † I feel you inside 
        Il la plaqua contre son torse et dévoila doucement l’hybride tout en l’effeuillant avec patience, faisant glisser ses vêtements le long de ses cuisses, qu’il serra doucement… Il murmura doucement « Je l’ai trouvé brillante… intelligente… intuitive… rapide… féline… Une vraie reine » Il sentait ce désir ardent brûler en lui, et son odeur exquise l’envahissait, quand il reprit un visage plus lisse et se rallongea dans la baignoire. Elle lui offrit alors un spectacle magnifique en se mettant debout face à lui. Ses yeux étaient posés sur son corps, attentif à chacun de ses mouvements, admirant ses courbes et ce que dévoilaient peu à peu ses mains qui la dénudaient. Sa bouche était légèrement ouverte, l’aidant à garder une respiration… Lorsqu’elle s’allongea de nouveau sur lui, il était conquis et ne pensait plus qu’à l’aimer. Elle avait envahie toutes ses pensées, il la désirait comme un fou et elle se collait à lui… l’embrassait… sur la mâchoire… dans le cou… une multitude de frissons parcourut son corps lorsqu’elle aspira sa peau. Il sentait ses dents mordiller sa peau, c’était divin. Il ferma les yeux quelques secondes, avant d’entreprendre de caresser son corps, collé de façon si provocante contre lui. Inutile de dire qu’il était en grande forme, cela faisait un moment déjà. La courbe de ses reins le faisait chavirer, il se perdait totalement dans l’exploration de ce corps si parfait, si satiné, si désirable… Tout en faisant cela, il était absorbé par la vision de son vampire qui gouttait à sa peau. Elle vint frotter doucement son nez contre le sien et il la regardait ainsi le dominer un peu. « N'aurais tu pas envie qu'on scelle cette journée par notre lien ... et bien plus encore ?! » Son corps se mit à onduler sur le sien à la fin de sa phrase et il plaqua très rapidement son bras sur ses reins pour limiter les frottements qui le rendaient fou ! Il baissa la tête de façon à coller son front contre le sien et il lécha doucement ses lèvres « Tout ce que tu voudras mon amour… » Il avait glissé ses mots-là, tout en se redressant lentement. Il la maintenait contre lui, et la souleva doucement avec un bras pour faire glisser sa cuisse contre son flanc à lui. Son regard se posa dans le sien alors qu’il prenait doucement possession d’elle. Ses lèvres s’écrasèrent sur les siennes alors que les deux corps joints s’embrasaient autour d’un brasier de passion. C’était si fort, si intense et ça n’appartenait qu’à eux. Ses mains foulaient son corps satiné, la chaleur de son corps avait augmenté de façon considérable, il était brulant. Et elle aussi. Elle finit par passer ses jambes autour de sa taille et il parsema sa poitrine de baisers enflammés. Il remonta dans son cou, puis plaça son visage face au sien quelques instants, laissant son souffle chaud et puissant se mêler au sien. Il capta alors son regard et lentement, dévoila ses crocs d’hybride pour lui annoncer ses intentions. Il se retira doucement d’elle, pour planter par la suite ses canines sur son épaule et lui sucer un peu de sang. En faisant cela, il pénétra dans son espace intime aussi réellement que s’il le vivait. Il ressentit alors tout son désir dans un premier temps, égal au sien, c’est-à-dire : infini. Il le ressentit avec vivacité, ainsi que son amour pour lui. Il la sentit profondément troublée, perdue et inquiète au-delà de ça.  Ce qu’elle vivait n’avait rien de drôle, il le savait bien. Il sentit une vive douleur aussi et un souvenir jaillit lorsqu’il s’y attarda. Un homme, une conversation entendue, ‘monstre’ répété à plusieurs reprises, une déception immense et un mal-être imposant. Il n’avait jamais rencontré cet homme auparavant, mais ses mots avaient créés un profond sentiment de culpabilité en Caroline. Il lécha doucement la plaie qui se refermait peu à peu sur son épaule et se mit à déposer des doux baisers tout le long, remontant dans son cou, suçotant son lobe d’oreille. Il l’aimait si fort, la désirait avec ardeur et il se remit à caresser son corps avec une envie démesurée.  
        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Sam 3 Aoû - 21:38


That's how we do

« Je ne veux pas que tu sois quelqu’un d’autre, tu es si parfaite… Et je ne peux que t’admirer, mon amour, tu m’éblouis à chaque seconde. Désormais, je ne pose plus le regard sur toi sans avoir la fierté de me dire que tu as choisie d’être mienne… » Ces mots résonnaient dans l'esprit de Caroline, se sentir autant aimé, désiré, accepté et respecté... elle ne saurait exprimer à quel point cela pouvait être grandiose pour elle ! Chaque mots que Klaus prononçaient la faisait se sentir belle, femme, forte, digne... et tellement plus encore. Elle ne savait pas s'il avait pleinement conscience du bien qu'il était en train de lui faire, des changements lents qui s'opéraient en elle ! Auxquels elle prenait goût. Qui aurait cru qu'elle arriverait un jour à sortir le vampire, a accepter finalement à l'écouter et l'apprivoiser. Elle même n'y croyait pas, mais Klaus croyait en elle au delà de tout entendement. Il l'aimait d'une façon si démesurée que tout ce tourbillon d'amour en était étourdissant et hypnotisant ! Si elle pouvait, elle ne cesserait jamais pareil moment entre eux ! Tous deux nus dans un bain moussant, leur peau l'une contre l'autre, une discussion à coeur ouvert, des confidences, des caresses, des baisers... OMG ses lèvres... si elle pouvait elle passerait son temps à les embrasser, ne se sentant jamais rassasié complètement après un baiser aussi épique soit il ! Elle avait l'impression que leur amour n'avait aucune limites. Elles étaient sans cesse repoussées, virant à l'obsession, a un amour insatiable qui avait besoin d'être constamment alimenté et assouvie. Ils avaient accumulé tellement de frustration, que se soit dans leur vie respective ou pour leur histoire à tous les deux. Aujourd'hui ?! Ni lui ni elle ne supportait d'être frustrée d'une quelconque manière qu'il soit en se qui concerne leur amour ! Jamais elle ne supporterait d'être trop longtemps éloigné de lui.

Lentement, elle laissait apparaître la vampire, glissant ses crocs sur la peau de l'hybride sans la perforer, plongeant son regard vampirique dans le sien, elle avait ce petit sourire derrière ses crocs qui en disait long sur son impatience à découvrir se qu'il avait pensé d'elle. La vampire était toute ouïe, enfin on lui accordait un peu de temps et d'importance... c'était jouissif ! Plaqué contre le torse musclé de Klaus, il dévoila son visage hybride, ce visage qu'elle trouvait fasciné, ses yeux qui prenaient leur teinte entre le doré et l'ambré... ça la rendait dingue ! Des frissons la parcourait rien qu'à cette vision et sa voix si... sensuelle ! GOSH ! « Je l’ai trouvé brillante… intelligente… intuitive… rapide… féline… Une vraie reine » Elle se disait que plus ça allait, plus il avait le don de la mettre hors contrôle de son désir. Il risquait d'avoir des surprises un jour à force de jouer ainsi avec ce désir qu'elle ressentait à chaque seconde quand il était là ! C'était comme un feu ardent impossible à éteindre ou à apaiser ! De plus, la vampire se sentait sous l'extase de tous les compliments qu'on venait de lui faire. Oh elle avait encore du boulot ! Un jour elle serait parfaite, un jour elle le rendra fier d'elle ! Elle le surprendra ! Mais pour l'heure, elle devait simplement virer ces derniers bout de tissu qui la gênait ! Elle le fit bien entendu de manière très sexy sous les yeux complètement hypnotisé de son Homme. Il ne perdait pas une miette du spectacle se qui était encore plus plaisant pour Caroline. Oh oui elle adorait le rendre fou ! Elle adorait sentir ce regard se poser sur elle ! ça lui créait une chaleur délicieuse au creux du ventre alors qu'elle se remettait sur lui doucement et entièrement nue pour lui laisser le loisir de la toucher sans plus aucune barrière vestimentaires. Ondulant son corps lentement sur le sien, elle n'eut pas le loisir de le faire longtemps car visiblement... c'était trop pour le self contrôle de Klaus qui vint plaquer son bras sur ses reins pour stopper Caroline, la collant ceci dit un peu plus à lui. « Tout ce que tu voudras mon amour… » Sa demande était exaucée comme certainement toutes celles qu'elle aurait bien pu lui faire !! Il semblait vraiment avoir du mal à se concentrer sur autre chose qu'elle et son corps majestueux au dessus de lui ! Il se redressait lentement, glissant une main sur sa cuisse, il effleurait ses lèvres tandis qu'il prenait doucement possession de son corps dans un frisson commun de plaisir certain. Elle le fixait intensément, lui transmettant ainsi tout son amour, sa passion et son désir pour lui jusqu'à se qu'il n'écrase leur lèvres, les scellent dans un baiser passionné, elle serra ses bras autours de sa nuque, savourant de ne faire qu'un avec l'homme qu'elle aimait dans une chaleur passionnée commune, harmonisant leur corps dans une fusion parfaite. Elle enroula ses fines jambes autours de la taille de l'hybride, savourant ses lèvres sur son corps et sa poitrine, ses mains qui sublimait le corps de Caroline, la faisait frémir sous l'électricité agréable que créait le moindre contact entre eux ! Son corps se cambrant, il vint croiser son regard, dévoilant l'hybride, abandonnant leur fusion charnelle pour venir planter avec douceur dans sa peau ses crocs acérés, une légère grimace suivie d'un souffle de plaisir, il aspirait son sang doucement, se connectant ainsi de la plus profonde et intime façon à elle. Elle avait les yeux clos, savourant de lui faire ce don quelques instants, jusqu'à se qu'elle ne sente les crocs se retirer, la langue de l'hybride venir panser la plaie dans son cou, elle eut un sourire sans s'en rendre compte, elle avait serré ses doigts et ses ongles sur le dos de Klaus, l'intensité du moment la poussant à lui infliger quelques griffures qui disparaissaient instantanément.Elle ressentait les choses plus fortement, elle ne saurait expliquer d'où ça venait réellement, mais le vampire n'était pas innocente à tout ça. Savourant ses baisers, elle ne sentait même pas le venin de Klaus parcourir son organisme, il lui faisait tout oublier !

Dans un mouvement souple et agile, elle reprit doucement le dessus sur lui, elle vint dans un premier temps capturer ses lèvres dans un baiser enflammé, recommençant à onduler son corps dans un frottis frotta sensuel et qui pourrait à terme le rendre pour de bon fou ! Elle dévoila son visage du vampire, le laissant un instant la détailler ainsi, il allait avoir de plus en plus le loisir de la voir ainsi certainement à présent. Elle pencha son visage et vint transpercer délicatement la peau tendre du cou de Klaus, fermant les yeux, ses mains de nouveaux se serrait sur lui, grognant de manière féline à ce sang exquis, sans pareille, qui atteignait ses papilles et s'infiltrait dans son corps, purifiant son sang du venin et lui insufflant une force certaine qu'elle ressentait enfler dans ses veines. Elle soupira de plaisir avant de relâcher son cou, redressa son visage, ses lèvres et ses crocs teintés de sang, son sang, à lui... Bien sur une fois de plus... elle n'avait rien pu voir... la frustration était là ! Palpable ! Le vampire et l'humaine était d'accord pour se dire qu'elle détestait ne pas en être encore capable ! Elle glissa sa langue sur ses lèvres, reprenant son visage angélique, elle eut un sourire pour son homme, venant cueillir ses lèvres tout en les unissant de nouveau elle même dans une danse langoureuse et passionnelle. Elle avait besoin de lui, envie de lui... à travers les mouvements torrides de son corps, ses baisers enflammés et tellement amoureux, elle essayait de lui souffler à quel point elle aimerait que ce moment ne prenne jamais fin, un langage silencieux, corporel et aussi... bien plus profond qu'on ne l'imagine. Ils étaient fusionnels, elle aimait se dire qu'ils n'avaient pas besoin de mot pour se comprendre ! Elle n'était plus vraiment capable de parler, ses lèvres étaient trop occupé sur les siennes, ou sur torse, partant à la découverte de ses muscles qu'il tendait par moment sous l'intensité du désir et plaisir qu'ils pouvaient se donner l'un à l'autre. Elle aurait tellement aimé aussi partagé ses pensées, elle aimerait à cet instant lire en lui comme il pouvait le faire, cette frustration de ne pas réellement le pouvoir, la pousser à lui donner encore plus d'elle même dans cette étreinte qu'elle osait mener depuis qu'elle avait prit de son sang. Elle se sentait belle, femme, aimée... il la respectait énormément, surtout dans ces moments là. Elle ne savait pas comment il faisait... mais à ce moment précis... elle se sentait... invincible ! Ils l'étaient ! Ils le seraient toujours désormais !



fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   Ven 9 Aoû - 19:54







        † I feel you inside

        La journée qu’ils venaient de passer avait été éprouvante, si bien que la soirée fut pleine d’émotions. De la rancœur qui fut vite apaisée, des révélations qui étaient nécessaires, et une incroyable tension sexuelle palpable dans l’air. Sa reine avait préparé un bain incroyable et il se sentait comblé ce soir, malgré les distances qui avaient été prises dans la soirée. Il était fou d’amour pour elle, il ne pouvait pas lutter contre ça, elle était sa pierre précieuse… Il venait de se nourrir de son sang et savourait de sentir leur union de plus en plus. Il commençait à percevoir ses souvenirs, ses pensées et ses plus vives émotions. C’était jouissif, vraiment. Il la laissa prendre le dessus en souriant, encore perdu dans la contemplation de son amour pour lui, il l’avait senti éperdument amoureuse… Mais elle l’extirpa de cela en se frottant doucement contre lui et en l’embarquant dans un nouveau baiser. Il chavirait vraiment dans un océan de plaisir pour le coup, c’était intense, par vagues, c’était puissant. Une sorte de grognement gronda dans sa poitrine alors qu’elle lui dévoilait son visage de vampire, il avait hâte qu’elle le morde. Lorsqu’elle le fit, il se mit à sourire et continua de caresser son corps sensuellement. Il sentait son sang se faire aspirer, ça lui procurait des frissons le long du dos. Il la vit ensuite se redresser, elle avait l’air heureuse. Un peu déçue, car elle n’arrivait pas à lire en lui, mais cela viendra avec le temps. De toute façon, pour ce qu’il y avait à y voir ! Il scella rapidement leurs lèvres de nouveau, avant de reprendre leur étreinte là où ils l’avaient arrêtée. Une bonne partie de la nuit fut remplie de passion, et il faut croire que les tensions de la journée avaient besoin d’être évacuées, quel meilleur moyen auraient-ils pu trouver ? Il lui témoignait toute son obsession, la sublimant, la faisant sienne, la liant à lui pour l’éternité. Leurs étreintes explosaient car leurs émotions décuplées étaient démentielles. Il l’adorait, elle était sa reine. Ils finirent par s’endormir, la nuit bien avancée, dans leur lit. Il la gardait dans ses bras, comme si à tout moment, ce contact physique était nécessaire. Une connexion s’établissait peu à peu entre eux deux, ou alors, elle se renforçait de plus en plus. Il le sentait de jour en jour, leur lien était très fort. Son sommeil fut bercé d’agréables songes, dont les souvenirs s’estompèrent au petit matin.




        † Day 2.
        La matinée était bien avancée, car ce fut le soleil qui perçait au travers des rideaux qu’il se réveilla. Il grogna légèrement par réflexe, et le second fut d’ouvrir les yeux sur sa reine. Elle était magnifique, endormie, un ange… Il se pencha doucement et posa ses lèvres sur son front pendant de longues secondes, puis il se redressa et se fraya un chemin hors du lit. Caroline se mit à bouger, alors qu’il était au centre de la pièce et il s’arrêta pour murmurer « I’m coming back » Il se rendit alors dans sa cuisine, croisa un employé qui s’affola. Il n’avait pas vraiment fait attention à sa nudité apparente à vrai dire. Il leva les yeux au ciel et attrapa dans le frigo du jus d’orange qu’il ajouta sur les plateaux petit déjeuner déjà prêts. Il revint donc dans la chambre, chargé de plateaux petit déjeuner qui contenaient du jus d’orange, nutella, brioche, fraises et café. Il déposa tout ça sur le lit en déclarant avec un sourire « Bonjour ma reine, deuxième jour d’entrainement aujourd’hui ! » Au moins le thème de la journée était lancé, il ne comptait pas la lâcher de sitôt. Mais cette fois-ci, ils allaient travailler autre chose et il n’y aurait sûrement pas besoin d’une chasse. Il sentait sa femme plus en confiance aujourd’hui. Il se glissa sur le lit et embrassa de nouveau sa joue, demandant d’une voix plus douce « Tu as bien dormi ? » Il s’attarda près de son visage pour sentir son odeur, il adorait ça. Il se redressa ensuite et désigna les plateaux petit déjs « Tu devrais prendre des forces, mais prends ton temps pour te réveiller. Je n’ai pas envie de brusquer le serpent au petit déj’. » Il lui fit un clin d’œil et se mit à rire. Il se rendait compte qu’il était franchement content dernièrement et il l’exprimait de plus en plus, surtout auprès d’elle. Elle avait cet effet-là : elle le rendait joyeux. Il se servit un petit café, tout en commençant à parler de ce qu'il prévoyait de faire aujourd'hui.« Aujourd'hui, nous allons travailler les réflexes, ton agilité, rapidité, l'anticipation... Un peu tout ça, et pour ce faire, on va aller dans les marécages. Tu sais que la Louisiane est connue et réputée pour ses marécages. Personne ne s'en approche en général. Je te conseille par contre de mettre un pantalon et des bonnes chaussures.» Il fit une petite moue, il aimait la voir apprêtée, d'autant plus qu'elle était magnifique ainsi, mais les marécages n'étaient pas généralement des endroits où le risque salissure n'existe pas.
        © MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

That's how we do [feat Caroline Forbes ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Clothes and shoes, the perfect world ~ Feat Rebekab Mikealson et Caroline Forbes
» Caroline Forbes # La seule et l'unique
» Caroline Forbes
» Caroline Forbes - Vampire (libre)
» Quand l'amour est plus fort que tout - Caroline Forbes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bite me or Kill me :: Cimetière :: Archives :: Archive Sujet-