AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bite me or kill me est officiellement ré-ouvert !!! Bienvenue !!! Voté pour le forum ICI =)

Partagez | .
 

 "The course of true love never did run smooth" ft Klaus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Ven 24 Mai - 19:44


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Les jours passaient, et pour de bon, elle ne réussissait pas à faire face à toutes ses émotions, nouvelles et anciennes qui se confrontaient ! Elle avait pensé à se jeter dans le travail, appeler Tyler pour tenter de se rassurer, faire du shopping, créer une nouvelle chorégraphie pour l'équipe de pompom, parler à Stefan mais avec un imbécile finit dans les parages comme Damon n'était pas franchement un succès non plus ! Elle était seule à devoir se débattre avec ses démons et elle ne savait plus vraiment quoi faire ! Pire... les jours passaient depuis cette soirée à Seattle avec LUI et... elle ne l'avait plus croisé, n'avait plus eut de nouvelles rien... pas même un petit signe de vie ou un petit crime dans les parages qui lui ferait dire qu'il était encore présent ! Terrible de penser à ça... lui manquait elle ?! ... Elle ne pouvait pas se résoudre à cette idée ! Depuis quand n'était elle pas heureuse qu'il la laisse tranquille !? Et les nuits étaient tellement pire que les journées. Le soir et la nuit étant le temps de la rétrospection et de l'introspection surtout... elle avait de quoi se tourmenter et s'empêcher de dormir pour les siècles à venir !

Aujourd'hui, c'était le week end... c'est à dire qu'elle n'allait plus avoir l'occasion de faire semblant que "la vie continue" ! Rentrée et douchée... elle tournait relativement en rond dans la maison vide des Forbes. Elle avait l'impression que tout la ramenait à lui. Même si elle regardait une émission débile à la TV... quelques choses ou quelqu'un allait forcément faire une allusion à un truc qui lui rappellerait LUI. Devant une pub... Caroline fronça les sourcils et finit par éteindre la TV et monter dans sa chambre... posant son regard sur la toile, elle hésitant un instant avant d'attraper ses clés et de sortir en hâte, elle devait s'acheter de la peinture ! Et une toile ! Et des pinceaux aussi évidemment ! Elle n'y connaissait rien et se fit conseiller par un vendeur avant de revenir chez les Forbes... sa mère relativement étonné de l'attirail qu'avait Caroline la questionna "Est ce que cet attirail de peintre a un rapport avec la toile accroché dans ta chambre ?!" Caroline haussa simplement une épaule et se dirigea vers le garage relativement bien aménagé des Forbes ! Il lui manquait un chevalet et d'autre truc de peintre mais... elle se débrouillerait bien ! Elle étale un grand drap blanc sur le sol, posa sa toile dessus et partit se changer ! Arborant un slim noir, elle passa un top blanc et le surmonta d'un petit chemisier rose dont elle retroussa les manches, s'attachant les cheveux artisanalement avec un simple crayon, elle pu enfin s'installer dans le garage. Elle s'alluma la radio où les titres du moment passé et monta le son pour se couper des bruits environnant, se créant sa bulle. Elle se mit à genoux devant sa toile blanche et l'évalua un moment, elle ouvrit un premier pot de peinture et y trempa son pinceau... elle fit un premier trait sur la toile... un second... une autre couleur... elle soupira lourdement. ça ne faisait strictement RIEN et ne ressemblait à RIEN ! Elle attrapa alors les pots et y trempa directement ses mains parfaitement manucurées mais pas grave, il fallait bien faire des sacrifices parfois ! Elle posa alors ses mains à même la toile dans de grands mouvements, mélangeant les différentes couleurs à sa disposition ! Un pli apparaissant sur son front, emporté par la musique et par ce besoin d'extériorisé, ses mains s'affolaient sur la toile, créant une explosion de couleurs, recouvrant entièrement la toile précédemment vierge ! Un enfant de trois ans aurait certainement fait une chose relativement similaire s'il avait été laissé sans surveillance avec de la peinture !

Au bout d'une heure, elle se releva, passant le dos de sa main sur son front... elle avait de la peinture sur les mains, les avants bras, sa chemise, son top, son front à présent, son slim... a peu près partout en vérité ! Elle se dirigea vers l'évier du garage et passa ses mains sous l'eau, frottant énergiquement en se répétant dans sa tête que ça ne marchait PAS ! Elle balança la gratounette (xD) avec laquelle elle tentait en vint de nettoyer ses mains ! Elle s'essuya à la va vite et attrapa cette toile qu'elle trouvait ridicule, elle sortit laissant tout en plan et attrapa les clés de sa voiture sans plus d'explication pour sa mère et elle monta en voiture, foutant la toile à l'arrière et démarrant en direction de la demeure de Klaus.

Serrant les mains sur le volant, elle ne mit pas longtemps à arriver devant la grande maison rénové de Klaus et se gara un peu n'importe comment ! Elle sortit et claqua la portière, elle récupéra sa toile et monta les marches du perron. Elle frappa à l'entrée et une femme vint lui ouvrir... certainement une employée -ou esclave selon le point de vue- des Originaux. Caroline la poussa sans prendre plus de temps pour elle et commença à appeler Klaus !

-KLAUS ?! Klaus ?!... WHERE ARE YOU ???? KLAUS !!! Elle finit par le trouver dans une grande pièce ressemblant plus ou moins à un salon... encore un ! Avec de grandes étagères remplient de livre ! Elle n'eut presque pas un regard pour l'atmosphère magnifique de cette pièce ... bien trop emportée par ses émotions qu'elle ne gère plus vraiment, elle le fusilla du regard. HELLO ?! Vous ne m'avez pas entendu vous appeler ??? .... Oui elle était en colère, pas après lui au final... après elle même... mais il fallait bien qu'elle l'extériorise ! Et ça tombait sur lui ! Elle posa sa toile au sol face à lui et la montra d'une main libre ça ! C'est du bidon ! ça ne marche pas ! C'est LAID ! ça ressemble à RIEN ! Et je ne suis pas DU TOUT soulagé d'avoir peint pendant UNE HEURE à genoux dans mon garage !!! Vous m'avez mentit !

En vérité il ne lui avait rien dit.... mais il lui fallait bien une excuse pour être ici non ?! Ici... couverture de peinture... ses cheveux relevés maladroitement par ce crayon où quelques mèches se sont échappées. Elle était là... authentique ! Dans un réel moment de faiblesse ! Il l'avait bouleversé il y a quelques jours à Seattle et lui ? Lui était planté là sereinement comme si de rien était !!!



© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Ven 24 Mai - 20:43


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline





Une bonne semaine et demi s'était écoulé depuis la soirée aux enchères de Mystic Fall's et Klaus n'avait donné aucun signe de vie à Caroline, bien trop préoccupé par cette histoire de fantômes et ses projets de départ. Il avait croisé le fantôme de Tatia au cimetière et depuis, il restait sur ses gardes et surveillait avec attention ce qu'il pouvait se passer dans la ville. Il craignait une attaque, bien sûr, c'était pour cela qu'il devait l'anticiper. Savoir qui en est à l'origine, pourquoi et dans quel but? Une fois ces trois questions satisfaites, il se sentirait beaucoup plus à l'aise. Pour l'instant, il n'avait pas encore obtenu de réponses et l'impatience s'emparait peu à peu de lui. Il pouvait sentir que quelque chose se tramait, et même si dans un premier temps, il s'était demandé s'il avait été victime d'une hallucination, certaines choses ne trompent pas. Ces nouveaux événements avaient aussi fait naître en lui une forte lassitude de cette ville. Il commençait à penser qu'elle s'avérait maudite, où que les vampires résidant ici étaient victimes de sorts à répétitions. Ce n'était pas un climat très sain pour lui qui n'avait pas réellement d'attaches ici. Sa famille? Si sa soeur pouvait avoir le choix de le tuer, il doute qu'elle hésiterait. Quand à ses frères, il ne croit pas pouvoir leur faire confiance réellement. Leur famille n'en a jamais été réellement une, malgré tous leurs essais. Il avait perdu l'espoir d'une famille unie depuis trop longtemps pour se permettre d'y croire de nouveau. Néanmoins, il leur restait fidèle tant qu'ils ne s'immisçaient pas dans ses plans.
Vers la fin de l'après-midi, après une journée peu trépidante, il se trouvait dans sa bibliothèque à feuilleter quelques vieux manoirs dans le but de trouver des informations sur une quelconque malédiction, ou sort... Sur un bureau était étalé toute sorte d'ouvrage, philosophiques, mythologiques, d'architecture sur la ville. Cela faisait une bonne heure qu'il arpentait sa bibliothèque de long en large, cherchant des informations qu'il ne trouvait pas, réfléchissant à s'en faire exploser la cervelle. Il commençait à perdre patience et à ne plus trop chercher les réponses à ses questions, préférant de loin certains ouvrages littéraires qu'il avait aussi en vitrine. Il s'était assis sur un fauteuil, prêt de la fenêtre et lisait quelques vers du célèbre recueil des Fleurs du mal de Baudelaire quand la voiture de Caroline déboula dans son allée. Il referma automatiquement son recueil et la regarda sortir de la voiture avec une toile pour s'empresser de crier dans son entrée. Ainsi, elle n'avait pas résisté très longtemps à souhaiter le revoir. Il était vraiment amusé de l'entendre crier dans son hall, si bien qu'il ne lui répondait pas. Il avait la sensation que d'une manière ou d'une autre, elle saurait où le trouver. Et il avait raison, car elle rentra dans la pièce telle une furie. Le regard qu'elle lui lançait était plein de reproche et son ton assez colérique. Il aimait la voir dans ces états-là, si pétillante et tempétueuse. Un léger sourire se forma sur son visage alors qu'il répondit simplement en la regardant
_ Je crois que tout Mystic Fall's t'a entendu, Caroline. Que puis-je faire pour toi?

Il la regarda ensuite tendre une sorte de toile... Mais l'explication qu'elle formulait tout en la montrant le fit rire et il ne s'en cacha pas. Ainsi donc il lui avait menti et elle avait réalisé une toile digne... d'un nourrisson? Il observa la toile, essayant de reprendre son sérieux mais il avouait volontiers que cela était très dur! Il releva son regard vers Caroline en disant
_ Donc tu es en colère contre moi car ça ressemble plus à un graffiti d'enfant qu'un tableau de Monet? Moi qui pensais t'avoir manqué, love.

Il croisa les bras d'un air assez fier et la regardait avec un réel sourire. C'est qu'il était heureux de la voir, surtout qu'elle était venue à lui, et il en ressentait toujours une certaine fierté. Il aimait la conquérir et il sentait que peu à peu, elle cédait. Il attrapa la toile qu'elle avait gardé dans sa main avec un 'Puis-je'... Et il la regarda de plus près. Il se mit à grimacer en tournant la toile dans tous les sens et la reposa ensuite avec un air légèrement désolé
_ Bien, sweet-heart, tu n'as aucune technique. Tu dois apprendre avant de commencer à comprendre la peinture. Et après, cela tu pourras te livrer peu à peu, trouver ton style, ton échappatoire... Je n'ai pas l'impression que la patience soit l'une de tes meilleurs qualités, love.

L'apprentissage de la peinture demandait extrêmement de temps, de patience, de travail sur soi. On ne pouvait pas sortir quelque chose de profond sur sa toile en deux secondes, il fallait des années pour cela... Des dizaines d'années, toute une vie pour les hommes.







FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Ven 24 Mai - 21:24


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Cette toile était réellement nulle ! Elle la détestait... elle détestait se qu'elle ressentait, elle détestait ne pas avoir le contrôle ! Elle devait le reprendre, elle devait retrouver sa position de force. ça n'était plus tolérable pour elle de vivre comme cela ! De ressentir cette envie de le revoir ! Alors oui, elle est de nouveau face à lui ! Sans se soucier des employées de la maison, sans se soucier qu'il puisse être avec sa "famille", ni occupé ou bien encore sans se soucier de savoir si elle pouvait se trouver là à cet instant ! Elle sait, elle s'impose mais en même temps, il ne lui laisse pas le choix ! Pourquoi c'est il effacé de la sorte après leur soirée ?! Il n'avait jamais fait ça auparavant ! Pourquoi partagé autant, lui livrer autant pour ensuite juste... se taire et se faire inexistant ! Non ça, ça n'était pas possible pour Caroline ! Elle ne pouvait pas gérer cette distance qu'il avait mit de son grès ou par hasard ! Elle se fichait éperdument qu'il est d'autre chats à fouetter ! Elle... elle avait une tonne de sentiments sur le coeur, une toile immonde sur les bras... de la peinture un peu partout... et aucun soulagement en vue ! Peut être que déverser sa colère sur lui l'aidera ?! Elle n'en sait rien... mais elle n'était pas vraiment tendre face à lui ! Elle voudrait le détester... le haïr... ça serait tellement plus simple ! Plus simple a accepter du moins ! Que Mystic Fall's l'entende l'importait pas vraiment ! Jouait il avec ses nerfs ?! Elle le fusilla un peu plus du regard, ça l'amusait de la faire virer chèvre ?? Elle lui montra la toile et commença un peu plus à s'énerver après lui ! Mais au lieu de... elle ne sait pas trop quelle réaction elle attendait... mais Klaus se mit à rire. Ceci eut le don d'horripiler Caroline, se sentant blessé de cette réaction, elle se sentait mal, à cause de cette soirée et de lui... et LUI ?! Après avoir fait un peu de lecture tranquillement chez lui se mettait à rire de la voir dans un état pareil. Le visage de Caroline se ferma, une fêlure apparaissant dans son regard, mâchoire serrée elle prononça entre ses dents de manière bien distincte et amer...

-It is NOT funny...


Sa main se serra sur la toile alors qu'il riait, ses joues se creusant sous la tension qui la consumait, elle fronce les sourcils en l'entendant... graffiti d'enfant... sympathique ! Elle prit une inspiration pour essayer de s'imposer le calme mais à la fin de sa phrase... panique à bord. Lui manquer ?! Jamais... jamais il ne devait savoir ou même penser ou même imaginer une seconde que c'était possible ! Elle s'approcha alors presque vivement de lui en grognant légèrement.

-Non vous ne m'avez pas manqué ! Vous ne manquerez jamais Klaus ! Enlevez vous ça de la tête immédiatement !!

Et ce sourire qu'il arborait fier comme pas possible ! Alors c'était juste ça qu'il voulait ?! Avoir la fierté de dire qu'il avait manqué à quelqu'un ?! Préférait elle faire partit d'un plan machiavélique de l'hybride que d'un réel projet d'avenir éternel pour lui ?! Elle n'en sait rien, elle ne sait plus ! En fait si, elle sait se qu'elle veut, mais elle est incapable de l'accepter et aimerait rectifier le tir ! Elle lâcha la toile alors qu'il la saisissait et la contemplait comme s'il était son professeur. Elle l'écouta attentivement... oui elle a comprit... elle n'est pas douée pour ça, la patience ?! Effectivement elle n'en a AUCUNE ! Caroline déteste ne pas être parfaite quand elle entreprends quelque chose ! Elle n'aime pas échouer. Elle le fixa intensément, il essayait de lui transmettre se qu'il savait, lui apprendre, parlant d'avenir encore, de temps... la respiration de Caroline était plus dense, car tout ceci la renvoyé à cette soirée, a ce lâcher prise qu'elle avait eut, à tout se qu'elle c'était autorisé à ressentir ! Ici, maintenant, il n'y avait plus de liberté, plus de lâcher prise... seul le souvenir en demeurait et c'était une réelle torture pour elle. D'autant plus que lui paraissait si serein. Il l'énervait, ça lui faisait mal, elle se sentait sans défense... et elle devait mordre pour contre attaquer...

-Ou peut être que tout ceci ne veut rien dire ! Nothing ! Peut être que toutes ces stupidités n'ont jamais été faites pour moi ! Peut être que je n'en veut pas et n'en voudrais jamais dans ma vie ! Effectivement je n'ai pas de patience ! J'ai était bien trop patiente ! J'en ai marre de cette mascarade ! I want Tyler back ! I love him ! And it is all I want !

Pourquoi tentait elle de tout briser ?! Car c'était juste inconcevable ces sentiments qu'elle ressentait. C'était juste insensé d'être face à lui... de parler de peinture ! Et d'oublier ses amis, sa famille, son petit ami ! Elle se sentait coupable de tous ses sentiments... et à l'inverse, de tous les autres sentiments qu'elle n'arrivait plus a ressentir... Alors elle se disait que peut être ainsi... elle parviendrait à reprendre le contrôle de se qui doit être !

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Sam 25 Mai - 10:36


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline





C'était une journée banale, comme tout autre et Klaus était affairé à faire des recherches dans sa bibliothèque. Rien ne pouvait présageait que Caroline arriverait en pleine effervescence dans cette pièce. Et pourtant, sitôt qu'il avait entendu sa voix, il s'était mis à sourire. Car le fait qu'elle vienne le trouver le gorgeait de fierté masculine bien poussée. Il était vrai qu'il aurait pu lui donner des nouvelles, mais le temps n'avait pas le même effet sur lui après un millénaire passé à explorer le monde. Il ne répondit pas à ses cris, persuadé qu'elle finirait par le trouver et ce fut exactement ce qu'elle fit. Elle entra dans la pièce, couverte de peinture de toutes les couleurs, avec une toile légèrement ridicule en mains et elle semblait énervée au plus haut point. Mais lui, ne pouvait s'empêcher de la trouver magnifique ainsi. Lorsque Caroline était dans tous ses états, elle était radieuse sans s'en rendre compte. Et lorsqu'elle lui criait dessus, elle provoquait en lui une sorte de satisfaction intense. Car personne ne lui crie dessus de la sorte pour de tels futilités. Mais elle, si. Elle lui criait dessus pour des raisons farfelues et il trouvait cela merveilleux et hilarant. Elle lui fit réaliser qu'elle ne plaisantait pas vraiment et il essaya de masquer son sourire à cet instant-là. Mais la tâche était réellement rude, car elle lui donnait envie de rire. Ainsi, elle s'était essayée à peindre pour lâcher des émotions sur la toile et c'était un bel échec. Mais,les premières fois sont toujours des échecs, il ne faut juste pas se décourager. Lui en était conscient, mais apparemment Caroline n'était pas satisfaite. Il regarda la toile, puis Caroline et évoqua les raisons pour lesquelles elle se trouvait là. Il ajouta une petite phrase à la fin qui se voulait taquine. Car si elle venait vers lui couverte de peinture avec une toile, c'était forcément qu'elle avait ressassé leur dernière expédition à Seattle et que son souvenir la hantait avec férocité. Mais ce n'eut pas l'air de lui plaire car elle s'approcha de lui en lui grognant dessus. Là, il perdit un peu son sourire pour se demander ce qu'au final il avait fait pour la mettre dans un tel état. Elle était réellement en ébullition. Il leva les yeux au ciel et attrapa la toile en disant avant de la commenter
_ Allright, allright, let me see what you've done (Bien, Bien, laisse moi voir ce que tu as fait).

Malheureusement pour elle, il ne pouvait décemment pas mentir en disant que c'était la toile du siècle. Simplement car elle ne ressemblait à rien. Il voyait l'intention, il percevait les efforts mais déplorait le manque de technique et l'ignorance de cet art. En même temps, lui même avec eut un maître pour apprendre, la peinture n'était pas un art qu'on a directement d'acquis. Il reposa la toile en constatant que la patience n'était pas vraiment son fort. Toute son arrivée le prouvait, lorsque Caroline voulait quelque chose, c'était tout de suite. Sauf que là, le but de sa visite lui échappait un peu. Ce fut alors qu'elle s'approcha de lui avec un air provocateur. Elle se mit à crier des choses pour l'atteindre et son sourire se fana rapidement à l'évocation de Tyler. Oh, elle voulait rejeter ce qu'il lui donnait? Le souhaitait-elle vraiment ou n'était-ce qu'un caprice car elle n'obtenait pas ce qu'elle voulait? Quoiqu'il en soit, les paroles qu'elle prononça eurent leur effet en lui. Il ne supportait pas qu'elle le rejette comme une vulgaire chaussette ou un charlatan qui lui comptait des choses qui n'existaient pas. Il n'était ni l'une ni l'autre. Il était KLAUS. Et il ne tolérait pas qu'elle lui parle comme cela, surtout elle. Elle se trouvait en face de lui, son visage laissait transparaître la colère qui pointait le bout de son nez et il lâcha avec méchanceté
_ Oh tu veux que Tyler revienne? Entier ou en pièces détachées? C'est pourquoi tu es venue aujourd'hui, love? Pour me sommer de faire revenir Tyler en ville? Pour que tu puisses poursuivre ta petite vie sans problème à son bras et rester une jolie poupée dans une ville minuscule qui ne t'apportera rien? BIEN. Je t'ai entendu, sweet-heart, tu peux partir maintenant.

Il la fixait durement, elle venait de l'énerver. L'évocation de Tyler ravivait toujours en lui une jalousie certaine et puissante. Il maudissait Tyler pour avoir réussi à séduire Caroline, il le maudissait pour être son premier hybride et le premier à lui avoir tourné le dos. Ils étaient supposés être une famille et il avait tout ruiné, provoquant le massacre de la plupart de ses hybrides. Tyler était sa bête noire et s'il ne l'avait pas encore tué et dépecé de sa peau, c'était uniquement à cause de Caroline qui se tenait face à lui. Il allait de soi qu'il ne céderait pas sur ce détail-là, Tyler ne reviendrait pas en ville. D'un car ce dernier cherchait par tous les moyens possibles et inimaginables à le tuer. De deux car Caroline pensait en être encore amoureuse... Mais Tyler ne lui apporterait rien de ce que LUI pourrait lui apporter. Et il savait qu'elle le savait. Elle était trop intelligente pour ne pas s'en rendre compte.






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Sam 25 Mai - 13:37


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Il était légitime que son entrée fasse rire Klaus, l'arrivée de Caroline ferait rire à peu près n'importe qui ! Sauf elle ! Elle était tourmentée et ne savait plus comment se débarrasser de cette culpabilité qui l'accablée ! Elle devrait être avec Tyler... elle devrait aimer Tyler... se battre pour qu'il revienne ! Et au lieu de ça ?! Elle se sentait bien en compagnie de Klaus, il lui faisait un effet hors du commun, la faisait rêver à la hanter au point qu'elle ne supporte plus de rester un jour de plus sans nouvelles ! Mais lui se moquait d'elle, et elle lui fit savoir que ça n'était réellement pas drôle ! Cette toile n'était rien, elle n'était qu'un prétexte, elle n'était qu'un cri d'alarme ! Elle cède, elle perd pied et elle déteste ça ! Cette toile était censé être un moyen de reprendre le contrôle sur ses émotions mais elle n'y parvenait pas ! Alors soit... elle devait venir et hurler sur Klaus. Pire... elle lança un réel venin sur lui par la suite de ses propos ! Le détester serait plus simple ! Elle cherchait une échappatoire, et si Tyler était là... tout serait plus simple ! Elle y verrait plus clair si elle pouvait se réfugier dans son histoire d'amour avec le premier Hybride de Klaus !

Elle avait vu le visage de Klaus changer, se faire plus dur en se rendant compte que Caroline n'était réellement pas là pour une visite de courtoisie ! Le contraste entre aujourd'hui et la soirée à Seattle était saisissant ! A croire que quand ils trouvent la paix, il faut à tout prix que l'un d'eux lance la guerre qui rétablira la "logique" des choses ! Faisant face à l'hybride, elle vit la colère animer son regard alors qu'elle avait évoqué Tyler et la réponse ne se fit pas attendre. Il mit une réelle méchanceté et cruauté dans ses propos ! Blessant Caroline comme elle venait certainement de le faire. Le ventre de la jeune vampire se noua à tout se que disait Klaus... il avait raison... dans le fond... elle ne voulait pas Tyler, elle l'a voulu, elle l'a aimé... mais le temps à fait son travail, les épreuves l'on éloigné et rapproché de Klaus ! Elle sait qu'aujourd'hui elle se ment ! Elle ment ! Elle attaque pour essayer de rétablir se qui doit être ! Pour rétablir le politiquement correct qu'elle c'est toujours infligé ! La vie avec Tyler à Mystic Fall's la rendra t'elle heureuse ?! Non... Tyler est le bon choix qu'il faudrait faire ! Mais il n'est pas le choix qu'il lui faut ! Et accepter ça est encore bien trop dur pour elle ! Bien trop bouleversant ! Avec Caroline tout est encore trop noir ou blanc ! Elle est encore bien trop emprise de culpabilité, de loyauté ! Elle ricana alors et se rapprocha encore dangereusement de Klaus en le provoquant royalement, elle allait clairement chercher l'hybride et pas l'homme en lui pour le piquer au vif ! Le rejeter !

-En pièce détachées ?! Il vous fait si peur que ça donc ?! ça ne m'étonne pas dans le fond... vous êtes un lâche. Vous prenez à Tyler tout se que l'on vous a prit ! Famille ! Ami ! Et vous l'éloigner de moi ! Mais être l'éternel Hybride cruel seul et détesté de tous est VOTRE destin ! Pas le sien ! Vous méritez d'être seul ! Effectivement je devrais partir ! Je devrais aller rejoindre Tyler même si cela me coûte une vie de cavale loin de VOUS ! Il mérite que je fasse ça pour lui... vous en revanche... vous ne mériter même pas le quart de salive que je suis en train de gaspiller à vous parler ! Je regrette de ne pas m'en être rendu compte plus tôt et d'avoir perdu mon temps...


En vérité, elle ne sait pas si prononcer ces mots atteindraient plus Klaus qu'elle. Car au fond d'elle, ça lui faisait MAL ! Réellement mal. Le rejeter avec autant de violence était une défense douloureuse qu'elle s'infligeait à l'instant ! Elle attaquait et blessait Klaus volontairement pour se défendre d'avoir ressentit toutes ses choses qu'elle pense ne pas devoir ressentir en sa présence !


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Sam 25 Mai - 17:52


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline






Lorsqu’il avait vu Caroline entrer chez lui telle une bourrasque de vent, il ne s’était pas imaginé une seule seconde qu’ils en viendraient à débattre du retour de Tyler à Mystic Falls. C’était un point qui l’énervait tout particulièrement. Il s’était retenu de ne pas l’éventrer uniquement pour elle, et elle ne voyait même pas que ce n’était pas dans ses habitudes. Qu’il était, à sa manière, conciliant. Le fait qu’elle exige son retour lui avait fait perdre son sourire et l’envie de plaisanter autour de son joli dessin avait disparue. Il la regardait froidement, et parlait sèchement. Et en prononçant ses paroles, Klaus pensait sincèrement que Caroline devrait partir. Car si elle arrivait à lui faire ressentir tout un tas de sentiments bienfaisants, elle pouvait très bien retourner tout cela contre lui. Il avait conscience que si elle pouvait l’atteindre dans un sens, elle pouvait en faire tout autant dans l’autre. Et il avait permis que cela arrive, car elle avait insisté pour qu’il se livre. Alors, il ne pouvait supporter qu’elle réduise leurs moments de partage à quelque chose d’inutile voire futile. Il préférait voir l’admiration dans ses yeux que ces sentiments agressifs et pleins de reproches. Pourtant, il n’était pas coupable de grand-chose. Il était juste qui il était, sans faux semblants et ne s’était pas amusé à lui mentir sur cela. Ainsi, il ne pouvait entendre ses reproches, ou encore les accepter. Il lui semblait que Caroline faisait tout pour l’énerver, qu’elle cherchait cette confrontation, qu’elle voulait qu’il lui fasse du mal. Peut-être que cela lui permettrait de le blâmer un peu plus sur quel monstre il était au fond. Il la vit s’approcher, ricaner. Cette suffisance l’irritait, elle le savait. Tout cela n’était que provoqué. Pourquoi en éprouvait-elle le besoin ? Que cherchait-elle à se prouver de la sorte ? Qu’elle pouvait soumettre l’hybride à sa façon de penser? Les barrières invisibles mais bien réelles de ce dernier étaient en train de céder sous la pression que Caroline exerçait sur lui. Dès les premiers mots de Caroline son visage se ferma pour de bon. Il n’y avait plus de sortie de secours pour le coup. Elle avait souhaité ce qu’elle provoquait, se dit-il pour faire taire le semblant d’hésitation qui aurait pu l’empêcher de lui faire du mal. Il la laissa néanmoins parler sans quitter son regard une seule seconde, affrontant le venin qu’elle déferlait sur lui… Alors qu’elle expliquait que Tyler méritait qu’elle le rejoigne, il se demanda pourquoi elle ne l’avait déjà pas fait si elle en était convaincue. Après tout, il n’était pas responsable de tous les maux des habitants de Mystic Fall’s – la plupart si, mais il n’en éprouvait aucun remord. Par contre, une lueur passa dans son regard alors qu’elle disait avoir perdu son temps avec lui, qu’il ne méritait pas qu’elle gaspille plus sa salive. Ce fut une réelle attaque envers tout ce qu’il avait fait pour elle. Ne se rendait-elle pas compte de l’intérêt qu’elle avait pour lui ? Comment pouvait-elle se permettre de dire de telles choses après la soirée qu’elle avait passé avec lui et qu’elle avait décrite comme exceptionnelle ? Un de ses poings était serré, jusqu’à enfoncer ses propres ongles dans sa peau. Personne ne lui parle comme ça. Personne ne l’oblige à faire ce qu’il n’a pas envie de faire. Et elle allait l’apprendre de la mauvaise façon. Mais il fallait bien ça pour qu’elle comprenne, se persuadait-il alors que la rage bouillonnait en lui. Ainsi c’était donc ça son plan. Lui faire miroiter un paradis qu’il ne pouvait décemment pas s’autoriser, pour le lui reprendre ensuite en lui balançant au visage qu’il n’était rien. Jouait-elle avec lui dès le début ? Ses dernières questions le conduisirent vers l’apogée de sa colère et tout se passa en une fraction de secondes. Sa main saisit un coupe papier sur le bureau et il le planta férocement dans le ventre de Caroline. Deux secondes après, il l’entraînait contre le mur et la mordit sauvagement au cou, avant de laisser tomber son corps inerte au sol. Il la regarda en vociférant entre ses dents serrées, sa langue récupérant le sang qui restait au creux de ses lèvres
_ Cela valait définitivement la peine de gaspiller un peu de salive…

Une morsure d’hybride entraîne irrévocablement la mort. Les heures de Caroline étaient désormais comptées. Il essuya ses lèvres et se tourna vers le bureau en dérangement, avant d’aller vers la fenêtre. Les questions s’imposaient à lui sans qu’il ne les demande, et de rage il balança un ouvrage à travers la pièce. Oui il était l’hybride, oui il était un monstre et non il ne méritait pas son attention. Il le savait très bien. Et si elle pensait de la sorte, alors elle méritait son sort et il n’en avait que faire qu’elle meurt. Il se tourna vers Caroline, étendue au sol dans la même position que lorsqu’elle était tombée de ses bras. Il soupira et grogna légèrement avant de la soulever et de la prendre dans ses bras. Il sortit de la pièce et l’entraina dans une aile de la demeure qu’il s’était octroyé comme sienne. Il l’allongea sur un canapé, dans une pièce à vivre quelconque, il y en avait tant dans ce palace. Une fois qu’elle fut allongée, il se mit à arpenter la pièce de long en large. Il attendait qu’elle se réveille, peut-être. Il ne savait plus très bien. Elle avait réduit tous ses futurs plans à néant avec quelques phrases assassines. Comment pouvait-il permettre qu’elle ait ce contrôle là sur lui ? Comment avait-il pu laisser cela se produire ? N’avait-il toujours pas compris que la rédemption n’était pas le chemin tracé pour lui ? Il bouillonnait de rage contre lui-même, le corps inerte de Caroline sur son canapé… Il n’avait pas réellement prévu cela dans sa journée et ça l’agaçait. Il n’avait pas aussi prévu de la tuer et pourtant, il venait juste de le faire. Elle était en train d’agoniser à côté de lui et il restait dans cette pièce, tournant en rond, maugréant contre lui-même, contre elle, contre cette ville et ces habitants, contre sa famille…






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Dim 26 Mai - 0:09


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Elle ne voulait pas ça, jusqu'à présent, quand Klaus lui donné du bon... elle le lui rendait ! Elle n'avait jamais été réellement agressive envers lui ! Seulement à présent, elle a comprit les sentiments qu'elle avait pour lui. Et elle ne peut pas juste l'accepter, juste se dire, okay maintenant c'est lui qu'il me faut ! Il est tout se qu'elle refuse de devenir, tout se qu'elle refuse de cautionner ! Et à la fois... tout se dont elle rêve ! Il sait la comprendre, il sait la surprendre, il sait ses envies, ses ambitions, il les anticipe ! Jamais personne ne c'est autant investit que lui pour elle ! Jamais. Alors pourquoi après une si merveilleuse soirée à Seattle cherchait elle à tout gâcher ! ça n'était pas se qu'elle voulait ! Pourtant, elle se sentait obliger de le faire ! Elle n'avait pas encore assez de recule ! Elle se sentait jugée ! Elle se jugeait elle même plus durement que personne d'autre. Elle s'impose tellement de chose qu'elle ne voulait pas, ou plus vraiment. Elle savait dans le fond qu'elle risquait sa vie à lui parler ainsi ! Elle torturait l'homme, le blessait pour faire appel à l'hybride en lui ! Pour quoi ?! Peut être pour provoquer un acte horrible et pouvoir le blâmer ! Se dire qu'il n'était pas parfaitement imparfait pour elle ! Et petit à petit, elle y parvenait. Le visage de Klaus changea et instinctivement elle su qu'elle avait en face d'elle l'hybride... froid... glacial même ! Quand elle arrêta enfin de l'accabler, elle savait à son regard, aux traits de son visage durcit... qu'elle l'avait mené à bout ! Elle ne pouvait plus rien faire pour revenir en arrière ! Elle ne vit même pas l'attaque venir, il se saisit d'un poignard de fortune, un coupe papier et la poignarde dans le ventre, lui coupant la respiration sous la douleur, les yeux grand ouvert et soumise à la force bien plus supérieure à la sienne, elle se retrouve plaquée contre un mur et elle sent les crocs de Klaus s'abattre sur sa jugulaire. Les doigts de Caroline se serre sur les épaules de Klaus, sentant les lèvres chaudes du vampire sur sa peau aspirant de son sang avant qu'elle ne perde connaissance, sa poigne se desserrant des épaules de Klaus pour glisser et tomber lourdement au sol.

Elle ne sait pas combien de temps elle est resté inconsciente... un long moment ! Le venin de Klaus avait contaminé son sang, son organisme, et elle n'en avait plus que pour quelques heures à vivre ! La plaie c'était étendu dans son cou et n'était réellement pas jolie ! Sa peau pâlissait et d'ici peut... son corps commencerait à agoniser, les hallucinations viendront... elle a déjà vécu cette agonie. Mais pour l'heure... elle reprenait tout juste connaissance, bougeant faiblement sur le sofa dans lequel Klaus l'avait posé. Ses paupières se mirent à bouger et elle ouvrit les yeux, posant son regard flou sur la pièce, dans un premier temps confuse et un peu perdue... elle ne connaissait pas cette pièce. Elle posa son regard sur Klaus qui était là dans un coin le visage plus fermé que jamais. C'est là que le souvenir de l'attaque la percuta, elle se redressa d'un coup le souffle haletant et porta sa main à son cou.

-Oh my god.... YOU BITE ME ! Oh my god... Oh my god ...

Elle répéta ceci un moment en se rendant compte que sa seule chance était le sang de Klaus... et vu que ce coup ci... c'est lui même qui avait décidé de son sort... elle doutait y avoir accès ! Elle se leva, vacillant un moment, elle se prit la tête entre ses mains et fit quelque pas. C'était un cauchemar... elle avait provoqué sa propre agonie et mort...

-I can't just... die ! I don't wanna die... I... You can't let me dying ... Des sueurs froides parcouraient le corps de Caroline, elle retira sa chemisette rose, restant avec son top... elle avait chaud... mais après quelques secondes, elle claquaient des dents. Elle se tourna vers Klaus, son regard exprimant réellement la détresse dans laquelle elle se trouvait Pourquoi vous nous faite ça ?! Pourquoi vous ME faite ça ???...

Et elle ne parlait pas forcément de la morsure, elle parlait aussi de tous ces sentiments qu'il avait éveillé en elle... elle frottait ses bras nerveusement, se sentant frigorifiée, assoiffée également. Quand un vampire est sur le point de mourir, il y a un passage où sa seule obsession est de se nourrir comme si cela pouvait le sauver de se gaver de sang humain. Elle se laissa tomber sur le sofa, elle avait l'impression que chaque minuscule mouvement déchirée sa peau si sensible, comme si un feu la consumait de l'intérieur et augmentait d'intensité de minutes en minutes. Gaspiller ses forces ne la sauverait pas, alors elle se résigna en se rallongeant sur le sofa. Elle ne regardait plus Klaus... elle se disait qu'elle ne devait pas lui adresser la parole... qu'est ce qu'elle pouvait lui dire ?! Je ne pensais pas se que je disais ?! ... ça serait vrai pourtant ! Mais elle ne pouvait pas se l'avouer et il ne la croirait pas de toute façon. Après plusieurs minutes à ne rien dire et à laisser son état se dégrader lentement... elle posa son regard sur lui et prit une inspiration difficile.

-Vous allez juste me laisser mourir... et contempler ma mort ?!

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Dim 26 Mai - 11:04


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline






Cela faisait une bonne heure qu’il tournait en rond dans cette pièce, connaissant à présent chaque détail de celle-ci. Il fulminait, bouillonnait et rien ne le calmait. Son geste, il l’expliquait aisément et n’en avait pas vraiment de remords, ou du moins il s’en persuadait. Car il y avait bien une partie de lui, enfouie au fond, qui désespérait de ce spectacle. Caroline, allongée sur le sofa, la respiration haletante, en train de mourir était une vision assez insupportable pour lui. Mais il en était à l’origine et puisque ce n’était qu’un monstre à l’évidence, il ne devrait pas en éprouver une once de culpabilité. Il se fermait complètement, refusant de céder à des pulsions faibles et attendait patiemment. Quoi ? Son réveil ou sa mort ? Il ne savait pas vraiment, mais il se refusait de quitter cette pièce pour le moment. Elle l’avait trop énervé pour cela et il ne la laisserait pas mourir sans qu’elle voie ce qu’elle avait fait. Car c’était à cause d’ELLE qu’il l’avait mordu. C’était SA faute car elle l’avait rejeté. Elle avait rejeté tout ce qu’il lui avait donné et il ne donne JAMAIS. Il s’était fait avoir comme un idiot, idiot qu’il était d’avoir pu croire qu’une personne pourrait le comprendre ou encore s’intéresser à lui. Stupide, idiot, faible, crétin, abruti… Ces adjectifs tournaient en boucle dans sa tête, alors qu’il se jurait intérieurement de ne plus jamais refaire la bêtise de croire. L’espoir… Il tourna sa tête vers Caroline et grogna en pensant que l’espoir n’existerait plus d’ici quelques heures. Et il n’en avait pas besoin pour vivre. Il s’était débrouillé seul pendant des milliers d’années, pourquoi aurait-il besoin de quelqu’un à ses côtés ? La solitude était sa meilleure amie, au moins elle ne le poignardait pas dans le dos et ne le trahissait pas. Il repartit vers la fenêtre, surveiller l’allée pour la cinquantième fois et il n’y avait toujours rien. Personne, juste eux. Il trépignait d’impatience, mais ne savait pas réellement ce qu’il attendait. Il finit par s’appuyer contre le mur, bras croisés. Il ruminait les paroles de Caroline et ces dernières le blessaient à chaque fois qu’il y pensait. Il ne méritait pas qu’elle gaspille son temps. Car elle l’avait gaspillé. Elle voulait Tyler, ce crétin débile sans avenir. Elle l’aimait. Et lui n’avait été que son pantin dans tout ça ? Avait-elle prévu dès le début de le sommer de faire revenir Tyler en ville ? Qui plus est, pourquoi s’accrochait-elle à un vulgaire hybride incapable de la traiter correctement ? Tout cela lui échappait et tout ce qui en ressortait n’était que de la haine, une envie de vengeance et surtout de la colère. Il l’entendit bouger et tourna son visage totalement fermé vers elle. Alors qu’elle réalisait qu’il l’avait mordu, il lâcha sévèrement

_ Arrête de jurer, Caroline, Dieu ne t'entendra pas.

Il haussa les épaules, feignant l’indifférence la plus totale. Il s’exprimait avec une réelle froideur, rien de ce qu’elle avait pu connaître venant de lui auparavant. Mais elle avait brisé quelque chose en lui et il n’était pas près à redevenir clément. Il la voyait réaliser peu à peu que oui, elle allait mourir. Oh elle ne le voulait pas ? Elle aurait du réfléchir avant de lui parler de la sorte pensa-t-il rapidement pour s’empêcher toute compassion ou pitié qui pourrait ressurgir soudainement. Il ne répondit rien, laissant le silence peser lourdement sur la pièce. A ses questions, il ne daigna même pas la regarder en répondant avec lassitude et sans grande conviction, mais tout de même

_ J’ai 1.000 ans, appelle ça l’ennui.

Il n’avait pas envie de parler avec elle mais il ne pouvait pas quitter cette pièce pour autant. En lui, un brasier s’était allumé et toutes ses émotions dansaient autour. Alors il se réfugiait dans cette froideur, cette cruauté sans pitié, cette colère atroce qui faisait de lui l’hybride originel le plus craint et détesté. Le silence était rythmé par les aiguilles de l’horloge qui trônait dans un coin de la pièce. Klaus fixait le pan du mur face à lui, et ne détournait pas son regard. Elle ne méritait pas qu’il la regarde. Et en même temps, la vision de Caroline agonisante était pour lui une réelle souffrance. Ainsi, il pouvait continuer à être dur et ne pas céder à ses envies faibles d’idiot stupide qui l’agaçaient de plus en plus. A sa seconde question, il haussa les épaules pour la seconde fois, sans quitter du regard le mur face à lui.

_ Yes. Car je suis une abomination et que rien ne changera cela.

Il reprenait ses termes en quelque sorte, ou ce qu’il pensait qu’elle pensait de lui (xD). En même temps, c’était la vérité. Il était né de cette façon, toute sa vie s’était orienté autour de ses massacres pour sa survie, de sa dureté envers ses prochains et il n’en éprouvait pas de gêne ou de pitié. Il ne se sentait pas mal d’en être arrivé jusqu’ici par lui-même. Et ce soir, il apprenait durement qu’il était encore et irrévocablement seul. Il s’apprêtait à tuer cet espoir qu’elle avait fait naître en lui pour le tourmenter facilement et ainsi, provoquer par la suite sa mort. Il n’était pas dupe. Elle le voulait mort, comme ses amis et comme toute cette ville ridicule dans laquelle il avait la sensation d’étouffer.






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Dim 26 Mai - 11:49


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Comment avait elle pu en arriver là ?! Elle avait laissé ses émotions la contrôler, elle venait de tout gâcher tout ça car elle ne supportait pas le poids de la culpabilité qui pesait sur ses épaules. Elle était encore tellement attachée à ses valeurs humaines, à se qu'on lui avait inculqué ! Son propre père l'avait considéré comme un monstre qu'il fallait guérir ! Elle avait du passer par une séance ressemblant limite à une séance d'exorcisme pour qu'elle contrôle le monstre assoiffé de sang en elle ! Comment pourrait elle se dire qu'aimer Klaus Mickaelson était une bonne chose ! Comment pouvait elle tout simplement l'accepter ?! Tellement de pression pesée sur ses épaules ! Le regard des autres été encore bien trop vivace pour elle ! Que penserait ses amis ?! PIRE sa mère ?! ... Et Tyler... il ne méritait pas qu'elle l'abandonne comme cela. Au final, elle en arrivait à se dire qu'elle avait peut être mérité son sort ! Elle avait fait du mal à tout le monde autours d'elle ! En se réveillant, le venin était déjà bien ancré dans ses veines ! Elle avait tenté de réaliser qu'elle allait réellement mourir. Devrait elle voir ses amis ou sa mère pour ses derniers instants ?! Elle en aurait eut la force... pourtant elle c'était simplement rallongée, presque résignée à mourir si tel était le choix de Klaus ! Elle posa une main sur son ventre où il y a plus d'une heure le coupe papier c'était enfoncé violemment... Klaus était plus dur que jamais, froid, distant... et ça ! Son attitude, lui faisait encore bien plus mal que le venin qui était en train de la tuer. Elle avait toujours voulu instaurer de la confiance entre eux, toujours voulu lui montrer l'espoir... elle lui avait même donné un collier qui comptait beaucoup pour elle, pour qu'il est quelque chose d'elle, ce petit truc qui lui rappellerait que l'espoir est toujours quelque part. Et aujourd'hui ?! Elle avait voulu lui arracher... qui était le plus cruel des deux dans cette histoire ?!... Elle ferma les yeux un instant, se concentrant sur sa respiration qui devenait de plus en plus difficile... Il était si froid, l'hybride avait sortit les griffes et les crocs pour défendre l'homme... elle l'avait cherché, elle savait qu'il faisait partit de lui, elle l'avait accepter depuis un bon moment à présent, ne cherchant jamais à le faire taire. Elle s'efforçait juste souvent à faire ressortir l'homme également, à donner aussi une place aux bons côtés de Klaus... mais aujourd'hui, elle avait tout détruit. L'ennui ?! ... elle n'y croyait pas une seule seconde. Ses yeux se posèrent sur lui, elle avait du mal à lutter contre la mort qui lentement venait envahir son corps... le souffle difficile, elle dut faire un gros effort pour réussir à articuler quelques mots de ses lèvres si sèches. Elle qui d'habitude était si belle... elle était pâle, les traits ternie par le venin qui la consume...

-I don't believe you... Il tenta alors de lui faire croire qu'il était tout simplement une abomination et rien d'autre. Certes... c'est se qu'elle avait insinué. Et elle se détestait pour ça... Elle prit un nouveau souffle rauque et épuisant... No... it's because... you're hurt... Elle dut prendre une nouvelle pause pour chercher sa respiration avant d'ajouter sans le quitter du regard malgré que lui ne lui accordait aucun regard. Il devait penser qu'elle ne le méritait pas. Which means that there is a part of you ... that is human

Elle déglutit difficilement, elle avait la bouche sèche, tout son corps était épuisé et n'attendait que le moment de la mort, que ce moment où il ne souffrirait plus. Elle ne pouvait plus bouger, bien trop faible, elle devait garder toutes ses forces pour seulement respirer et pouvoir parler... elle avait des choses à lui dire... il devait le savoir avant qu'elle ne meurt, elle devait... rectifier se qu'elle avait fait. Elle refusait de mourir sans qu'il sache... qu'elle ne le considérait pas comme une abomination... elle avait mentit pour se protéger... mais ça faisait tout l'inverse, la lui faisait bien plus mal qu'il pense qu'elle n'avait rien vu d'autre en lui, qu'il pense à tord qu'elle le détestait, qu'il pense à tord ne rien mériter, ne pas la mériter... après ça, elle a plus la sensation que c'est elle qui ne méritait pas tout se qu'il a livré pour elle. Dans leur histoire, rien qu'à tous les deux, dans leur bulles... c'était elle l'abomination... pas lui. Il devait savoir, qu'elle savait qui il était, qu'elle l'acceptait, l'appréciait et avait du mal à se défaire de ses sentiments qui prenait de plus en plus de place en elle.
© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Dim 26 Mai - 21:49


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline






En proie à toute sorte de sentiments contraires, Klaus fulminait en silence, ne laissant absolument rien transparaître sur son visage impassible et froid. Il fixait avec ardeur ce mur, face à lui et répondait avec des phrases courtes désireuses d’en finir assez vite. Ou pas, il ne savait plus très bien. En réalité, il était en colère. Contre elle principalement et contre lui ensuite. Il s’en voulait d’avoir pu croire ne serait-ce qu’un court instant que Caroline aurait pu lui accorder une seconde chance. Qu’elle aurait pu être sa rédemption en quelque sorte et qu’elle aurait brisé cette solitude écrasante avec laquelle il flirtait depuis 1000 ans. Comment avait-elle pu mettre de l’espoir en lui, alors qu’il n’en avait aucun et que depuis mille ans tout lui montrait l’inverse ? Elle avait réussi un exploit et avait choisi de briser cela, avec des paroles bien trop blessantes pour qu’il ne puisse les accepter. Il sentait l’odeur de la mort envahir la pièce, la fièvre parcourir le corps de Caroline, son souffle était dense et rauque, mais il ne la regardait toujours pas. Elle s’exprimait avec difficulté et il lui répondait froidement. Après tout c’était elle qui avait décrété avoir perdu son temps avec lui, il ne faisait que lui donner raison. Il était né pour ça : tuer. Il se forçait à regarder le mur, à calmer sa rage intérieure comme il le pouvait mais en vain. Il était fou à l’intérieur pour tout un tas de raisons contradictoires. Et il commençait à percevoir un certain regret. Car il regrettait d’avoir pu y croire, il regrettait de devoir la tuer ce soir, il regrettait que tout ne se passe pas comme il avait pu l’imaginer, l’espérer. Pourquoi avait-elle ressenti le besoin de le rejeter ainsi ? Il lui avait montré des facettes de lui qu’il n’aurait jamais montrées à personne. Il lui avait livré un peu de son savoir autour de ses discussions trépidantes, de ces verres de vin et mets délicats. Il avait apprécié, aimé, désiré ces soirées-là, car la seule présence de Caroline réveillaient en lui des sentiments bien enfouis. Et il avait aimé ressentir cela. Il avait aimé pouvoir être lui, ou une partie de lui, pour une fois sincère. Ses relations étaient toutes fausses et il ne les investissait pas. Car il n’y voyait pas d’intérêt et chaque personne était un potentiel ennemi. Même sa propre famille. Mais Caroline… Caroline avait forcé ses barrières là, elle s’était nichée quelque part en lui et il ne voulait pas qu’elle s’en aille. Pourtant, c’était exactement ce qu’elle venait de faire. Et le mal qu’il ressentait actuellement n’était pas une illusion. Il était bien réel. Il se détestait de devoir la tuer, il la détestait pour avoir prononcé de telles paroles et il détestait son existence entière. Alors qu’il répondait sèchement qu’il n’était qu’une abomination, il fixait le mur toujours. Ses bras croisés étaient bien serrés et il se résignait à être celui que le destin avait voulu qu’il soit : l’hybride sanguinaire, solitaire à jamais, incapable d’aimer, fermé à toute bonté. Quand elle reprit la parole doucement et en l’entendant il se mit à sourciller dans un premier temps. ‘You’re hurt’… Ces simples mots le percutèrent de plein fouet. C’était exactement ça. Elle l’avait blessé, oui. Il tourna alors son regard vers elle et retint un sursaut en découvrant de cette façon, sa pâleur à faire frémir. Elle était à l’agonie… ‘Which means there is a part of you that is human’… Ses paroles le frappèrent de nouveau. Comment pouvait-elle dire ça ? Il ne comprenait pas comment elle pouvait affirmer cette chose là alors que tout prouvait concrètement qu’il n’était pas humain, qu’il ne l’avait jamais été même… Mais il devait savoir, il voulait savoir… Il daigna enfin bouger de l’endroit où il était posé et il avança doucement vers Caroline, allongée sur le sofa, transpirante, à l’agonie… Il s’assit à côté d’elle et se força, même si cela lui demandait énormément de contrôle, à la regarder ainsi. C’était dur. Il avait du mal à contempler son visage et ses traits mourants. Il demanda alors

_ Et comment pourrais tu en arriver à penser cela ?

Il gardait son regard rivé au sien, il cherchait les réponses dans ses yeux et voulait les trouver. Elle était là, prête à mourir et choisissait de lui parler encore. C’était tout autant inespéré que le fait qu’elle puisse pardonner toutes ses fautes. Elle avait vu quelque chose en lui pour dire des choses comme cela et il en était bluffé.







FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Dim 26 Mai - 22:40


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


La mort n'était plus très loin, il ne lui restait que quelques minutes à vivre, elle luttait déjà, si elle avait le malheur de se laisser aller... la mort viendrait vite à elle. Elle agonisait et ça n'était réellement pas une partie de plaisir ! Il serait plus simple et moins douloureux qu'elle se laisse partir... mais elle n'en a pas finit avec lui... elle doit encore lui parler, lui avouer. Elle le regardait, prostré dans son coin, fixant son mur avec une froideur abominable ! Elle s'en voulait de lui avoir dit ça, des choses qu'elle ne pensait pas, ne voulait pas. Le retour de Tyler... soit si Tyler revenait, s'il acceptait qu'il revienne... elle ferait quoi ?! Elle reprendrait sa tranquille petite vie misérable au bras de Tyler ?!..... Non. La vérité c'est que tout a changé, plus rien n'est pareil, ses sentiments ont changé et elle ne sait pas faire semblant ! Alors, quand elle se rend compte de ça, elle n'arrive pas à accepter une telle chose ! La culpabilité est bien trop forte et elle n'arrive pas à juste faire comme si de rien était. Car il y a quelque chose, quelque chose d'énorme et inimaginable qui c'est produit entre elle et Klaus. Quelque chose qui c'est produit en elle, une révélation à Seattle ! Loin de tout et avec lui, elle c'est rendu compte... que rien ne lui manquait ! Elle était comblée ! Mais une fois à Mystic Fall's, ses amis à dispositions, sa famille, le lycée, sa VIE à disposition... mais Klaus dans l'ombre et le silence... rien n'allait plus ! Tout est fade, elle a cette incessante boule au ventre, cette impossibilité de se concentrer ! Ses pensées obnubilées par une seule et même personne ! Lui, qui se tenait là si froid et distant ! Elle ne pouvait pas se résigner à mourir comme ça... Mourir en lui ayant laissé ce rejet d'elle. Ce rejet faussement voulu, alors certes c'était certainement très bien imité ! Il a du y croire avec une facilité déconcertante... mais elle n'a pas envie de le rejeter, elle n'a pas envie qu'il s'éloigne d'elle ! Elle aime sa présence, elle en a ... besoin ! Voilà la vérité qu'elle a du mal à accepter ! Tout comme lui d'ailleurs ! Il a toujours du mal a accepter qu'elle soit juste bien avec lui, mais là qu'elle l'a accablé... il y a cru en une fraction de seconde, c'est presque même comme si il s'y attendait ! Comme si fatalement, à un moment, ceci devait arriver ! En un sens... il n'aura eut qu'à moitié tord. Elle ne croyait pas en l'abomination, tout le monde en ai une quelque part... mais tout le monde n'est pas que bon ou mauvais ! Elle voudrait que tout soit blanc ou noir... mais ça ne l'ai pas ! Elle sait pourquoi il agit ainsi, et ça n'est pas juste l'ennui ! Non, elle l'a blessé... l'hybride a défendu ! Le visage torturé qu'il arborait était aussi insoutenable, elle avait l'impression de sentir le tourment qui se jouer chez l'hybride... et c'était encore plus suffoquant que la mort qui l'appelait à elle ! Mais enfin, et contre toute attente, il posa son regard sur elle et daigna se rapprocher du canapé. Elle le regarda s'asseoir, une main sur son ventre, elle continuait de chercher sa respiration qui devenait de plus en plus difficile... elle faisait réellement peur à voir ! Elle qui d'habitude est si resplendissante si... "full of light"... là la lumière s'éteignait lentement et douloureusement. Elle le fixait et s'humidifia les lèvres de sa langue, déglutissant difficilement... elle savait qu'il ne la croirait pas, qu'il serait sur la défensive. Mais elle n'était pas résigné... La voix basse et la respiration courte elle poursuivit avec une certaine émotion dans le regard... ses yeux brillaient... elle s'apprêtait réellement à tout lui avouer... à lui faire comprendre que se qu'elle a dit tout à l'heure... était tout simplement faux et loin de sa pensée. Mais là... elle était profondément sincère...

-Because... I've seen it... Because... Le temps d'une inspiration difficile, elle ne cherchait pas ses mots, elle les savait, elle était spontanée et lui ouvrait son coeur. ... je me suis surprise à espérer pouvoir oublier... toutes les horribles choses que vous avez faites !

Il n'allait pas la croire, comment pourrait elle oublier la mort de Jenna, la souffrance d'Elena, de Stefan, la transformation de Tyler, la mort de la mère de Tyler qu'il a sauvagement tué, le fait qu'il est envoyé Tyler en éternelle cavale loin d'elle... et pourtant ! Elle a si souvent oublié qu'il était à l'origine de tout ça, elle a si souvent accepté ! Accepté en passant toutes ces agréables soirées auprès de lui à rire, partager, donner et même... flirter ! Il ne la croyait pas, elle le savait, c'était juste IMPENSABLE que ça soit possible ! Peut être pensait il qu'elle bluffait pour sauver sa peau... elle n'en était pas capable, elle était bien trop faible pour ça. Elle allait mourir, elle le savait... elle voulait juste qu'il sache la vérité. Elle se pinça les lèvres, respirant encore difficilement, sa voix déjà si fragile, prit une intensité différente pour la suite de son discours...

-I know that you're in love with me... Oui, malgré toute ces fois où elle a préférait croire qu'elle faisait partie d'un plan quelconque de l'hybride, depuis le début, au fond d'elle... elle sait qu'elle n'en ai pas un. Elle sait qu'elle est simplement l'unique espoir de Klaus, elle sait qu'il l'aime... pas forcément les raisons qui font que cet hybride sanguinaire soit tombé amoureux d'Elle ! Caroline Forbes ! Mais elle sait ses sentiments... elle les sait et surtout les sait vrai et possible car... elle ressent les même. And... anybody... capable of love... is capable... of being... saved !

L'alchimie était palpable, elle ne retenait en rien ses sentiments, ni ses émotions... elle allait mourir de toute façon mais au moins... elle lui avait dit la vérité, se qu'elle pensait réellement de lui. Elle savait qu'il n'était pas une cause perdue, qu'il avait droit à une seconde chance, qu'il pouvait l'avoir ! Elle serait la première a vouloir la lui donner... durant tous ces moments partagés avec lui... c'est se qu'elle lui offrait. Son corps était complètement vidé... elle avait tout juste la force de continuer à le fixer pour s'assurer qu'il la croyait à présent... elle devait en avoir le coeur net avant de se laisser aller et d'arrêter de chercher cette respiration si faible... son coeur ralentissait de minute en minute... il ne lui restait que quelques minutes.

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Lun 27 Mai - 10:05


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline





Klaus s'était approché de Caroline et assis à côté du sofa. Il déposait son regard sur Caroline, affrontant ainsi la vision d'elle mourante. Une vision insupportable, ses émotions le tiraillaient dans tous les sens. Une partie de lui ne voulait vraiment pas la voir mourir, l'autre partie en contrôle pensait que cela était nécessaire pour assurer sa protection. Après tout, Caroline pouvait lui mentir depuis le début. Et elle prononçait peut-être ses paroles dans le simple but de l'atteindre encore une fois, de le toucher, de le faire céder à ses envies de la sauver, encore... Il lui avait demandé comment elle en arrivait à pouvoir penser cela de lui, car en dépit de tout ce qu'il avait pu montré au monde, personne ne lui avait jamais dit qu'une partie de lui était humaine. Car personne ne l'avait jamais vu, car depuis 1000 ans il avait enfoui et fermé à double tour cette partie de lui. Pour sa protection, pour être celui que le destin avait voulu qu'il soit. Pour se rendre invincible et ainsi traverser les âges, accompagné de cette solitude écrasante qui pesait énormément sur ses épaules. Et l'hybride en lui le convainquait qu'ainsi, il était en sureté. Mais peut-être qu'il n'avait plus réellement envie d'être en sûreté. Peut-être n'avait-il pas le besoin d'être en sûreté. C'était ce qu'il avait ressenti ce soir-là à Seattle en se livrant à elle, en jouant le jeu du partage et en donnant. Il n'avait pas besoin d'être en sûreté car Caroline ne lui voulait pas de mal. Il en avait été convaincu jusqu'à ces terribles paroles qu'elle avait prononcé en amont. Ces paroles qui avaient éveillés sa méfiance, sa dureté et qui l'avait blessé dans son amour propre. Il n'avait pas toléré qu'elle lui inflige ce rejet là. Pas elle. Pas Caroline. Il la regardait et ses paroles le touchaient directement là où son coeur était enfoui. 'I've seen it'... Il lui avait montré, certes, mais pas aussi clairement que de l'eau de roche. Elle l'avait perçu, elle avait vu en lui ce que personne ne voit et ces révélations l'empêchaient de bouger. Il la contemplait, à l'agonie alors qu'elle prononçait des paroles qui l'atteignaient plus que tout. 'Because i've caught myself wishing to forget all the horrible things that you've done'... Ses yeux se rivèrent aux siens. Ce qu'elle lui disait là, le bouleversait. Ainsi, Caroline avait été touchée par une partie de lui, si bien qu'elle avait rêvé pouvoir oublier le mal dont il avait pu faire preuve. Il était terrassé par cela... Mais cela signifiait aussi qu'elle n'avait pas pu oublier et qu'elle ne pourrait certainement pas.
_ But you can't... can you ?

Il la regardait, sa respiration était très dense, très difficile. Il percevait le râle de l'agonie dans chaque inspiration qu'elle prenait. Le temps jouait contre lui, il ne savait plus quoi faire. Quand elle reprit la parole et déclara qu'elle savait qu'il l'aimait, il ne pu démentir. Oui, il l'aimait. Il la chérissait, elle lui redonnait vie. Il se sentait si lui-même à ses côtés et c'était une sensation qu'il n'avait pas envie de voir s'échapper. Il se sentait accepté, écouté, admiré... Le regard qu'elle posait parfois sur lui le comblait de bonheur. Lui qui croyait ne jamais y avoir droit, elle avait insufflé cet espoir chez lui. L'espoir qu'un jour, il puisse enfin vivre avec elle et profiter de leur éternité ensembles. Elle lui avait donné l'espoir et, au fond de lui, cela représentait beaucoup. 'And anybody capable of love is capable of being saved'... Alors qu'elle prononçait ses dernières paroles, il se sentit très mal soudainement. Cela signifiait qu'il pouvait être sauvé. Qu'elle savait qu'elle pouvait le sauver. Pouvait-elle? Le ferait-elle? Il déglutit difficilement, détournant le regard un instant, alors que ses yeux s'étaient embués par le trop plein d'émotions. Il murmura doucement, comme si tout cela n'était pas possible
_ You're hallucinating...

Il retourna de nouveau son regard vers elle, en proie à une véritable guerre intérieure. Pouvait-il se permettre d'abandonner Caroline maintenant? Sachant tout ce qu'elle pouvait représenter pour lui? Il la vit peu à peu perdre son souffle et tousser. Inquiet, il l'appela alors 'Caroline!'... Elle ne répondait pas et continuait de poursuivre son chemin vers la mort... Caroline! Pourquoi décidait-elle de partir maintenant? Pourquoi lui faisait-elle cela? Il la voyait trembler, accueillir la mort peu à peu. Pouvait-il laisser cela arriver? Risque de la perdre et de perdre ainsi cet espoir qui depuis quelques mois le faisait revivre? Qui depuis quelques mois, lui donnait l'impulsion, pour avancer, pour continuer... Il avait fait des projets pour eux deux, il l'avait imaginé à son bras marchant dans les rues de la Nouvelle Orléans. Il ne l'avait jamais imaginé morte une seule fois. était-il capable de réduire tout cela à néant? Sans aucun doute. Mais la question qui tournoyait dans son esprit avait un tout autre sens : était-il capable de sauver tout ce qui lui restait et avait de l'importance pour lui? Il fixa Caroline et lâcha un léger soupire avant de s'approcher d'elle. Il souleva à la hâte le haut de son corps et passa son bras derrière sa nuque pour la soutenir. Il s'écorcha le poignet droit et le porta doucement aux lèvres de Caroline. Il ne pouvait pas la laisser partir. Il ne le voulait pas. Pendant les quelques secondes où son sang coula dans sa gorge sans qu'elle ne réagisse, la peur grandit en lui à une vitesse folle. NON, il ne pouvait PAS la perdre. Un soulagement certain passa sur son visage lorsque Caroline se mit à sucer le sang hors de son organisme. Un profond soupire de soulagement s'extirpa de ses lèvres, alors que sa main libre se mettait à caresser ses cheveux. Comment avait-il pu laisser l'hybride prendre le contrôle de la sorte? comment avait-il pu risquer de perdre son unique espoir, son unique chaleur, cette authentique beauté qu'on avait mis sur son chemin et pour laquelle il nourrissait de réels sentiments. Il s'en voulait d'avoir souhaité en quelque part sa mort, car il était évident qu'il ne pouvait pas renoncer à Caroline...








FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Lun 27 Mai - 20:58


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Il pensait qu'elle ne pouvait pas oublier... en un sens, il avait raison, elle n'a pas le pouvoir d'effacer sa mémoire. Mais dans les moments partagés seuls dans leur bulles, il avait le don de lui faire tout oublier... elle se rendait compte... qu'elle pouvait comprendre, et en un sens accepter ! Son envie d'être auprès de lui même durant ces courtes soirées passait toujours au dessus de se qu'il avait pu faire d'atroce par le passé ! Et c'était en ça qu'elle c'était sentit horrible ! Que malgré tout se qu'il avait fait à ses amis, à son petit ami, elle puisse tomber amoureuse de Klaus. Mais pourtant, c'était vrai, et elle poursuivit afin qu'il puisse comprendre que tout se qu'elle avait dit avant n'était que du faux, qu'une protection stupide qu'elle avait voulu s'imposer. C'était un cuisant échec... elle n'avait pas à se protéger de lui ! Elle devait accepter et assumer ses sentiments. Certes, maintenant qu'elle allait mourir c'était un peu tard pour s'en apercevoir et peut être plus facile de se l'avouer en sachant que derrière ça... seul le néant et la froideur de la mort l'attendait. Mais c'était important ! Alors elle lui livrait son coeur, lui susurrer combien lui aussi méritait une seconde chance car dans le fond... jamais personne ne lui en a réellement donné une ! Elle voyait bien chez Klaus son changement d'expression, ses yeux qui s'embuaient... il avait entendu, il avait comprit... elle ne saurait le décrire... mais le soulagement qui se produit en elle fut fulgurant. Il savait à présent, elle pouvait lâcher prise, l'émotion la parcourait et elle eut un fin sourire sur les lèvres, ses yeux c'étaient déjà clos et lentement elle s'enfonçait dans la mort, entendant tout juste sa réplique... halluciner ?! Elle en doute... elle a déjà testé et ça n'était pas comme ça, aussi limpide ! Dans un dernier effort et souffle elle susurra alors..

-I guess i'll never know...

Elle savait qu'il ne le pensait pas, il savait qu'elle n'hallucinait pas ! Elle pouvait partir en "paix"... des images vint dans son esprit, l'enveloppant d'un doux cocon rassurant. Voyant quelques flash de son enfance, son père, sa mère... et Lui... Seattle... ses gestes dansant sur la toile qu'il avait peint pour elle, ça tête lui tournait, la mort l'envahissait, mais elle se sentait dans une danse, leur danse, son coeur faisait des pauses et sa respiration aussi, elle toussa, cherchant son air qu'elle ne trouvait plus, c'était la fin, lentement le tournis de la danse s'éloignait, elle ne sentait plus rien, la douleur était partie... c'était finit. Elle ne respirait plus, elle n'en avait plus la force, et son coeur ne tarderait pas à cesser de battre. Son corps était lourd quand il la souleva sans même qu'elle puisse le sentir, elle n'était plus là... Elle avait sombrait... mais pourtant, le sang chaud de Klaus sur sa langue, coulant jusqu'à sa gorge et s'infiltrant en elle fit son chemin vers la guérison pour la ramener de justesse parmi les vivants ! Un sursaut de vie, elle reprit une inspiration difficile, rouvrant les yeux, elle était en vie... dans son regard la surprise et le bouleversement se sentait, le sang chaud de l'hybride sur ses lèvres, elle appliqua mieux sa bouche sur la morsure que c'était fait Klaus au poignet, ses mains se posèrent sur l'avant bras de l'hybride pour s'y serrer intensément, s'accrochant à lui, aspirant son sang pour guérir. Elle était calé dans ses bras, contre son torse alors qu'il caressait de sa main libre ses cheveux blonds... elle ferma les yeux un instant. Elle était en vie ! Il lui avait sauvait la vie, il n'avait pas pu la laisser mourir, laisser mourir cet espoir, leur espoir d'avenir meilleur et palpitant ! Car elle gardait secret ce même espoir ! Doucement, elle écarta ses lèvres du poignet de Klaus, le souffle court par l'intensité de ce don. Au delà de lui sauver la vie, le partage de sang chez les vampire étaient quelque chose de relativement personnel et même intime... ses mains restaient elle agrippés à lui... comme si elle ne voulait pas qu'il s'éloigne et redevienne si distant et froid ! Elle était bouleversée... elle avait provoqué tout ça, elle l'avait blessé gratuitement et ça n'était pas ELLE ! Elle ne pouvait pas se résoudre à le faire souffrir !

-I'm sorry...

Elle s'en voulait tellement de ne pas réussir à gérer ça. Elle qui aime avoir toujours le contrôle ! Être toujours digne ! Forte ! Se qu'elle avait fait été un acte de faiblesse, elle avait perdu le contrôle de ses sentiments et elle l'avait blessé ! Tout ceci ne mènerait à rien, le déni ne la mènerait nulle part. Elle était épuisée, sauvée... mais épuisée ! Il lui fallait quelques heures pour guérir pleinement, frôler le monde des mort n'est pas de tout repos ! La plaie allait diminué doucement, le temps que le sang de Klaus purifie le sien et lui rende son éclat lumineux qu'on connait bien à Caroline. Mais elle avait besoin de repos et elle n'arrivait pas à lutter. Et puis après tout, elle était bien, elle sentait la chaleur de Klaus contre elle, sa respiration se posa doucement et avant même qu'il ne puisse s'en apercevoir, elle c'était tout simplement endormit dans ses bras... preuve ultime qu'elle s'y sentait bien et en sécurité...

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Mar 28 Mai - 20:55


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline







Klaus venait de se précipiter vers Caroline pour la sauver de justesse, après avoir hésité un court instant. Il ne pouvait pas se passer d'elle, du moins il n'en était pas encore assez convaincu. Ce qu'elle venait de lui dire avait raviver l'espoir qu'un jour elle puisse accepter l'être qu'il était. Il savait que la tâche ne serait pas facile, il savait aussi qu'il allait faire des erreurs. Beaucoup d'erreurs. Mais alors qu'elle saisissait son poignet, il ferma les yeux un court instant et poussa un léger soupire de soulagement. Au final, il se rendait compte qu'il se serait senti bien vide sans Caroline dans sa vie. Cela lui faisait prendre conscience d'autre chose... Peut-être qu'il s'était adouci, effectivement. Ou alors, peut-être que pour la première fois, il croisait enfin une femme qui le touche, qui s'intéresse à lui, l'estime en quelque sorte. Il ne cesserait jamais toutefois d'être sanguinaire, ses natures le poussaient à cela. Et il était toujours aussi irritable et sanguin. Mais il se rendait compte qu'il restait dans cette ville uniquement car elle y était. Il attendait toujours pour partir, et à présent, il comprenait ce qu'il attendait. Il se serait éloigné depuis longtemps de Mystic Fall's si Caroline n'avait pas été là. Peu de temps après le sacrifice, sûrement. Il aurait laissé les frères Salvatore à leur triste sort et ne se serait pas plus soucié que cela de leur avenir... Mais il était resté car il l'avait vu. Et pour cela, elle avait toujours su se mettre en avant, l'éblouir de sa beauté... Il avait vite compris qui était Caroline, il avait observé ses manies, surveillé ses activités, s'était même renseigné sur sa scolarité et , secrètement, avait lu quelques copies rendues en littérature (^^). Il lui avait montré une attention particulière et de fil en aiguille, elle avait elle-aussi tissé son lien jusqu'à lui. Elle était calée dans ses bras, il était encore complètement bouleversé de ce qui venait de se passer ce soir et reprit ses esprits alors qu'elle arrêtait de boire son sang. Il la fixa alors avec une intensité peu commune, les yeux larmoyants, et attendit qu'elle ne lui parle. 'I'm sorry'. En l'entendant, il la regarda fixement une petite seconde, avant de détourner le regard en déclarant
_ Ne parle pas de ça, tu dois te reposer, love...

Et il continua à caresser ses cheveux doucement, alors qu'il la regardait se lover dans ses bras. Ce qu'il ressentait là était juste explosif !!! Il la vit doucement fermer les yeux et s'endormir paisiblement dans ses bras. Et il resta un long moment à la regarder, sans vraiment bouger... Il écoutait sa respiration, s'assurant que la guérison ait bien fait son oeuvre. Mais là dessus, pas de soucis à s'faire, son sang était le meilleur Very Happy. Alors qu'il la gardait dans ses bras, il repensa à son 'désolé'... De quoi pouvait-elle être désolé? Ce n'était pas lui qui venait de lui faire frôler la mort pour la seconde fois? Sans compter qu'il était aussi responsable de la première! Elle devrait lui en vouloir et au lieu de cela, elle s'excusait.. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi, ou du moins, il ne pouvait croire que Caroline s'excuse de l'avoir blessé. C'était trop idéel pour y croire. Qu'elle puisse le connaître à ce point-là. Elle n'avait pas pu planter ses racines aussi profondément en lui. Au bout d'un moment, il se redressa légèrement et se leva, tout en restant baissé pour récupérer Caroline dans ses bras. Il la souleva doucement pour ne pas la réveiller et la transporta dans une chambre à son étage. Il la déposa délicatement sur le lit, avant de la regarder en souriant un instant. Il s'assit sur le côté du lit et lui enleva ses escarpins pour les déposer soigneusement en bas du lit. Il attrapa la couette et la déposa sur son corps endormi. Une fois cela fait, il enleva les quelques mèches de cheveux qui cachaient son visage ô combien beau pour lui... Il éteignit la lumière, ne laissant qu'un croissant de lune illuminer la pièce pour la nuit. Il s'installa dans un fauteuil, positionné face au lit et au côté vers lequel était tourné le visage de Caroline. Comme ça, il allait pouvoir l'admirer toute la nuit et s'en vouloir d'avoir risquer de nouveau sa vie. Elle ne méritait pas cela, et c'était ce qu'elle risquait à s'obstiner à être près de lui. Il se jugeait durement, mais objectivement, constatant les faits, il ne mentait pas non plus. Il était conscient d'avoir des légers problèmes de contrôle entre ce qu'il voudrait être, ce qu'il ne peut pas être, ce qu'il est et ce qu'il doit être. Il avait tellement de paramètres à prendre en compte, lui-même s'y perdait. Mais elle, quand elle était près de lui, tout cela disparaissait. Il se mit à sourire en la regardant bouger légèrement dans son sommeil... Il devait se rendre à l'évidence, il l'aimait plus que tout. Il passa la nuit et finit par s'endormir lui-même sur le fauteuil au bout d'un moment...






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Mar 28 Mai - 22:04


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Ce coup ci, elle avait réellement fallut y passer ! Elle était persuadée qu'elle allait mourir, depuis quand Klaus revient sur l'une de ses décisions ?! Notamment après avoir été blessé comme elle l'a fait, comme l'a provoqué ! Elle sait à présent, et elle est certaine des sentiments qu'il lui porte ! Et... elle est aussi certaine de ceux qu'elle lui voue ! Aussi fou que cela puisse paraître... elle n'a pas que de l'affection pour Klaus ou... elle ne sait quoi encore ! ça serait se voiler la face que de dire qu'elle ne ressent rien de fort pour lui ! Car c'est si puissant et dément, qu'elle a cru devoir s'en protéger, qu'elle a cru devoir lui faire mal, le provoquer jusqu'à se qu'il ne provoque un drame et l'aide à le détester ! Oui... elle n'y arrivait plus toute seule ! Même si elle savait tout se qu'il avait fait d'horrible... c'était comme si dés qu'elle croisait son regard, entendait sa voix, partager des moments tout a fait pacifique, beau, bon et plein d'attention... c'était comme si les horribles choses n'étaient au final que... secondaire ! Elle avait décelé l'homme derrière l'hybride... l'homme a qui on a laissé si peu de place ! Et elle voulait lui rendre cette place, il mérite de vivre des choses en dehors de l'hybride. Certes, sa noirceur et sa cruauté sanguinaire fait partit de lui et en fera toujours partie ! Plus ou moins. Mais ça n'empêche pas qu'il puisse vivre se qu'il ne c'est jamais autorisé à vivre ! Il a toujours vécu dans l'idée de n'avoir rien à perdre, pour n'avoir aucune faiblesse, être intouchable ! Et pourtant ce soir, il avait du s'apercevoir qu'à présent... il avait quelque chose à perdre. Elle, l'espoir qu'elle incarne, l'amour interdit pourtant bien vivant là dans ses bras alors qu'elle recueillait son sang pour se guérir. La mort est épuisante, elle avait besoin de repos, mais trop bouleversée, elle avait quand même susurrer qu'elle était désolé. Oui désolé. Désolé d'avoir était comme tous les autres qu'il a pu rencontré avant. Elle ne pourra plus se félicité de ne jamais l'avoir blessé. Elle l'avait trahit oui déjà, pour sauver ses amis, car... elle devait le faire ! Elle était entre les deux camps et devait sans cesse prendre position pour le "bon côté"... mais pourquoi leur côté serait le bon ?! Car Elena est leur amie ?! Car ils forment une espèce de famille... car ils ont la confiance ! Klaus lui a toujours était seul... est ce cela qui le fait pire qu'eux ?! Plus horrible ?! Pourquoi la mort de ce jeune homme qu'elle a assassiné à sa sortie de l'hôpital serait elle moins scandaleuse et plus acceptable que la mort de Jenna... ou Mrs Lockwood... Pourquoi ses actes sanguinaires seraient ils moins horribles que ceux de Klaus ?! Des familles sont aussi endeuillé à cause d'elle ! Et... elle aussi... y avait prit plaisir ! Elle aussi sur le moment avait aimé ça ! Le prédateur en elle est bel et bien là ! Elle le fait taire, le contrôle... mais elle n'en demeure pas moins un vampire capable du pire. Elle croisa son regard larmoyant, entendit sa voix presque lui ordonner de ne pas en parler et de simplement se reposer. En même temps, elle ne pouvait pas lutter, et elle s'endormit lové dans ses bras. Elle était bien. Doucement son corps récupérait de son épreuve de la mort. Sa respiration était calme et posée, elle dormait profondément, bercé aussi par le torse de l'hybride rythmé par sa respiration. Comment aurait elle imaginé qu'elle serait capable de dormir ainsi dans les bras de Niklaus Mickealson. Et qui aurait cru qu'il la garderait ainsi un moment contre lui à simplement la contempler et s'assurer que son sang jouait bien son rôle de remède. Sans le sentir, il la souleva dans ses bras dans lesquels elle ne devait pas franchement peser grand chose, pour la déposer dans l'une des chambres de la grande demeure, elle bougea dans son sommeil, trouvant sa position dans ce grand lit froid, se recroquevillant légèrement en cherchant à serrer sa main sur quelque chose, elle trouva l'oreiller. Elle sentait dans son sommeil cette sensation de froid mais n'était pas disposée à ouvrir les yeux. Rapidement, cette sensation disparu avec la couverture qu'il avait soigneusement rabattu sur elle après lui avoir retiré ses escarpins. Tant de gestes et d'attention inconnu de tous... et même d'elle jusqu'au matin.

Toute la nuit avait été paisible, la lune éclairant tout juste son visage que Klaus avait passé une partie de la nuit à observer. Elle ne commença a réellement bouger qu'aux premiers rayons du soleil qui vinrent réchauffer sa peau. Elle avait encore l'impression d'être dans du coton, son corps avait été mit à rude épreuve mais elle était sauvée et avait retrouvé son éclat. Enfin... elle n'avait quand même fière allure ! Elle qui est toujours si soignée était vêtu de fringues tâchées de peinture et de sang, son haut était troué de la lame du coupe papier, ses cheveux en des boucles blondes indisciplinées et retombant légèrement... sa manucure était juste FICHU ! Soit, elle était réellement au naturel, le diamant brute non façonné. Une respiration et doucement, elle s'éveille, bougeant, elle ouvre les yeux péniblement et distingue Klaus assit dans un fauteuil non loin du lit dans lequel elle est confortablement installée. Elle fronce les sourcils et se redresse sur un coude pour poser son regard sur la chambre... elle avait loupé un épisode ! Elle se souvient du sang, du salon... ses bras chaud autours d'elle, leurs paroles... et puis ce matin. Elle c'était endormie. Elle passa une main dans son cou et soupira, la plaie avait totalement disparu ! Pas de petit écrin cette fois ci (y'a du relâchement xD) ! Mais juste lui qui avait passé la nuit là à la veiller. Elle devrait peut être partir alors qu'il était endormie non ?!... Non. Elle avait assez fuit comme ça ! Elle se rallongea et se mit à l'observer longuement, tenant l'oreiller dans une main, et ne bougeant pas de ce lit, elle le fixait tout simplement là... endormit. Qui avait pu avoir un tel privilège ?! Regarder KLAUS simplement dormir ... le visage pas totalement apaisé néanmoins, même durant son sommeil, on décelé qu'il n'était pas en paix totalement. Il la fasciné, et elle était hypnotisé par cette image qui s'offrait à elle et qu'elle mémorisait. Bon nombre d'ennemi aurait certainement rêvé d'être à la place de Caroline pour pouvoir l'attaquer par surprise, elle voulait juste l'admirer en silence. S'interroger. Elle se demandait si des femmes avaient déjà pu le contempler ainsi... en vérité elle se demandait quelles autres femmes avaient bien pu compter pour lui -excepté Tatia- durant son éternité, lesquelles avaient partagé un bout de cette éternité avec lui. Y en avait il aucune ?! Elle avait du mal à s'imaginer 1000 ans d'existences ! 1000 ans... y aurait elle droit ?! Klaus suscité chez elle tellement d'interrogation, de remise en question, d'espoir, de désir d'avenir passionnant et passionné ! Il suscité tellement de sentiment, dont le plus improbable qui faisait battre le coeur de la jeune vampire différemment alors qu'elle le contemplait ! Néanmoins, toutes les bonnes choses ont une fin, et Klaus n'était certainement pas un homme à faire la grande mat' ! Elle l'imaginait dans le dicton "le monde appartient à se qui se lèvent tôt"... Oui, c'était tout a fait lui ! Quand les yeux de l'hybride s'ouvrir, elle attendit qu'il croise son regard, il allait certainement être surprit qu'elle n'est pas déjà prit la tangente ! Ses yeux bleus perçant se fixèrent aux siens dans une intensité plutôt rare, elle ressentit un espèce de Boum en elle, encore une fois, prenant une inspiration pour l'encaisser, un sourire s'afficha sur les lèvres de Caroline qui n'avait réellement toujours pas fait un seul petit mouvement pour se lever. En vérité à présent elle savait plus trop se qu'elle devait faire ou dire... ça aurait été plus simple de partir avant son réveil. Mais elle en avait marre de chercher la simplicité.

-Bonjours... je suis désolé... de m'être... endormie. C'est gentil d'avoir prit... soin de moi.
Oui, il avait prit soin d'elle. Et ... elle voulait lui signifier qu'elle apprécier ces gestes. Elle se pinça les lèvres, elle s'en voulait encore d'avoir tout gâché la veille. Il ne demandait qu'à lui apprendre son art et... elle le lui avait balancé à la figure. En repensant à cette dispute, sa gorge se noua, cela se vit dans son regard brillant d'un seul coup. Il n'avait peut être pas franchement envie de la voir au petit matin finalement. Je... je devrais y aller. J'aurais peut être... déjà du y aller !

Elle se releva doucement en repoussant la couette doucement, cherchant ses escarpins, et cherchant son esprit aussi hein', parce qu'elle avait juste la sensation de l'avoir perdu en court de route là !

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Mer 29 Mai - 12:39


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline






Klaus avait veillé toute la nuit sur Caroline. L'hybride adoptait un visage posé, serein et calme, on aurait pu croire qu'il dormait profondément. Mais il n'en était rien. Ses yeux étaient clos, sa respiration fluide. Il n'y avait absolument rien qui puisse alerter une personne extérieure de son réel état. Car il était perdu dans les méandres de son esprit, cherchant le calme là où il n'existait pas. Le sommeil chez Klaus était limité par le fait qu'il était sûrement l'être le plus détesté de la planète. Ainsi, tous ses sens étaient aux aguets, écoutant chaque bruit alentour, l'analysant par réflexe et déterminant si danger il y avait ou non. Klaus était une machine et ne se reposait jamais. Et dans ces moments-là où sa vulnérabilité semblait immense,il ne valait mieux pas le surprendre. Car si on le dérangeait dans un moment où il essayait de trouver un semblant de repos, l'hybride montrerait rapidement les crocs et la clémence n'existerait pas. Il avait cependant entendu Caroline se réveillait, elle bougeait dans le lit. Il pouvait le dire au froissement des draps contre le matelas, à sa respiration qui était devenue plus vive, plus rapide. Il sentait son regard sur lui, insistant, persistant... Elle ne bougeait plus, il ignorait pourquoi et elle ne partait pas. Il avouait qu'il ne comprenait pas toujours les réactions de Caroline. Selon lui, sitôt réveillée, elle lui aurait balancer ô combien c'était un monstre et serait partie sur cette note là. Mais apparemment, non. Il attendit quelques secondes, pour sortir de sa semi torpeur et reprendre peu à peu ses esprits. Ses yeux s'ouvrirent d'un coup et se fixèrent automatiquement sur le visage de Caroline. Il n'avait pas bougé du tout, seul ses yeux s'étaient ouverts et il la regardait... Son visage restait inexpressif alors qu'il contemplait sa beauté. Elle avait retrouvé son teint parfait et uni, sa pâleur de porcelaine et ses joues légèrement rosies. Bien qu'elle soit pleine de peinture et habillée de façon étrange, il la trouvait étincelante. Car elle avait toujours dans son regard cette lueur, si magnifique, si attirante... Elle l'émerveillait en ne faisant absolument rien. Il aperçut son petit sourire en coin et il se détendit, le lui rendant légèrement. Il était content qu'elle s'en soit sorti. Et mécontent d'avoir été la cause de son mal. Elle prit la parole, maladroitement et cherchant ses mots."Bonjours... je suis désolé... de m'être... endormie. C'est gentil d'avoir prit... soin de moi." Il ne répondit pas. Il se contentait de la regarder pour le moment. Gentil d'avoir pris soin d'elle? Avait-il été réellement gentil ou possédé par des émotions trop fortes pour être contrôlées? Lui, ne pouvait s'empêcher de constater le mal qu'il avait causé et c'était la première fois qu'il en ressentait d'amers regrets. La gentillesse de Caroline lui semblait totalement non mérité pour le coup et il se contentait de la regarder en essayant de percer le secret qui entourait ses façons de faire. Mais ce ne fut que lorsque, gênée, elle déclara vouloir s'en aller, qu'il se mit à réagir. Ses bras se décroisèrent et se posèrent sur les bords du fauteuil, il se redressa et daigna enfin se lever. Sans rien dire, il avança vers Caroline et cherchant son regard, il lui confia alors

_ Arrête de t'excuser, love, tu n'as pas besoin de le faire. Prends ton temps, si tu veux emprunter la salle de bain, ou changer de vêtement, tu trouveras dans l'armoire ce qui est nécessaire. Je t'attendrais en bas.

Déclara-t-il simplement, tout en lui parlant avec douceur et calme. Il ne voulait pas qu'elle s'excuse, elle n'avait pas à le faire. C'était lui qui avait provoqué cette situation, parce qu'il n'acceptait pas le rejet. Certes, elle l'avait blessé et fait ressortir toute sa noirceur, mais elle n'en était pas pour autant fautive. Du moins, lui ne le pensait pas. Il avait toujours ses dernières paroles en tête et ne pouvait pas s'empêcher de s'y référer constamment. "Anyone capable of love is capable of being saved". Allait-elle le sauver? En aurait-elle juste la force? Car cela allait exiger bon nombre de sacrifices et un temps infini... Il le savait, il était bien loin d'une quelconque rédemption. Et l'idée ne lui avait parcouru l'esprit que depuis cette soirée à Seattle. Il n'avait pas encore réellement saisi l'importance de cela pour le moment. Chaque jour, il le saisissait un peu plus. Très courtois, il sortit ensuite de la pièce, lui laissant vraiment le temps de faire ce qu'elle avait à faire. Il ne voulait pas que Caroline se sente comme une prisonnière, ni qu'elle soit gênée d'être ici. C'était une invitée et il la traitait avec tous les égards qu'elle méritait. Il ferma doucement la porte et descendit l'escalier en se ressaisissant lui-même. Ce qui était bien, c'est qu'ils étaient seuls. Rebekah devait être partie en 'cours' et cette pensée se mit à le faire en rentrant dans le salon. Oh gosh, sa soeur était désespérante. Quant à Elijah, ce dernier ne donnait toujours aucun signe de vie. Peut-être était-il en train d'enseigner à une nouvelle brebis égarée comment contrôler sa soif et épargner des vies... Des activités porteuses d'espoir qui ne servaient absolument à rien. Ils tuaient car c'était dans leur nature. Epargner des vies, c'était pour les faibles. Et sincèrement, il ne voyait pas ce que cela pouvait leur apporter de s'infliger une telle conduite contre nature. Il secoua la tête et se servit un verre de sang, qu'il but très rapidement, en l'espace de quelques secondes. Il lécha les quelques gouttelettes qui restaient sur ses lèvres. Cela aurait été meilleur dégusté à la source, mais pour cette belle matinée, il s'en contenterait. Il leva son regard vers le plafond quelques secondes, écoutant ce que Caroline faisait à l'étage. Comprenant qu'elle descendait, il se mit à faire semblant d'être occupé, mais il le faisait bien piètrement. Il se tourna vers elle alors qu'elle semblait vouloir prendre la sortie rapidement et la rattrapa en attrapant son bras. Elle se tourna vers lui et il la regarda quelques secondes sans rien dire. Gosh, qu'elle était belle... Il eut un sourire et hésita à formuler ce qu'il voulait lui dire, mais se lança tout de même

_ Thank you, love... I trully hope that i won't hurt you again, and that you'll let me the chance to be a part of your light one day... (Merci amour... J'espère vraiment ne plus te blesser de nouveau et que tu me laisseras la chance de faire partie de ta lumière un jour)...

Il avait ressenti le besoin de lui dire cela, car jusqu'à présent il était resté très secret vis à vis d'elle. Il avait beaucoup de choses à assimiler et à comprendre à vrai dire et cela prenait du temps. Mais il ne pouvait pas la laisser s'échapper sans qu'elle ne sache qu'il s'en voulait. Car, c'était réellement le cas. Et il avait du mal à se pardonner lui-même pour le coup.







FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Mer 29 Mai - 18:14


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


Allongée dans ce lit, elle n'avait pas pu s'empêcher de contempler le repos de Klaus. Partager un tel moment privé de lui fascinait la jolie blonde qui ne bougeait pas de ce lit douillet dans lequel il l'avait déposé dans la nuit. En le contemplant elle cherchait aussi a comprendre se qu'elle ressentait vraiment pour lui, ouvrant cette porte en elle et laissant les sentiments l'envahir pour se laisser réellement le temps de les ressentir et de les analyser. C'était si puissant et si profond... elle ne pu s'empêcher de sourire alors que leur regards s'accrochaient durant une infinie seconde... une seconde avant qu'elle ne referme ses sentiments en partie et se dise qu'elle aurait mieux fait de vraiment partir avant qu'il ne se réveille ! A supposer que cela soit possible de bouger sans que Klaus ne s'en aperçoive ! Elle essayait d'être le plus claire possible mais elle était réellement confuse et cherchait à rassembler ses esprits... mais c'est là que Klaus se décida à bouger... placé devant elle, elle releva ses yeux bleus en l'écoutant attentivement. Il ne voulait pas qu'elle disparaisse rapidement ?! Elle posa son regard sur la pièce attenante à la chambre et se regarda un instant. Elle n'aimait pas paraître si... négligée ! Elle était une femme qui prenait soin d'elle et qui était toujours parfaite sur elle ! Elle se pinça les lèvres et lui fit un sourire. C'est comme si la violente dispute de la veille n'avait pas exister ! Pourtant elle avait réellement faillit y passer ! Elle haussa une épaule doucement et se mordilla la lèvre en murmurant...

-Thank you...

Elle le regarda s'éloigner, il était si calme et posé... le jour et la nuit avec la veille. Tentait il de la mettre à l'aise ?! Elle resta un instant debout dans la chambre sans bouger, se triturant les doigts doucement, elle regarda autours d'elle et s'approcha doucement d'une grande armoire ancienne et l'ouvrit... elle y découvrit une entière garde robe, elle passa ses mains sur des vêtements qu'elle ne pourrait certainement pas se payer. Son attention s'arrêta sur une petite robe légère et un gilet rose qui irait bien avec... elle attrapa ceci et se dirigea vers la salle de bain. Elle prit le temps de se regarder dans la glace et de soupirer avant de se déshabiller et de se glisser sous le jet d'eau d'une douche italienne. L'eau chaude fit réellement du bien à Caroline, laissant la mousse parfumée laver tous les stigmates de la soirée agité de la veille ! Faisant craquer sa nuque, elle prit le temps de retirer les traces de peinture de ses cheveux, de ses mains et avant bras et ne sortit de la douche qu'une fois totalement propre. Elle passa les habits propres qu'elle c'était choisit et finit de se préparer, quand elle sortit de la salle de bain elle s'aperçu de l'heure... OH GOSH !!! Elle avait plus d'une heure de retard pour le lycée, elle descendit en hâte et se précipitait déjà vers la porte de sortie... personne ne devait savoir se qui c'était passé ! Mais elle se fit rattraper à la volée par Klaus qui lui tenait le bras, se tournant vers lui, ses cheveux à moitié mouillé bouclés et dégageant un parfum fruité voltigeant et quelques mèches venant s'accrocher à son visage. Elle fixa alors Klaus et oublia presque instantanément ses "obligations" de gentille petite fille modèle ! Elle se stoppa face à lui et prit le temps de l'écouter... elle se pinça les lèvres... merci de quoi ?! De l'avoir blessé ?! Elle sentait du remord chez Klaus et par dessus tout un besoin de le lui montrer ! Une boule au ventre prit Caroline et à sa gorge également, elle se mordilla la lèvre, faire partit de sa lumière...

-Vous en faite déjà partit... en quelque sorte, sans vous... elle ne brillerait plus depuis un moment. Elle se pinça les lèvres, hésitante... elle soupira et s'approcha d'un pas pour relevé ses yeux bleus brillant dans les siens Klaus... j'ai provoqué se qui c'est passé hier soir... je... je crois que je m'attendais à cette réaction et... inconsciemment je cherchais à pouvoir vous détester... je pensais que ça serait plus simple que de vous ai... Elle se stoppa et baissa le regard, le ferma un instant, elle n'était pas prête à le prononcer, à l'avouer. ... que de vous apprécier... j'ai eut tord... c'est bien plus dur et pire en réalité. Je sais que je devrais probablement ne même pas vous en parler, mais si vous méritez certainement le méprit et la colère de mes amis.... vous ne méritez pas le mien. Et... j'en ai marre de vous fuir... Alors, laissez vous juste ce répit, pour une fois... vous n'êtes pas celui qui doit se sentir coupable. ça... c'est à moi de le gérer et d'arriver un jour à l'assumer.

Oui, elle lui avouait que la veille, elle avait sciemment provoquer ses blessures, ses faiblesses pour que l'hybride s'éveille et frappe ! La manoeuvre était profondément sadique et cruelle. Elle détestait s'être rendu aussi pathétique et mauvaise que tous ceux qu'il avait rencontré avant, tous ceux qui l'avait trahit et rejeté. Elle se recula doucement, elle devait aller au lycée... mais en posant son regard sur un tableau de la pièce, elle repensa à sa toile enfantine et soupira, elle se tourna vers Klaus en reprenant son petit air naturellement pétillant.

-Oh GOSH ! Vous savez quoi ?! Je devrais déjà être en cours depuis plus d'une heure à faire semblant d'être la parfaite petite humaine Caroline Forbes... je devrais donc me précipiter pour rattraper mon retard MAIS tout se que j'ai en tête... c'est les mystères de cette passion et talent que vous avez avec la peinture... Vous m'énervez... ça sera votre faute si je n'ai pas ce fichu diplôme !

Un sourire en coin et un regard espiègle apparût sur son visage, il faisait partit de ses espoirs, il faisait partit de "l'après" Hight School... il faisait partit de la vision de l'éternité trépidante et passionnée qu'elle avait en tête comme une obsession incessante qui parasitait toutes ses pensées, tout le temps... il était en elle et elle n'avait décemment plus aucun moyen de l'en faire sortir !

-Ah et aussi... si vous avez encore les... crocs qui vous démange... DON'T CALL ME ! Je tiens réellement à cet espoir d'une éternité vagabonde dans ce monde et ses merveilles...



© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Ven 31 Mai - 10:32


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline






Il y avait plusieurs choses que Klaus savait sur Caroline, il l'avait observé avec beaucoup de minutie et savait qu'elle n'aimait pas être négligée. Alors, quand elle se leva et voulut partir à la hâte, il l'en empêcha et lui conseilla de prendre le temps qu'elle voulait et de se servir dans les armoires. Il quitta la pièce pour lui laisser son intimité et descendit au salon, légèrement embrumé encore. Klaus était un gentleman, même si ce n'était pas la qualité première que l'on voyait chez lui. Mais il avait traversé des âges où l'éducation était stricte et importante. De nos jours, ce n'était plus vraiment le cas. Les hommes ne courtisaient plus les femmes et les femmes n'en avaient pas l'habitude. Il lui semblait que c'était de mauvaises manières malgré tout et il traitait Caroline de façon très respectueuse en dépit de la génération actuelle. Alors qu'il patientait dans le salon, il l'entendit descendre. A la hâte et elle se précipita vers la porte, mais il ne put s'empêcher de la retenir. Le fuyait-elle? Elle en aurait bien raison et tous les droits. Mais il devait lui confier que... D'une certaine façon, ce qui s'était passé entre eux deux la nuit dernière, l'avait blessé et touché. C'étaient des sentiments qu'il exprimait rarement, voire jamais. Car ils représentaient une certaine faiblesse. Il avouait clairement que Caroline était devenue une faiblesse pour lui. Mais avant de pouvoir la protéger des autres, il faudrait déjà qu'il sache la protéger de lui-même. Car malgré tout, la nuit dernière, il avait manqué de la tuer pour de bon. Caroline, à présent, était une fine connaisseuse de ses émotions et elle savait jouer avec, les contrôler, les raviver, les adoucir... Tout dépendait du ton avec lequel elle s'adressait à lui. Et si elle n'en avait pas encore connaissance, lui n'était pas dupe du fait qu'elle ait un grand pouvoir sur lui. « Vous en faite déjà partit... en quelque sorte, sans vous... elle ne brillerait plus depuis un moment. » Ce genre de phrase par exemple, s'avérait extrêmement bénéfique et porteuse d'espoir en lui. Il était fier qu'elle dise cela, même si une partie de lui le réfutait complètement et s'empêchait de croire à la véracité de tels propos. Il eut un sourire qui se forma au coin des lèvres, alors qu'il détaillait pour la énième fois son visage du regard. Elle avait choisi ses vêtements avec une certaine classe, trouvant ce qui lui allait de mieux parmi toute leur garde robe. Il aimait cela. Il aimait qu'elle sache se mettre en valeur et qu'elle ait l'oeil pour cela. Car c'était un réel bonheur que de la regarder, la sentir, l'entendre et pouvoir la toucher... Il se rappellera longtemps ce qu'il avait ressenti alors qu'elle s'était endormie dans ses bras. La colère du moment ne lui avait pas permis d'en profiter comme il l'aurait souhaité, mais... La sensation perçue avait été indescriptible, inoubliable. « Klaus... » Il prit un air plus sérieux, alors qu'elle semblait être sur le point de lui confier quelque chose et il soutint son regard, l'incitant à continuer. « j'ai provoqué se qui c'est passé hier soir... je... je crois que je m'attendais à cette réaction et... inconsciemment je cherchais à pouvoir vous détester... je pensais que ça serait plus simple que de vous ai... » ... Il la regardait alors qu'elle expliquait clairement ses intentions de la veille. Mais il n'avait pas réellement pensé à cela, à vrai dire. Il était déjà compliqué pour lui de s'avouer que Caroline pouvait ressentir quelque chose pour lui, alors si en plus elle expliquait que cela la troublait au point où elle aurait préféré le détester... Il la vit alors baisser la tête et le regard pour poursuivre sa tirade... «... que de vous apprécier... j'ai eut tord... c'est bien plus dur et pire en réalité. Je sais que je devrais probablement ne même pas vous en parler, mais si vous méritez certainement le méprit et la colère de mes amis.... vous ne méritez pas le mien. Et... j'en ai marre de vous fuir... Alors, laissez vous juste ce répit, pour une fois... vous n'êtes pas celui qui doit se sentir coupable. ça... c'est à moi de le gérer et d'arriver un jour à l'assumer. » ... Klaus était décontenancé. Comment arrivait-elle à faire cela? Lui faire perdre tous ses moyens avec quelques paroles franches et sentimentales... depuis quand était-il devenu sensible à cela? Depuis quand est-ce que cela le touchait? Car cela le touchait, ô oui. Il eut un sourire, Caroline était parfaite. Il adorait être avec elle, il adorait qu'elle prenne les torts à sa place, qu'elle s'excuse, qu'elle lui avoue ses sentiments. Il chercha son regard qu'elle avait de baissé et se penchant pour qu'elle relève la tête et le regarde. Doucement il déclara « Sweet-heart... » . Il ne voulait pas qu'elle parte avec ce poids, lourd sur ses épaules. Il n'aimait pas qu'elle ressente de la culpabilité, d'autant plus que si tout cela était vrai, si elle avait vraiment cherché à le détester, sans y arriver, il la pardonnait instantanément. Et il allait le lui dire : « Ne sois pas trop sévère avec toi-même, love. Comment pourrais-t-on apprécier le responsable du bouleversement de vos vies ? Je comprends, sweet-heart. Mais je suis fier que tu le puisses, et j'espère un jour pouvoir être digne de ta confiance... » Car jusqu'à présent, il n'en avait pas trop été méritant. Les deux seules fois où Caroline avait frôlé la mort, c'était pas sa faute. La première fois, pour la conquérir, pour établir un contact et aussi pour lui insuffler le goût de l'immortalité. Pour lui montrer ce que personne d'autre ne lui aurait montré. Il lui avait insufflé le premier espoir. Elle le lui rendait avec beaucoup de douceur au final, sans même s'en rendre compte. Mais sa franchise à son égard payait. Car Klaus n'avait jamais eu le droit à beaucoup de franchise dans sa vie. De tous temps, les gens avaient tentés de le manipuler avec des mensonges, des faits inventés, des fausses faiblesses... Et Caroline, au bout d'un millénaire passé sur cette terre, arrivait devant lui, avec simplicité et honnêteté. Rien que pour cela, il lui en était mille fois reconnaissant. Et elle arrivait à soulager le fardeau que représentait ses milles années passées seul. Alors qu'elle commençait à s'éloigner de lui, sûrement pour reprendre sa vie parallèle et mi-humaine, il la vit se retourner brutalement. « Oh GOSH ! Vous savez quoi ?! Je devrais déjà être en cours depuis plus d'une heure à faire semblant d'être la parfaite petite humaine Caroline Forbes... je devrais donc me précipiter pour rattraper mon retard MAIS tout se que j'ai en tête... c'est les mystères de cette passion et talent que vous avez avec la peinture... Vous m'énervez... ça sera votre faute si je n'ai pas ce fichu diplôme ! » C'est avec surprise qu'il la regarda prendre un ton tout à fait plus jovial pour lui parler, et à nouveau le réprimander sur son habilité à attirer sa curiosité. Il se mit à sourire à son dernier reproche et la regarda en pensant qu'elle obtiendrait tous les diplômes du monde si elle le souhaitait. Il répondit avec gentillesse : « Tu es alors très chanceuse, Caroline, car tu auras l'éternité pour découvrir les mystères de cet art et ce sera avec plaisir, que je m'attellerais à la tâche alors... » C'était avec un regad complice qu'il lui disait cela. Il avait prévu de passer le reste de son éternité avec Caroline, et bien que ses démons s'y refusent, son choix avait été fait depuis longtemps. Et chaque moment passé avec Caroline le confortait dans l'idée que c'était le meilleur choix qu'il ait eu à faire en mille ans d'existence. Il acceptait enfin que quelqu'un rentre dans son monde. Il acceptait enfin de donner sa confiance, de la placer en Caroline... Etait-ce un mal? Seul l'avenir pourra lui répondre... Mais après 1000 ans passé sur cette terre, il ressentait le besoin de croire. Croire que sa solitude écrasante et rude à vivre, allait se faire balayer par la présence de cette beauté authentique qu'il avait face à lui. « Ah et aussi... si vous avez encore les... crocs qui vous démange... DON'T CALL ME ! Je tiens réellement à cet espoir d'une éternité vagabonde dans ce monde et ses merveilles.. ». Il baissa la tête et se mit à sourire amèrement. Elle n'avait pas tort, il allait devoir faire beaucoup plus attention et arrêter de sauter sur les conclusions trop rapides et instinctives portées par le monstre en lui. Il allait devoir laisser plus de place à l'homme et le combat engagé en lui n'allait pas être simple. Il répondit alors simplement « I'll try my best, love... Mais si tu vois que le numéro entrant est le mien, ne m'envoie pas sur la messagerie, il se peut que j'ai d'autres plans à te faire partager... » Il avait dit cela avec un petit côté mystérieux, mais il pensait très sincèrement lui proposer sous peu de le suivre à la Nouvelle Orléans. Il savait à présent que Caroline l'appréciait et c'était déjà un grand pas en avant. Le prochain serait qu'elle accepte ses sentiments pour lui et il espérait qu'elle puisse le faire avant son départ.







FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Ven 31 Mai - 21:32


"The course of true love never did run smooth"
Klaus Mickaelson ☂ Caroline Forbes


La culpabilité était officiellement le sentiment qu'elle détestait le plus au monde. Elle culpabilisait pour ses amis, elle culpabilisait pour Klaus... c'était un cercle vicieux infernal dans lequel elle n'arrivait plus à tout démêler. Elle sait que là, en avouant ça à Klaus... elle se disait que c'était se qu'il y avait a faire, se qu'elle voulait, se qu'il fallait ! Mais quand elle se retrouvera face à Elena... elle se sentira horrible et pensera avoir mal agit ! Caroline était entre deux mondes, celui qu'elle devait choisir, et celui qu'elle voulait choisir. Elle se sentait mal et aurait oui... préféré comme tout le monde détester Klaus ! Mais elle n'est pas tout le monde, et lui est unique. Voilà son problème... ils sont unique et se qu'ils vivent et incomparable, inimaginable ! Elle a essayé une fois d'en parler à Stefan... mais à part la mettre en garde sur la dangerosité de Klaus, lui rabâcher qu'il était mauvais... il n'avait pas comprit grand chose de plus. Alors la seule chose concrète qu'elle avait là, à l'instant présent, c'était de lui présenter des excuses et qu'il comprenne que la veille était un moment de détresse, les yeux baissés, elle recroisa son regard alors qu'il cherchait le contact visuel, ces petits surnoms qu'il lui donnait souvent avait toujours un effet particulier chez elle... sweet heart... Love... elle se demandait si c'était une façon qu'il avait de s'adresser aux femmes ou seulement à elle. Ce genre de pensée lui faisait prendre conscience doucement qu'elle aimait l'idée d'être l'unique pour lui. C'était un sentiment réellement étrange, mais tout été étrange ! Tout était nouveau et à découvrir ! Elle est même certaine que Klaus pourrait si aisément l'atteindre et la rendre... possessive ?! S'il le voulait. Elle su alors qu'elle l'avait touché avec ses paroles, car se qu'il déclara le lui montra. Oui il était l'auteur du bouleversement de leur vies, elle eut les larmes aux yeux en entendant cela... car si lui y pensait de façon négative... la première image qui lui vint fut celle de lui penché au dessus d'elle lui vantant le mondes et ses merveilles une fois immortels... voilà le bouleversement qu'il avait apporté à SA VIE. Si elle regardait égoïstement... il n'y avait que celui ci. Et c'était ATROCE de penser ça ! Il avait éloigné Tyler d'elle et... aujourd'hui ?! Elle en ai presque réduite à craindre un éventuel retour du premier hybride engendré par Klaus. "Je comprends sweet-heart..." personne ne mesurera jamais la portée de ces paroles... il la comprenait ! Il comprenait la culpabilité qui la rongeait et ne lui en tenait pas rigueur ! Comment voulez qu'elle le déteste ?! Il lui offre toujours les réponses qu'elle attends, il est toujours comme elle a besoin qu'il soit ! Même la veille !!! Même cette morsure et cette impulsivité ! Elle pense avoir eut besoin de cet électrochoc pour comprendre qu'elle était incapable de le détester, que c'était un fait et qu'elle devait l'accepter car il n'y avait pas d'autre issue possible ! Elle venait d'obtenir son pardon ! Se qu'il n'avait certainement du... JAMAIS donné en mil an ! Il était le premier à ne voir qu'elle, il était le premier à s'intéresser réellement à elle en profondeur, elle savait qu'il était près à énormément de chose pour elle ! Il faisait déjà tellement d'effort ! Pour se livrer, pour partager, pour lui faire confiance. Jamais personne n'avait fait vraiment ça de façon aussi sincère et grande pour elle. Malgré sa transformation, elle reste toujours l'élément superficiel dont au final... tous réussirait certainement à se passer. Caroline aussi avait été rejeté, à moins grande échelle que Klaus, mais tout de même... Stefan et Elena, Damon, Matt, Son père, Sa mère, Bonnie... tous l'on d'abord rejeté et a un moment donné. Soit quand elle était humaine et inutile, la fille dont personne ne voulait si on en avait pas besoin... Damon lui vu se qu'il lui avait infligé était classé hors concours, quand au reste... ils l'avaient tous rejeté dans son plus grand moment de faiblesse... sa mutation. Alors oui, quand Klaus lui avait dit pour la première fois "I fancy you, It's so hard to believe..." et bien oui c'était difficile à croire ! Tout comme lui devait avoir un mal fou à croire qu'elle puisse l'apprécier, et même l'aimer. Tout deux avaient un gros travail de confiance à faire encore ! De confiance en l'autre mais surtout... de confiance en soit au final. L'un ne va pas sans l'autre.

-Thank you...

C'est à peu près tout se qu'elle arriva à articuler, trop émue pour en dire plus. Oui les paroles de Klaus l'avaient touché une fois de plus. Elle se sentait apaisée pour le moment -certainement jusqu'à se qu'elle croise un de ses amis et ne culpabilise à l'inverse- elle n'avait donc comme d'habitude pas envie de partir et de sortir de cette bulle. Il lui offrait une tout autre vie, il avait le don de la couper du monde, et dans ces moments, le monde ne lui manquait pas ! Elle s'éloignait mais décidément, elle n'arrivait pas à sortir d'ici, elle n'arrivait pas à se résigner à quitter leur monde, pour le monde des communs des mortels ! Elle lui en fit part et le mit pour responsable ! Mais son ton était si jovial et complice que Klaus en fut d'abord surprit -elle aimait la bouille qu'il prenait quand c'était le cas d'ailleurs- avant d'en sourire et de lui faire rêver de cette éternité qui lui tendait les bras, lui glisser doucement qu'il serait là, comme si il l'avait décidé et que rien n'y changerait. Elle leva son index vers lui avec une moue sur les lèvres.

-ça... c'est très très mesquin !

Et il saurait pourquoi, son regard qu'elle posait dans le sien lui soufflait la réponse. Oui elle avait choisit d'achever cette partie d'humanité, et pas en majeur partie pour elle, mais pour ses proches, encore une fois à cause d'une autre forme de culpabilité. C'est elle, qui s'enfermait encore pour quelques temps, jusqu'au remise de diplôme, dans sa vie d'humaine, cette vie fade qu'elle ne regrettait pas car... l'idée de prendre la cure ne l'avait jamais effleuré ! Elle n'en voulait pas. Alors oui c'était mesquin de lui sous entendre qu'elle avait tout à disposition... mais certes, elle ne choisit pas encore de saisir ces opportunités. Ainsi, il décuplait son envie d'enfin pouvoir le découvrir et de laisser tout le reste tomber. Elle s'amusait avec lui, elle se sentait plus vivante que jamais et pu même plaisanter de sa presque mort de la veille !! Si après elle peut encore affirmer ne pas avoir totalement accepter se qu'il était, l'hybride avec ! ... Oui... elle l'aimait dans son entièreté. Elle ne voulait pas une moitié de Klaus. Elle le voulait tout entier. Sa réponse, sa promesse d'appel, sa promesse mystérieuse... elle en eut un sourire presque tendre, tout était dans son regard, elle n'avait rien besoin d'ajouter. Elle sait qu'au fond d'elle, elle attends déjà cet appel avec une certaine impatience, même si sa bonne conscience se jure de ne pas être prête et d'avoir besoin de temps. Elle s'éloigne doucement à reculons, une énigme dans le regard, sur son sourire... elle aussi pouvait jouer les mystérieuses...

-Nous verrons bien si je prends le risque d'y répondre...

Elle aurait aimé trouvé un prétexte pour rester, mais elle n'avait pas envie non plus de prendre trop l'habitude de s'éterniser en sa compagnie. Elle avait débarqué comme une furie, elle avait passé une nuit dans ses bras et dans l'un des lits de cette demeure, prit une douche, prit des habits, avoué des sentiments mêlés à des excuses... elle savait qu'il était temps de s'éclipser pour elle. Il était temps qu'elle montre un peu de patience jusqu'à se qu'il la contacte. ça allait être dure, ils n'ont pas la même notion du temps... et... elle n'a aucune notion du mot PATIENCE ! Elle se mordilla la lèvre et finit par tourner le dos à Klaus et passer la porte. Elle le regarda une fois encore, et elle passa la porte d'entrée. Elle marcha doucement jusqu'à sa voiture, plus elle s'éloignait de lui, plus son monde s'éloignait, plus le reste du monde s'approchait d'elle... plus elle se sentait mal. Tourmentée. Mais elle devait y faire face. Une fois dans sa voiture, elle prit un temps pour se reprendre, elle prit son portable et vit les messages inquiets de sa mère qui l'avait vu partir en trombe la veille. Elle allait devoir inventer une bonne excuse du la route car "maman c'est rien Klaus a juste faillis me tuer car je l'avais bien cherché"... ça allait pas vraiment le faire ! Soit, elle avait toute la route jusqu'à chez elle pour y penser.



© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   Dim 2 Juin - 20:33


The course of true love never did run smooth
Klaus & Caroline






Ce qui était formidable dans sa relation avec Caroline, c'était qu'elle ne cessait de le surprendre. Klaus n'a pas l'habitude d'être surpris, il est généralement à l'origine des surprises de mauvais augure. Qui plus est, il n'aime pas ça car il ne peut anticiper ses propres réactions, surpris. Et ce qui était encore plus admirable dans sa relation avec Caroline, c'était qu'elle arrivait à le surprendre très souvent, mais il n'en retirait que des sentiments bienfaiteurs. Car Caroline avec sa sincérité, sa douceur et sa simplicité le touchait profondément. Et c'était ainsi qu'elle s'enracinait de plus en plus à son coeur, il le comprenait bien. Les révélations qu'elle venait de faire l'avait bouleversé en quelque part. Il ne montrait, comme toujours, que le quart de ses ressentis, mais le fait qu'elle l'ait provoqué pour le détester lui faisait réaliser que... Elle s'était mise en danger pour se prouver à elle-même qu'elle ne l'aimait pas. Et il ne savait pas si le plus gratifiant était qu'elle n'y sois pas arrivé. Mais c'était sacrément fort et c'était pur. Il comprenait à présent que Caroline était plus que troublée en sa présence. Il y avait de la réciprocité dans ce qu'il ressentait. Et elle s'en sentait coupable... Il ne pouvait que la comprendre. Comment peut-on en arriver à l'aimer lui? Comment faisait-elle? Même lui se le demandait, alors il pouvait comprendre à quel point Caroline pouvait se sentir perdue par moment. Doucement, il reprit la parole et vit bien à son regard légèrement embué qu'il la touchait aussi. Il ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir cherché à le détester, il se savait détestable. Et il aimait l'être d'ailleurs. Car à force d'être quelqu'un pendant des milliers d'années, il y a une certaine indifférence qui se crée par rapport aux autres. Qu'on l'aime ou le déteste, cela ne faisait que peu de différence en lui. Avec Caroline, c'était différent... Car Caroline, il l'aimait vraiment et elle lui rendait cet amour au centuple à chaque sourire. Son regard pétillant, son visage parfait, ses joues roses, tout cela encadré par ces magnifiques boucles de cheveux harmonieuses... Elle avait beau bafouiller un « Thank you »devant lui, il arborait un petit sourire admiratif en coin des lèvres. Il la regarda s'éloigner, émue... Puis se retourner vers lui et soudainement l'accuser de la détourner de ses buts très humains. Il eut un grand sourire, plutôt satisfait de cela en fin de compte... Caroline pouvait argumenter pendant des heures si elle le souhaitait, mais elle savait très bien tout comme lui, que son humanité s'était éteinte et qu'elle avait l'éternité devant elle à découvrir. Les buts seront désormais ceux qu'elle se fixera, et non ceux dictés par une société. Il y avait un temps d'adaptation avant de réellement comprendre l'éternité pour l'exploiter. Certains ne s'adaptent jamais réellement, preuve en est sa propre soeur. Et pourtant, cette éternité n'est pas obligé d'être un monstrueux amas de tueries amoncelées... Lui savait bien que l'on faisait de l'éternité ce qu'on en voulait. La voix qu'il avait prise était cruelle. Pourrait-elle l'accompagner à travers? Subir le sang, les tueries et festivités abondantes de la part de ses sujets idiots, la luxure et la débauche dont certains pouvaient faire preuve? Il ne savait pas si Caroline avait déjà assisté à une réelle fête entre vampires... Ce serait certainement un choc pour elle. Il y avait tant de choses qui semblaient être un obstacle, et pourtant quelque chose en lui, qu'elle avait ravivée, ne cessait de l'obliger à persévérer. Caroline serait sa reine, peu importe le temps que cela prendra... Il lui rappela ainsi une nouvelle fois qu'elle avait de la chance, car beaucoup de temps devant elle pour accomplir tout ce qu'elle voulait accomplir. Mais une fois qu'elle sera prête, IL sera là. « Ça... c'est très très mesquin !» Comment ça mesquin? Il arqua grand les sourcils, comme s'il se faisait accuser à tort et répondit avec un petit sourire « I only tell the truth to you, love.» Et c'était vrai. Il n'avait jamais menti à Caroline sur ses intentions, sa cruauté, ses projets ou autres... Ce qu'elle devait savoir, il le lui disait à vrai dire. Et elle savait très bien qu'il avait raison. Alors qu'elle commençait à partir, il comprit un petit peu ce qui avait provoqué l'incident d'hier. Son absence de nouvelles... Il n'avait pas vraiment la même notion du temps que Caroline et il était vrai que les pratiques conventionnelles et humaines, il ne les avait pas en mémoire. Il se rendit compte alors qu'il l'avait laissé, perdue dans cette petite ville qui devait sembler bien fade, après une soirée magique à Seattle. Peut-être qu'elle s'était sentie délaissée... Ce n'était pourtant pas le cas, Caroline était d'une façon ou d'une autre, constamment dans ses pensées ces derniers temps. Bien, il la recontacterait bientôt alors, surtout si elle ne pouvait plus se passer de lui. Il en retirait bien sûr une grande fierté! « Nous verrons bien si je prends le risque d'y répondre...» ... Sa langue passa rapidement sur ses lèvres, alors qu'il penchait la tête, montrant ainsi que la réponse ne lui avait pas réellement convenu mais qu'il ne dirait rien. C'était son choix... Il lui fit un grand sourire suite à ça et la regarda, se tenant droit. Ha, elle était belle sa Caroline... Il ne bougea pas alors qu'elle se mordillait les lèvres - ce qui était terriblement charmant - et commençait à partir. Il aimait la voir partir, il ne saurait dire pourquoi. Elle avait toujours cette démarche chaloupée, ralentie, et elle se retournait toujours au dernier instant. Il croisait toujours son regard à ce moment-là et il adorait ça. Il adorait qu'elle sache qu'il la regardait, qu'il ne bougeait pas avant qu'elle ne parte. Une fois la porte claquée, il secoua la tête et s'apprêta à aller effacer toute trace de son passage promptement.

___ 16h47__

Revenant d'une petite course au dehors, Klaus rentra chez lui pour récupérer des affaires dans son atelier. Il allait bientôt partir, avec Sylas dans le coin rien n'était sûr ici. Il fuyait? Ou plutôt il en avait marre de Mystic Fall's et des Salvatore? Il se disait que toute chose avait une fin et il aimerait bien emmener quelqu'un avec lui... Il prit son téléphone d'ailleurs, pensant à elle et se disant qu'il allait le lui faire savoir du coup. Après tout, ne lui avait-elle pas reproché ce matin même son manque de nouvelle? Il chercha rapidement dans son répertoire 'Caroline' et appuya sur la touche pour l'appeler. Il se mit à l'écart, vers la fenêtre pour avoir une vue, patientant alors que les bips sonores s'allongeaient... Et BIP, il tomba sur le répondeur de Caroline. Il sourit en pensant qu'au moins il l'avait fait. Il laissa alors un petit message « Hi Caroline, je ne pensais pas tomber sur ta messagerie vocale mais puisque j'y suis. Dis-moi lorsque tu seras prête à entendre ce que j'ai à te dire. Take Care, Klaus. » Il raccrocha ensuite avec un petit sourire heureux et replaça son téléphone dans sa poche. Il retourna ensuite à ses affaires, le sourire aux lèvres...







FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "The course of true love never did run smooth" ft Klaus   

Revenir en haut Aller en bas
 

"The course of true love never did run smooth" ft Klaus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (elsa)- The course of true love never did run smooth.
» Caly & Jayden ♥ True love never dies? (FINI)
» (f) Emilie de Ravin ❅ The most powerful magic of all. True love.
» Episode 5 : True Love
» Scott McCall ~ How far should a person go in the name of true love ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bite me or Kill me :: Cimetière :: Archives :: Archive Sujet-